# A la une :    #YuanMeng       #Calgary    #Reintroduction    #Livre    #Ähtäri

Actualités > 2018

 

Le mâle Tao Tao, réintroduit dans la nature en 2012, a été retrouvé vivant et examiné in situ

Publié le : 4 janvier 2018  |  Auteur : Jérôme POUILLE  |  Sources : CCRCGP, Toutiao

 

C'est une question que l'on se posait depuis 2013 : Tao Tao, né en captivité le 3 août 2010 et réintroduit dans le milieu naturel le 11 octobre 2012, est-il toujours vivant ? En effet, sa dernière preuve de vie publiée remontait au 13 octobre 2013, dernière date à laquelle il avait été aperçu et examiné par les chercheurs en charge du suivi des pandas réintroduits dans la réserve naturelle de Liziping.

La réponse est OUI ! En effet, le 28 décembre dernier, Tao Tao a été piégé dans l'une des cages installées à Liziping à une altitude de 3 010 mètres. Les chercheurs se sont rendus sur place et ont pu confirmer qu'il s'agissait de Tao Tao grâce à la puce qui lui avait été implantée sous la peau avant sa réintroduction. Ils ont alors décidé de pratiquer un examen vétérinaire le lendemain directement sur place.

Tao Tao a été anesthésié in situ le 29 décembre et les chercheurs ont pu déterminer qu'il pesait dorénavant 115 kilogrammes, que son corps ne comportait aucun traumatisme, ni de parasites. Sa fourrure était lisse, ses membres génitaux et ses pattes présentaient un développement normal, et ses dents avaient un faible degré d'usure. Tao Tao s'est donc révélé être en bonne santé. Il a été équipé d'un nouveau collier radio-émetteur afin de mieux suivre ses activités, mieux comprendre comment il choisit son territoire et comment il se nourrit.

 

Tao Tao, pris au piège dans une cage spécialement disposée à cet effet,
a été anesthésié en vue d'un bilan de santé complet - © CCRCGP

 

Un bilan vétérinaire a été pratiqué sur site avant de ré-équiper Tao Tao d'un collier radio-émetteur
pour continuer à le suivre après son réveil de l'anesthésie - © CCRCGP

 

Zhang Hemin, le directeur adjoint du Centre chinois de recherches et de conservation du panda géant (China Conservation and Research Centre for the Giant Panda), s'est réjoui de ce bilan et du succès de la réintroduction de ce panda.

L'information publiée par le Centre chinois de recherches et de conservation du panda géant a également permis d'en apprendre plus sur le suivi de Tao Tao qui n'a pas cessé depuis sa réintroduction et dont les résultats n'avaient pas été publiés jusqu'alors. Relâché dans le secteur de Mamade (麻麻地) de la réserve naturelle de Liziping (comté de Shimian, province du Sichuan), il a perdu une première fois son collier radio-émetteur en février 2013. L'équipe en charge du suivi, qui a reçu l'alarme émise par le collier lorsqu'il n'est pas en mouvement pendant plus de 24 heures, s'est inquiétée et un plan de sauvetage a été immédiatement lancé. Il a fallu 3 jours et 3 nuits de recherches dans le secteur de la forêt de Gongyihai (公益海大林场) pour que l'équipe de 30 personnes retrouvent finalement le collier au sol près d'un arbre. L'absence de traces sur le collier a permis d'exclure un combat qui aurait mal tourné et les crottes retrouvées à proximité ont permis de rassurer les chercheurs sur l'état de santé de Tao Tao.

Cependant, en mars 2013, les chercheurs ont décidé d'un plan de recapture de Tao Tao. Ils ont installées deux cages pièges sur une crête entre Dalinchang (大林场) et Mamade (麻麻地). Ce n'est finalement que le 14 octobre 2013 que les scientifiques ont pu capturer Tao Tao près de la cage N°2, celle située vers Dalinchang. Il pesait alors 48 kilogrammes et avait été ré-équipé d'un collier.

Après sa réintroduction, Tao Tao a exploré progressivement plusieurs secteurs de la réserve de Liziping, et a notamment été localisé à Gongyihai (公益海), Dahongshan (大洪山) et Zuma (竹马) ; passant ainsi d'une altitude d'environ 1 800 mètres à une altitude de plus de 3 300 mètres. Il s'est même rendu dans le comté voisin de Ganluo avant de revenir dans la réserve de Liziping. Il s'est d'abord nourri de bambous du genre Yushania puis a trouvé ceux du genre Bashania plus en altitude. Durant le printemps, il a su se tourner vers les nouvelles pousses de Yushania fraîchement sorties de terre et très nutritives, à des altitudes plus faibles.

