# A la une :    #YuanMeng       #Calgary    #Reintroduction    #Livre    #Ähtäri

Actualités > 2015

 

1 864 pandas vivent à l'état sauvage selon le 4ème recensement national des pandas géants et de leur habitat

Publié le : 1er mars 2015  |  Mis à jour les : 2 et 14 mars 2015  |  Auteur : Jérôme POUILLE  |  Sources : WWF, WWF China, Chinese State Forestry Administration

 

La Chine a révélé samedi 28 février les résultats du 4ème recensement national des pandas géants et de leur habitat, un recensement mené toutes les décennies et qui nécessite plusieurs années de relevés sur le terrain. Une conférence de presse a été organisée à Beijing pour l'occasion par l'Administration d'Etat des Forêts (SFA). Messieurs Chen Feng, Directeur adjoint de la SFA, Zhang Xiwu, Chef de la Division de conservation des espèces sauvages et de gestion des réserves naturelles au sein de la SFA (Wildlife Conservation and Nature Reserve Management Division), et Jia Jiansheng, Directeur adjoint de cette même division, ont détaillé les résultats et répondu aux journalistes.

 


Les résultats du 4ème recensement sont annoncés en conférence de presse,
le samedi 28 février au matin à Beijing - © China.org.cn

 

Selon ce 4ème recensement, il y a 1 864 pandas sauvages soit 268 pandas sauvages supplémentaires par rapport au 3ème recensement mené de 1999 à 2003 et dont les résultats complets avaient été publiés en 2006. Cela représente une augmentation de 16,79 % des effectifs en l'espace d'une dizaine d'années.

Ce même 4ème recensement montre que l'habitat du panda géant représente 2 577 000 hectares contre 2 304 991 hectares lors du 3ème recensement soit une augmentation de 11,80 %.

« Ces résultats sont le témoignage des accomplissements en matière de conservation du Gouvernement chinois » a déclaré Xiaohai Liu, le directeur général des programmes du WWF Chine.

Ce 4ème recensement avait débuté en octobre 2011 après une phase de test dans la réserve naturelle de Wanglang et a été mené à bien grâce au support financier et technique du WWF. Un recensement de ce type permet non seulement de connaître les effectifs de l'espèce mais aussi la distribution et le statut de son habitat. Le travail de terrain s'était achevé en 2013 mais plusieurs mois ont été nécessaires pour dépouiller les données et les consolider. 62 comtés dépendant de 18 villes-préfectures ont été enquêtés, ce qui a représenté 4,36 millions d'hectares de territoires.

D'autres données importantes ressortent de ce 4ème recensement :

   - 1 246 pandas vivent à l'intérieur de réserves naturelles, soit 66,85 % des pandas sauvages. Lors du 3ème recensement, 986 pandas vivaient à l'intérieur de réserves soit 61,78 % des 1 596 pandas sauvages alors dénombrés.

   - 1 390 000 hectares d'habitat sont protégés au sein de réserves naturelles, soit 53,94 % de l'habitat qui se situe à l'intérieur de réserves naturelles. Lors du 3ème recensement, 1 043 332 hectares d'habitat étaient protégés au sein de réserves naturelles, soit 45,26 % des 2 304 991 hectares alors déterminés comme habitat du panda.

   - 67 réserves naturelles existent pour la protection entre autres du panda géant contre 40 lors du recensement précédent.

   - 49 comtés sont habités par des pandas sauvages contre 45 dénombrés lors du 3ème recensement. Ces 49 comtés dépendent de la juridiction de 17 villes-préfectures.

   - la densité moyenne des pandas est de 0,0723 panda / km² (contre 0,069 panda / km² lors du troisième recensement).

   - aux 2 577 000 hectares d'habitat, il faut ajouter 910 000 hectares d'habitat potentiel. Lors du 3ème recensement, 857 102 hectares d'habitat potentiel avaient été quantifiés. L'augmentation de l'habitat potentiel est de 6,17 % (6,3 % ?).

