# A la une :    #MiniYuanZi       #Basi    #Reintroduction    #PandaBook    #Indonésie

Monts Minshan

Province du Sichuan > Comté de Dujiangyan

 

Réserve naturelle nationale de Longxi-Hongkou

 

La réserve naturelle de Longxi-Hongkou a été établie en 1993 et occupe une surface de 31 000 hectares dans le comté de Dujiangyan (province du Sichuan). Elle a été élevée au rang de réserve nationale en 1997. Elle couvre un territoire compris entre 1 200 et 4582 mètres d'altitude et se situe à environ 25 km au nord-ouest de la ville de Dujiangyan (et 85 km de Chengdu). A l'Est, la réserve de Longxi-Hongkou est bordée par la réserve naturelle de Baishuihe. Juste au sud de la réserve se situe le Parc forestier national de Longchi (Longchi National Forest Park).

Lors du troisième recensement officiel des pandas sauvages, de 1999 à 2003 et dont les résultats ont été publiés en 2004, 6 pandas avaient été dénombrés dans la réserve naturelle de Longxi-Hongkou. 89,12% de la réserve, soit 27 626 hectares, est considéré comme habitat du panda ; auxquels il faut ajouter 441 hectares comme habitat potentiel, soit un total de 90,54% de la réserve avec un habitat favorable ou potentiellement favorable pour le panda géant.

En plus du panda géant, la réserve abrite 567 autres espèces de vertébrés dont le rhinopithèque de Roxellane (Rhinopithecus roxellanae), la martre à gorge jaune (Martes flavigula), l'espèce de serpent Pseudoxenodon macrops, la bondrée orientale (Pernis ptilorhynchus), le faucon sacre (Falco cherrug), le macaque du Tibet (Macaca thibetana), le macaque rhésus (Macaca mulatta), le tragopan de Temminck (Tragopan temminckii), le takin (Budorcas taxicolor), le goral de l'Himalaya (Naemorhedus goral), le serow (Capricornis sumatraensis), le sanglier (Sus scrofa), le muntjac de Reeve  (Muntiacus reevesi), l'élaphode (Elaphodus cephalophus), le cerf porte-musc des forêts (Moschus berezovskii), le porc-épic himalayan (Hystrix hodgsoni), le chat-léopard du Bengale ou chat de Chine (Felis bengalensis), l'ours noir d'Asie (Ursus thibetanus), la civette palmiste à masque (Paguma larvata), le balisaur ou blaireau asiatique (Arctonyx collaris), le vison de Sibérie (Mustela sibirica), le pika de Moupin (Ochotona thibetana), l'ithagine ensanglantée (Ithaginis cruentus), le faisan doré (Chrysolophus pictus), l'eulophe koklass (Pucrasia macrolopha). Elle est également le refuge de 2 525 espèces de plantes supérieures dont l'orchidée Goodyera schlechtendaliana, l'orchidée Spiranthes sinensis, l'orchidée Pleione bulbocodioides, l'if de Chine (Taxus chinensis), l'orchidée Gastrodia eleta, la primevère Primula chienii, le magnolia Magnolia sinensis, l'arbre aux mouchoirs (Davidia involucrata), l'arbre caramel (Cercidiphyllum japonicum), le tétracentron de Chine (Tetracentron sinense).

A ce jour, il n'y a pas de certitude quant à la présence de la panthère des neiges (Panthera uncia) dans cette réserve.

Les grandes caractéristiques climatiques de la réserve sont les suivantes :
   - Humidité relative moyenne : 80%
   - Température moyenne annuelle : 10°C
   - Températures minimales : -10°C (en janvier)
   - Température la plus élevée : 25°C (en juillet)
   - Ensoleillement annuel : moins de 900 heures
   - Précipitations annuelles moyennes : 1600-1900 mm

La végétation est étagée et l'on trouve des altitudes les plus faibles vers celles les plus élevées : des forêts subtropicales de feuillus à feuilles persistantes, des forêts mixtes de feuillus à feuilles persistantes et à feuilles caduques, des forêts mixtes de conifères et de feuillus, des forêts de conifères subalpines, des prairies subalpines arbustives, des prairies arbustives alpines, une végétation d'éboulis alpins.