Il a de nouveau perdu le collier radio-émetteur dont il était équipé en octobre 2015. Dès lors, les chercheurs ont continué de suivre les mouvements de Tao Tao à l'aide des crottes collectées et qui lui étaient attribuées après analyse ADN. Ils ont pu déterminer que son aire de vie se situait désormais entre Gongyihai (公益海) et Dahongshan (大洪山). En juillet 2016, les chercheurs avaient même eu la surprise de l'apercevoir et avaient pu confirmer qu'il s'agissait bien de lui grâce à la puce qui lui avait été implantée sous la peau avant sa réintroduction. Ainsi, plus d'un an s'est écoulé jusqu'au 29 décembre dernier, date où il a été revu pour la dernière fois.

 

Les déplacements de Tao Tao, représentés en vert, depuis sa réintroduction.
Il est majoritairement resté à l'intérieur de la réserve naturelle de Liziping, mais
s'est également rendu dans le comté de Ganluo - © CCRCGP modifié par J. Pouille

 

Tao Tao a eu 7 ans cette année et est dorénavant un mâle adulte, passant ainsi de la séparation de sa mère (indépendance) à un stade où il est en capacité de se reproduire (passage du statut de sub-adulte à celui d'adulte). Les chercheurs ne savent pas s'il a déjà pris part à des accouplements. Ils n'ont pas trouvé de traces de blessures sur son corps, qui auraient pu être un signe d'une compétition avec d'autres mâles sauvages pour l'accès à une femelle. Cependant, compte tenu de son état de santé et de sa force physique, les scientifiques sont optimistes quant au fait qu'il s'accouplera.

 

Tao Tao, le 29 décembre 2017, s'apprête à regagner son espace de vie - © CCRCGP

 

Tao Tao a été le second panda né en captivité à être relâché dans la nature. Le premier, le mâle Xiang Xiang, relâché le 28 avril 2006 dans la réserve naturelle de Wolong était mort en février 2007 faute d'avoir pu concurrencer les pandas sauvages pour la nourriture et son territoire. Zhang Xiang, une femelle née le 20 août 2011 a également été réintroduite à Liziping le 6 novembre 2013. Début 2016, les chercheurs ont localisé des crottes fraîches et des restes de bambous dans la montagne Dahong, indices qu'ils ont attribué à Zhang Xiang. Plus récemment, le 28 septembre dernier, Zhang Xiang a été localisée puis temporairement capturée le temps d'un check-up dans le secteur de Yu'erping du comté de Mianning. Xue Xue, une femelle née le 15 août 2012, a été lâchée dans la réserve de Liziping le 14 octobre 2014 mais elle a été retrouvée morte un peu plus d'un mois après, le 23 novembre 2014. La femelle Hua Jiao, née le 6 juillet 2013 a été envoyée à Liziping le 19 novembre 2015 et a même été localisée début 2016 dans secteur de Mamadi (麻麻地), secteur où elle avait été relâchée. Le 20 octobre 2016, ce sont pour la première fois deux femelles qui sont relâchées simultanément, Hua Yan et Zhang Meng, également à Liziping. Zhang Meng a été aperçue dans un village du comté de Mianning le 3 juin 2017 et a été localisée à plusieurs reprises depuis sa réintroduction comme l'ont révélé en octobre dernier les chercheurs. Enfin, deux nouveaux pandas nés en captivité, le mâle Ba Xi et la femelle Ying Xue, ont été lâchés le 23 novembre 2017 à Liziping puis localisés un mois plus tard.

Tao Tao avait été élevé par sa mère Cao Cao (elle-même issue du milieu naturel) dans des enclos semi-naturels de plus en plus grands et de plus en plus complexes dans la base d'Hetaoping du Centre Chinois de Recherches et de Conservation du Panda Géant (China Conservation and Research Center for the Giant Panda - CCRCGP) dédiée à la mise en oeuvre d'un programme où de jeunes pandas sont entraînés à vivre dans des conditions de plus en plus naturelles avec pour objectif de les réintroduire. Le père de Tao tao est Lu Lu, un mâle également issu du milieu naturel. Les gènes de Tao Tao sont donc des gènes « sauvages », ceux représentatifs de la population de pandas des monts Qionglai puisque Cao cao et Lu Lu avaient été tous deux capturés dans cette aire géographique.

