# A la une :    #MiniYuanZi       #Basi    #Reintroduction    #PandaBook    #Indonésie

Actualités > 2017

 

Cao Cao, qui s'est accouplée au printemps dernier avec un mâle sauvage dans le milieu naturel, a donné naissance à la base d'Hetaoping

Publié le : 17 août 2017  |  Auteur : Jérôme POUILLE  |  Sources : CCRCGP, CCRCGP, CCRCGPXinhua, Xinhua  |  Suite de : Une première : Cao Cao a été temporairement relâchée dans le milieu naturel où elle s'est accouplée avec un mâle sauvage (28 avril 2017)

 

La femelle Cao Cao, née dans le milieu naturel en 2002 où elle a été capturée à l'âge d'un an environ, et aujourd'hui âgée de 15 ans, avait été sélectionnée le 8 décembre dernier pour participer à une nouvelle expérimentation pour améliorer la diversité génétique de la population captive de pandas géants. Après plus de trois mois de préparation, le Centre Chinois de Recherches et de Conservation du Panda Géant (China Conservation and Research Centre for the Giant Panda), qui porte le projet, a temporairement relâché Cao Cao le 1er mars dernier dans le secteur de la station de Wuyipeng (五一棚) dans la réserve naturelle de Wolong, dans la province du Sichuan. Préalablement équipée d'un collier GPS et radio-émetteur capable d'enregistrer les sons, les experts ont pu suivre de près ses activités dans le milieu naturel.

A noter que la station de Wuyipeng était le point d'attache de George Schaller et ses collègues chinois qui ont été les premiers scientifiques à étudier les pandas sauvages au début des années 1980.

 

8 décembre 2016 : un meeting est organisé à Hetaoping, sous la direction de Zhang Hemin, pour discuter du nouveau
projet visant à diversifier la qualité génétique de la population captive de pandas géants - © CCRCGP
CLIQUER SUR LA PHOTO POUR L'AGRANDIR

 

1er mars 2017 : après une dernière réunion de préparation, Cao Cao est équipée d'un collier radio-émetteur, GPS,
et enregistreur sonore avant d'être transportée jusqu'à Wuyipeng où elle est relâchée dans le milieu naturel juste après
que l'équipe en charge de son suivie ait testé la bonne radio-transmission du collier - © CCRCGP
CLIQUER SUR LES PHOTOS POUR LES AGRANDIR

 

Après une semaine d'adaptation dans son nouvel environnement, Cao Cao a commencé à se déplacer de plus en plus loin et plus haut en altitude. Le 11 mars, son comportement a commencé à changer et les scientifiques en ont déduit qu'elle était entrée en chaleur. A partir de ce jour, elle a encore étendu son territoire, sans doute dans l'objectif de trouver un partenaire. Le 16 mars, les chercheurs qui la pistaient ont clairement entendu des rugissements et des bruits de combats, sans doute des mâles qui se disputaient l'accès à Cao Cao. Un soir, les chercheurs ont localisé Cao Cao à 2 820 mètres d'altitude. Le 27 mars, ils ont pu récupérer les données du collier radio-émetteur et grâce aux sons enregistrés par l'appareil, ils ont pu déterminer que Cao Cao s'était accouplée avec un mâle le 23 mars et que l'accouplement avait duré 1 minute 30 secondes. Après s'être accouplée, elle est revenue vers le site où elle a été relâchée, sans doute dans l'espoir d'y trouver un site pour mettre bas.

C'est la première fois dans l'histoire de l'élevage en captivité de l'espèce et depuis le lancement du programme de réintroduction qu'une femelle captive ait accès temporairement à un espace naturel où vivent des pandas sauvages dans l'espoir qu'elle s'accouple avec l'un deux, ce qui plus est s'est produit. Ainsi, malgré le fait que Cao Cao ait passé la quasi-totalité de sa vie en captivité, elle a gardé des instincts naturels de survie et de reproduction.

 

Cao Cao dans son élément : le milieu naturel - © CCRCGP
CLIQUER SUR LA PHOTO POUR L'AGRANDIR

 

Même par un temps enneigé, l'équipe en charge du suivi de Cao Cao parcourt le terrain - © CCRCGP
CLIQUER SUR LES PHOTOS POUR LES AGRANDIR

 

Le but poursuivi a été atteint puisque Cao Cao, recapturée fin avril puis placée dans un enclos semi-naturel de la base d'Hetaoping, a donné naissance à un petit mâle de 216 grammes de nuit le lundi 31 juillet dernier à 2h17. Depuis la veille (soit le 30 juillet) midi, elle exprimait plusieurs comportements synonymes d'une mise-bas proche. Il est très rare que les bébés pandas dépassent les 200 grammes en captivité, le petit que Cao Cao a mis au monde est assurément fort pour survivre.