 

La répartition entre provinces est la suivante :

 

PROVINCES        EFFECTIFS 4ème RECENSEMENT         EFFECTIFS 3ème RECENSEMENT        EVOLUTION

Sichuan                     1 387                                                                         1 206                                                                        + 181 pandas
                                     soit 74,41 % de la population totale                 soit 75,56 % de la population totale                soit une augmentation de 15,01 %

Gansu                        132                                                                             117                                                                            + 15 pandas
                                    soit 7,08 % de la population totale                   soit 7,33 % de la population totale                  soit une augmentation de 12,82 %

Shaanxi                    345                                                                             273                                                                           + 72 pandas
                                    
soit 18,51 % de la population totale                 soit 17,11 % de la population totale                 soit une augmentation de 26,37 %

TOTAL                    1 864                                                                         1 596                                                                      + 268 pandas
                                                                                                                                                                                                          soit une augmentation de 16,79 %

 

Ces données montrent que la province du Shaanxi bénéficie de la plus forte progression des effectifs en proportion du nombre d'individus dans cette province. Il manque encore la répartition des effectifs entre les six grandes chaînes montagneuses habituées par les pandas sauvages.

 

« Le WWF est heureux d'être au coeur de ce succès de conservation important : l'augmentation à la fois de la taille de la population sauvage mais également de la taille de l'habitat au cours de ces dix dernières années. Les résultats du recensement démontrent l'efficacité des réserves naturelles dans l'accroissement du nombre des pandas sauvages. » toujours selon Liu, du WWF Chine.

Le rôle du WWF Chine est immense pour promouvoir l'établissement de nouvelles réserves naturelles mais surtout pour améliorer leur gestion. Par ailleurs, le WWF a développé de nombreux programmes de conservation des pandas géants et de leur habitat mais aussi de co-développement des populations locales, souvent rurales, qui vivent dans ou à proximité de l'habitat naturel des derniers pandas sauvages. Ces locaux ne doivent pas percevoir la protection du panda géant en opposition avec leur subsistance, mais au contraire, les programmes d'éducation à la conservation permettent de faire avancer les deux problématiques de conservation et de développement en synergie.

Le Gouvernement chinois prend également une large part de responsabilité dans ces chiffres encourageants. L'accompagnement du travail du WWF mais aussi la mise en œuvre de politiques ambitieuses de protection de l'habitat du panda (exemple du programme Grain-to-green - du grain au vert - qui vise à la reforestation de zones déforestées dans le passé ; mais aussi du moratoire sur la déforestation promulgué en 1998) sont des éléments primordiaux pour la conservation des derniers pandas sauvages.

Les efforts doivent se poursuivre car les dernières données montrent malgré tout que 33,15 % des pandas sauvages vivent dans des secteurs non protégés par le système de réserves naturelles et ils sont donc davantage vulnérables. Pire que ça, 46,2 % de l'habitat se situe en dehors des réserves naturelles, autrement dit presque la moitié de l'habitat est peu ou pas protégé. Or, cet habitat est capital pour que dans le futur le nombre de pandas continue à augmenter. Ces résultats ne doivent pas non plus faire oublier que la fragmentation de l'habitat, l'une des menaces majeures en plus de la disparition de l'habitat, est toujours une réalité même si les chiffres ne peuvent pas le traduire directement. Le WWF explique d'ailleurs que 12% des individus sauvages seraient exposés à des risques plus élevés pour leur survie que dans le passé précisément à cause de ce morcellement de leur habitat.