Les comtés de Shimian, Mianning, mais aussi ceux de Luding et Jiulong et une partie de ceux de Yuexi et Ganluo, constituent l'habitat des monts Xiaoxiangling des pandas sauvages. Rappelons que les derniers pandas sauvages se répartissent dans six grands massifs montagneux dans les provinces du Sichuan, du Gansu et du Shaanxi. Il est généralement considéré que la population de pandas des monts Xiaoxiangling, qui ne compte que 30 individus selon le quatrième recensement national des pandas et de leur habitat mené de 2011 à 2014, est scindée en deux sous-populations fragmentées par la route nationale 108 : la sous-population dite de Gongyihai à l'Ouest de la route qui compte 21 pandas (dont 16 dans le comté de Shimian, 2 dans le comté de Jiulong et 3 dans le comté de Mianning), et la sous-population dite de Shihuiyao à l'Est de la route qui compte 9 pandas (tous dans le comté de Shimian ; les comtés de Yuexi et Ganluo comportant de l'habitat propice pour les pandas mais aucun panda n'y a été dénombré lors du 4ème recensement pour leurs fractions respectives dans les monts Xiaoxiangling).

Toujours selon les données du recensement le plus récent, la réserve naturelle de Liziping compte 22 pandas (contre 14 dénombrés lors du troisième recensement) et celle de Yele seulement 2 (contre 9 dénombrés lors du troisième). Les chercheurs formulent l'hypothèse que les pandas partent de Yele pour rejoindre Liziping, ce qui serait un témoignage d'échanges génétiques possibles entre les deux sous-populations. Pour tenter d'expliquer cette hypothèse, ils émettent l'option que les pandas sauvages cherchent à se rassembler lorsque la densité d'individus devient trop faible. Ces points méritent bien sûr d'être étudiés pour être confirmés ou infirmés. 

Le programme de réintroduction n'en est qu'à un stade expérimental permettant d'alimenter les connaissances scientifiques et d'enrichir le retour d'expérience sur le sujet tout récent de la réintroduction de pandas captifs dans le milieu naturel. De nombreuses questions restent en suspens notamment sur l’avenir à donner à ce programme de réintroduction : n’existe-t-il pas des risques pour les populations sauvages et si oui lesquels ? notamment en termes de transmission de parasites ou de maladies des individus captifs vers ceux sauvages ? quel est le risque pour les pandas réintroduits en cas de compétition avec des congénères sauvages pour le territoire ou l'accès à un partenaire ? les pandas réintroduits seront-ils capables d'atteindre l'âge adulte et de se reproduire avec des congénères sauvages ? ne doit-on pas plutôt réintroduire des pandas dans des habitats perdus mais que l’on souhaiterait voir reconquis par l’espèce ? est-il pertinent de ne réintroduire qu’un seul panda à la fois ? ou un groupe de pandas ?...

La réserve naturelle de Liziping possède les infrastructures et les équipes de chercheurs pour mener à bien les projets de réintroduction. Cette réserve avait fait l'objet d'une évaluation scientifique en 2012 au regard de ses capacités à être un site adapté pouvant accueillir des réintroductions. Les experts avaient conclu qu'elle était très adaptée pour recevoir des pandas réintroduits. En effet, parmi les 6 grands monts habités par les pandas sauvages, le complexe formé par les monts Xiaoxiangling et Daxiangling a un effectif très faible de pandas (68 pandas seulement selon les données du quatrième recensement mené entre 2011 et 2014). Ce même recensement a montré que seuls 22 pandas vivent dans la réserve de Liziping, de plus la compétition entre individus y est plutôt faible car la densité de pandas y est faible (0,057 panda par km² contre 0,115 panda par km² à Wolong par exemple). Ajouté à cela, cette réserve présente la particularité de se situer à la frontière entre les monts Xiaoxiangling et les Monts Liangshan (eux aussi avec un faible effectif de pandas sauvages, 124 selon le quatrième recensement) et elle remplit ainsi un rôle de corridor (couloir écologique) entre ces deux grands habitats du panda. Une étude de 2010 a montré les pandas du complexe formé par les monts Daxiangling et Xiaoxiangling vivent dans quatre poches isolées et séparées les unes des autres d'une distance moyenne de 76 km et que la rivière Dadu et la route nationale 108 étaient des barrières expliquant cette fragmentation. C'est conformément à ce diagnostic que cette réserve a été choisie pour la réintroduction de Tao Tao en 2012, Zhang Xiang en 2013, Xue Xue en 2014, Hua Jiao en 2015, Hua Yang et Zhang Meng en 2016, et Ying Xue et Ba Xi en 2017.