Le petit est redescendu à un poids de 185 grammes les jours qui ont suivi sa naissance, ce qui est normal, avant de regagner du poids à partir du 4ème jour grâce aux soins expérimentés de sa mère, comme le témoigne He Shengshan, le soigneur de Cao Cao.

 

31 juillet, Cao Cao s'apprête à donner naissance dans un des enclos semi-naturels de la base d'Hetaoping - © CCRCGP
CLIQUER SUR LES PHOTOS POUR LES AGRANDIR

 

Grâce à la confiance qu'ils ont tissé avec elle, les soigneurs récupèrent le petit de Cao Cao pour un premier examen vétérinaire - © CCRCGP
CLIQUER SUR LES PHOTOS POUR LES AGRANDIR

 

L'examen vétérinaire révèle qu'il s'agit d'un gros mâle, pesant 216 grammes ! - © CCRCGP
CLIQUER SUR LES PHOTOS POUR LES AGRANDIR

 

Cao Cao rentre dans son enclos intérieur et son petit lui est rendu - © CCRCGP
CLIQUER SUR LES PHOTOS POUR LES AGRANDIR

 

C'est la première fois que la Chine expérimente cette méthode pour injecter des gènes « sauvages » dans une population captive où beaucoup de pandas descendent de parents communs. L'objectif est d'éviter la consanguinité, d'autant que Cao Cao présente également des gènes « sauvages » car elle est née en 2002 dans le milieu naturel. Elle a été capturée le 1er novembre 2003 dans la réserve naturelle de Caopo (monts Qionglai, comté de Wenchuan, province du Sichuan) puis transférée au centre de Wolong avant de rejoindre en 2004 la base de Ya'an Bifengxia. Cette première tentative n'est pas sans présenter de risque ou plutôt sans soulever de questions : en effet, Cao Cao a longtemps vécu en captivité et elle aurait pu ne pas survivre dans des conditions naturelles et notamment pour l'accès à un partenaire ; d'autre part, tout comme pour la réintroduction dans le milieu naturel de pandas nés en captivité, il ne faut pas écarter des risques de transmission de maladies ou pathogènes dont seraient porteurs les animaux captifs et non leurs congénères sauvages. 

Chaque année, les experts chinois et étrangers qui se réunissent lors de la conférence annuelle du Comité chinois chargé d'évaluer les techniques d'élevage du panda géant (Chinese Committee of Breeding Techniques for Giant Pandas) réitèrent la nécessité de privilégier une meilleure gestion génétique de la population captive. Des échanges de pandas entre institutions ont souvent été réclamés mais n'ont que très rarement eu lieu.

Lors de l'Atelier sur le plan de gestion de la population captive de pandas géants (Captive Management Planning Workshop), qui s'était tenu en décembre 1996, les spécialistes avaient défini le but à long terme du maintien en captivité de pandas géants : Développer en Chine une population captive auto-entretenue de pandas géants qui aidera à soutenir sur le long terme une population viable dans le milieu sauvage. Il était communément admis qu'une population captive de 300 pandas permettrait d'obtenir une population auto-entretenue démographiquement et génétiquement diversifiée (retenant au moins 90% de diversité génétique de la population fondatrice) pour les 100 ans à venir, sans nécessité de prélèvement supplémentaire dans le milieu naturel. Ce chiffre est atteint depuis 2010 ; d'où l'intérêt dorénavant de mettre l'accent sur la qualité des naissances surtout dans une optique de réintroduction dans le milieu naturel d'animaux nés en captivité.

En 2009, cet objectif de 300 pandas captifs a été revu à la hausse par le Comité notamment pour prendre en compte une vision à plus long terme de rétention de cette diversité génétique. Pour maintenir cette même diversité génétique de 90% sur une période de 200 ans, et non plus de 100 ans, entre 400 et 600 individus sont nécessaires en captivité. C'est aujourd'hui l'objectif poursuivi en Chine mais il doit l'être en privilégiant 3 aspects qualitatifs : la gestion génétique, la reproduction naturelle, et les comportements parentaux. Plutôt que de mettre l'accent uniquement sur la quantité de naissances, il est préférable d'avoir des naissances de petits « bons » génétiquement parlant.