Cependant, les données du 4ème recensement sont rassurantes quant à l'impact des deux séismes des 12 mai 2008 dans le comté de Wenchuan (province du Sichuan) et 20 avril 2013 dans le comté de Lushan (toujours dans le Sichuan). En effet, l'habitat du panda géant avait été fortement dégradé notamment dans les Monts Qionglai et Minshan (dans le Sichuan). Le WWF avait évalué en 2009 que dans les réserves naturelles de Qianfoshan, Jiudingshan, Baishuihe et Longxi-Hongkou, environ 35% de l'habitat avait été détruit. De nombreuses inquiétudes subsistaient sur la question de l'impact de ces séismes sur les populations de pandas sauvages ; même si une étude publiée en 2012 s'était voulue rassurante. Les auteurs avançaient deux explications possibles au fait que le séisme de 2008 aurait eu un impact limité sur les pandas sauvages. D'une part, les populations de pandas ne sont probablement pas proches de la capacité de charge limite et/ou non limitées par le bambou si bien que les pandas affectés ont pu migrer après le séisme vers des secteurs où des bambous étaient disponibles. D'autre part, les pandas fréquentaient peu les zones où les dommages ont été les plus importants autrement dit l'habitat de meilleure qualité pour le panda a été moins affecté par le séisme ; en effet le séisme a plus affecté les fortes pentes (supérieures à 30°) et les faibles altitudes (en dessous de 2000 m) et ces deux caractéristiques ne correspondent pas aux habitats préférés des pandas.

Pour mener à bien ce 4ème recensement, les chercheurs ont utilisé des techniques de transects linéaires couvrant l'ensemble du territoire du panda. Une équipe s'installe sur une portion de territoire et la partitionne en blocs pour le comptage, chaque membre de l'équipe se voit alors attribuer une section de ce territoire d'entre 1,2 et 1,5 km². Tous les signes de présence du panda sont relevés : traces sur les arbres, crottes, tanières, contacts visuels... et la technologie GPS permet de relever précisément la position de l'indice découvert. Les effectifs seront déduits principalement des excréments (crottes) trouvés le long de transects dans l'ensemble de l'aire de répartition géographique de l'espèce. Les excréments sont une signature car sur la base de leur séparation géographique et de la taille des fragments de tiges de bambous qu'ils contiennent, sachant que ces fragments sont le reflet de la taille des fragments après mastication/morsure - chaque panda ayant des caractéristiques de morsure sensiblement différentes -, il devient alors possible de différencier des crottes n'appartenant pas à un même individu. Les échantillons collectés lors du recensement sont analysés sur le terrain ou au laboratoire : les chercheurs extraient et mesurent les morceaux de bambous dans les crottes et en couplant ces données à l'emplacement géographique ils ont alors une idée précise du nombre de pandas dans un secteur donné.

Ajouté à cela, et c'est une nouveauté de ce quatrième recensement, les chercheurs ont effectué des analyses ADN de certaines crottes. En effet, depuis le dernier recensement, de nouvelles techniques de dénombrement des pandas, déjà testées à l'échelle de la réserve de Wanglang en 2004, se sont révélées plus précises. Afin d'éviter de dénombrer plusieurs fois un même animal ou au contraire d'attribuer des indices à un même animal alors qu'ils appartiennent à plusieurs, les nouvelles techniques consistent aujourd'hui à analyser génétiquement les crottes afin de s'assurer qu'elles appartiennent à un individu unique, notamment dans les secteurs où la densité de pandas est forte.

 


Bai Yang est un mâle né dans le milieu naturel en 2004. Il a été capturé en mars 2005 dans le comté de Baoxing.
Base de Ya'an Bifengxia - Old Leopard Mountain - 17 mai 2013 - © Jérôme POUILLE

 

A lire :

        > 10 décembre 2012 : Deux premiers chiffres relatifs au 4ème recensement national des grands pandas sauvages

        > 28 mars 2012 : Le 4ème recensement national des grands pandas sauvages se poursuit dans la province du Shaanxi 

        > 20 mai 2011 : Le 4ème recensement des pandas géants sauvages va débuter cette année, avec une phase expérimentale à Wanglang

        > 5 avril 2010 : La Chine va lancer en 2011 le 4ème recensement national des pandas géants sauvages

 

Pour en savoir plus :

        > Répartition : Les pandas occupent six grands Monts dans trois provinces chinoises

        > Les réserves naturelles pour protéger l'habitat du panda : Fin 2009, la Chine compte 67 réserves naturelles pour la protection des populations sauvages de pandas

        > Liste des réserves naturelles de l'habitat du panda (PDF)