Une femelle panda sauvage, Lu Xin, secourue en mars 2009 dans les monts Qionglai, avait été relâchée une fois soignée, un mois plus tard, dans la réserve de Liziping pour renforcer les effectifs dans cette zone géographique stratégique. Depuis, Lu Xin est devenue mère comme l'ont démontré récemment les photographies des appareils à déclenchement infrarouge installés dans la réserve.

En 2015, une autre réserve a été identifiée comme futur site potentiel pour des réintroductions de pandas nés en captivité et formés en vue d'être relâchés dans le milieu naturel. Il s'agit de la réserve naturelle de Daxiangling, dans les monts du même nom, située dans le comté de Yingjing (province du Sichuan). A ce jour, aucun panda n'a cependant été réintroduit dans cette réserve.

 

L'équipe en charge du suivi des pandas réintroduits dans la réserve naturelle de Liziping

   

A lire : Les dernières actualités en lien avec le programme de réintroduction mené par le Centre chinois de recherches et de conservation du panda géant :

        Un mois après avoir rejoint le milieu naturel, des nouvelles de Ying Xue et Ba Xi (3 janvier 2018)

        La femelle Ying Xue et le mâle Ba Xi, nés en captivité en 2015, ont été lâchés dans le milieu naturel (26 novembre 2017)

        > Zhang Xiang, relâchée dans le milieu naturel en 2013, s'est bien adaptée selon un récent examen vétérinaire in situ (3 octobre 2017)

        Zhang Meng, relâchée en octobre dernier dans le milieu naturel, a été récemment aperçue dans le comté de Mianning (30 juin 2017)

        > Zhang Xiang, relâchée dans le milieu naturel en 2013, a été récemment localisée dans le comté de Mianning (31 mars 2017)

        > Les femelles Hua Yan et Zhang Meng ont été relâchées dans le milieu naturel (23 octobre 2016)

        > Hua Jiao, relâchée l'an dernier dans la réserve naturelle de Liziping, se porte bien (2 mars 2016)

        > Des traces de Zhang Xiang, relâchée en 2013, ont été retrouvées dans la montagne Dahong (11 février 2016)

        > Hua Jiao a été relâchée hier dans la réserve naturelle de Liziping et devient ainsi le 5ème panda né en captivité à être réintroduit dans le milieu naturel (20 novembre 2015)

        > Xue Xue, née en captivité, a été réintroduite ce matin dans la réserve naturelle de Liziping (14 octobre 2014)

        > Deux autres pandas nés en captivité devraient être réintroduits très prochainement dans le milieu naturel (4 septembre 2014)

        > Le centre chinois de recherches et de conservation du panda géant inaugure une nouvelle base à Huaying pour son programme de réintroduction (25 août 2014)

        > Zhang Xiang, réintroduite dans le milieu naturel en novembre dernier, se porte bien (24 avril 2014)

        > 6 novembre 2013 : Réintroduction de Zhang Xiang ce matin dans la réserve de Liziping

        > 31 octobre 2013 : Tao Tao, réintroduit l'an dernier, aperçu et examiné in situ

        > 15 octobre 2013 : Une année de milieu naturel pour Tao Tao, réintroduit l'an dernier

        > 15 juin 2013 : Des nouvelles de Tao Tao, réintroduit en octobre dernier dans la réserve naturelle de Liziping

        > 7 février 2013 : Tao Tao, réintroduit en octobre dernier dans le milieu naturel, s'est bien adapté

        > 11 octobre 2012 : Tao Tao a été réintroduit ce matin dans le milieu naturel, dans la réserve de Liziping

        > 21 février 2012 : La réserve naturelle de Liziping semble adaptée pour accueillir des réintroductions futures

 

Pour en savoir plus :

        > La réintroduction, le but ultime des programmes d'élevage en captivité : Toutes les informations sur les différents programmes de réintroduction passés et actuels

        > La réserve naturelle de Liziping

        > Les réserves naturelles pour protéger l'habitat du panda

        > Répartition : Les pandas des monts Xiaoxiangling, dans la province du Sichuan