Comme Cao Cao a donné naissance, les gènes du géniteur mâle sauvage qui s'est accouplé avec elle sont ainsi pour moitié avec ceux de Cao Cao transmis au jeune panda ; ce qui permet ainsi d'incorporer un génotype sauvage dans la population captive si bien sûr ce jeune panda survit et se reproduit à son tour. Cela participe à l'objectif d'obtenir une population captive plus diversifiée génétiquement parlant car elle retiendrait ainsi plus de diversité génétique en se rapprochant de la diversité génétique des populations sauvages.

La femelle Cao Cao est très célèbre car elle est la mère de deux des pandas relâchés dans le milieu naturel. Le 3 août 2010, Cao Cao avait donné naissance dans la base d'Hetaoping au mâle Tao Tao qui a franchi successivement toutes les étapes de programme de formation avant d'être relâché dans la réserve naturelle de Liziping le 11 octobre 2012 à l'âge de 26 mois. Elle a réitéré l'exercice en 2013 en élevant la femelle Hu Jiao avec succès jusqu'à sa réintroduction le 19 novembre 2015, également à Liziping.

Au total, elle a donné naissance à 6 pandas dans le passé dont 2 vivent en captivité. Elle a donné naissance à des jumeaux le 6 août 2008 mais seul l'aîné - un mâle nommé An An - a survécu, à Tao Tao le 3 août 2010, et à des jumeaux (le mâle Hua Hu et la femelle Hua Jiao) le 6 juillet 2013, et à un petit le 23 juillet 2016 qui n'a pas survécu.

 

A lire : Les actualités précédentes consacrées à Cao Cao :

        > Une première : Cao Cao a été temporairement relâchée dans le milieu naturel où elle s'est accouplée avec un mâle sauvage (28 avril 2017)

        > Cao Cao donne naissance à un petit dans un enclos semi-naturel de la base d'Hetaoping (25 juillet 2016)

        > Hua Jiao a été relâchée hier dans la réserve naturelle de Liziping et devient ainsi le 5ème panda né en captivité à être réintroduit dans le milieu naturel (20 novembre 2015)

        > 7 juillet 2013 : Cao Cao donne naissance à des jumeaux à la base d'Hetaoping

        > 15 juin 2013 : Des nouvelles de Tao Tao, réintroduit en octobre dernier dans la réserve naturelle de Liziping

        > 7 février 2013 : Tao Tao, réintroduit en octobre dernier dans le milieu naturel, s'est bien adapté

        > 11 octobre 2012 : Tao Tao a été réintroduit ce matin dans le milieu naturel, dans la réserve de Liziping

        > 9 octobre 2012 : Tao Tao va très prochainement être réintroduit dans le milieu naturel

        > 7 août 2012 : Tao Tao va partager son enclos avec d'autres animaux sauvages avant sa réintroduction dans le milieu naturel

        > 3 mai 2012 : Nouvelle étape décisive pour Tao Tao, la dernière avant sa réintroduction dans le milieu naturel

        > 3 août 2011 : Tao Tao, probable candidat à une réintroduction future, fête son premier anniversaire

        >2 juillet 2011 : Tao Tao, âgé de 11 mois, porte les espoirs d'une réintroduction future

        > 5 avril 2011 : Fortes chutes de neige à la base de réintroduction d'Hetaoping

        > 24 février 2011 : Etape décisive pour le jeune Tao Tao, à la base de réintroduction d'Hetaoping

        > 12 janvier 2011 : Le jeune né à la base de réintroduction d'Hetaoping fête ses 5 mois

        > 26 décembre 2010 : Première neige à la base de réintroduction d'Hetaoping

        > 6 décembre 2010 : Examen médical pour un jeune candidat potentiel à la réintroduction, à la base d'Hetaoping

        > 1er décembre 2010 : Le jeune né dans un environnement semi-naturel à la base de réintroduction d'Hetaoping fête ses 4 mois

        > 12 octobre 2010 : Un témoignage sur la vie de Cao Cao et de son petit placés dans la base de réintroduction d'Hetaoping

        > 18 septembre 2010 : Des nouvelles de Cao Cao et de son petit placés dans la base de réintroduction d'Hetaoping

        > 4 août 2010 : Cao Cao, une des femelles enceintes placées dans un environnement semi-naturel à Hetaoping, donne naissance

        > 22 juillet 2010 : Quatre femelles pandas sélectionnées dans le cadre de la mise en oeuvre d'un programme de réintroduction

        > 1er juillet 2010 : Zhang Hemin dévoile les modalités d'un futur programme de réintroduction

  

Pour en savoir plus :

        > La réintroduction, le but ultime des programmes d'élevage en captivité : toutes les informations sur les différents programmes de réintroduction passés et actuels

        > La réserve naturelle de Wolong

        > L'élevage en captivité, une méthode de conservation

        > La reproduction des pandas et la croissance du jeune