Cette réserve a été fortement affectée par le séisme du 12 mai 2008.

 

C'est dans cette réserve qu'a été relâché le panda géant Shen Ling N°1, un panda sauvage égaré dans la ville de Dujiangyan le 16 juillet 2005 (lire l'article). La police avait été obligée d'endormir l'animal qui avait été transporté jusqu'au centre de Wolong pour un examen complet avant d'être relâché, équipé d'un collier radio-émetteur, le 8 août 2005 dans la réserve de Longxi-Hongkou.

Le 1er mars 2010, les patrouilleurs de la réserve naturelle nationale de Longxi-Hongkou ont observés plusieurs traces d'un panda géant. Ces traces ont été trouvées dans la vallée de Huiyaogou dans le secteur de Zhaogongshan, à une altitude de 1436 mètres. Les indices consistaient en des crottes, des restes de nourriture, des griffures et des empreintes. A en juger par les restes de bambous, le nombre de crottes, l'apparence des empreintes et la météo locale du mois dernier, le personnel de la réserve en a déduit que ces traces devaient appartenir à un panda qui était resté dans cette zone pendant environ une semaine début février 2010. Les 10 échantillons de crottes récoltés mesuraient en moyenne 13,5 cm de long et 6,2 cm de diamètre. Les analyses de ces échantillons ont montré que les traces étaient celles d'un panda sub-adulte en bonne santé. Les chercheurs en ont déduit que ce panda était un vagabond qui n'avait pas encore son propre territoire.

  

Pour en savoir plus :

        > Un panda sauvage photographié dans la neige dans la forêt domaniale de Longchi (17 mai 2017)

        > Ma visite dans cette réserve naturelle les 12 et 13 janvier 2017 dans le cadre du programme UNDP Panda champions (Voir également ci-dessous)

        > 5 novembre 2013 : Un panda sauvage photographié dans la réserve naturelle de Longxi-Hongkou

        > Le rapport de ma visite dans cette réserve naturelle, du 7 au 11 novembre 2012, dans le cadre du programme Chengdu Pambassador (Voir également ci-dessous)

        > 20 mars 2010 : Les chercheurs de la réserve de Longxi-Hongkou observent les traces d'un panda sauvage

        > 12 mai 2009 : Un an après le séisme, un premier bilan pour les pandas sauvages et leur habitat 

 

 

 

   

 

J'ai eu la chance de me rendre au cœur de cette réserve naturelle, du mercredi 7 au dimanche 11 novembre 2012. Nous avons établi notre campement à la station de protection de Longxi (Longxi Protection Station - Coordonnées GPS N 31,14346 - E 103,58356), située à une altitude de 1845 mètres.

Arrivée à la réserve naturelle nationale de Longxi-Hongkou le mercredi 7 novembre 2012. Cette réserve naturelle a été établie en 1993 et a été élevée au rang de réserve naturelle nationale en 1997. Elle se situe dans les Monts Minshan, dans le comté de Dujiangyan (province du Sichuan). A l'Est, la réserve de Longxi-Hongkou est bordée par la réserve naturelle de Baishuihe. Juste au sud de la réserve se situe le Parc forestier national de Longchi (Longchi National Forest Park).

 

Carte de situation de la réserve naturelle de Longxi-Hongkou (flèche verte : station de protection
de la réserve), au nord-ouest de la ville de Dujiangyan - 
© Jérôme POUILLE

 

Carte de la réserve naturelle de Longxi-Hongkou - © Jérôme POUILLE

Au nord de la réserve, la zone centrale de la réserve, au centre la zone tampon et au sud la zone expérimentale.

La zone centrale est le cœur de la réserve, où les espèces menacées sont concentrées et où l'écosystème est intact. Toute activité ou installation de personnes sont interdites. Seules sont autorisées les activités de recherches scientifiques préalablement approuvées par l'administration en charge de la gestion de la réserve concernée. A noter qu'une réserve naturelle nationale doit avoir une zone centrale d'au moins 1000 hectares.

La zone tampon encercle la zone centrale. Seules les activités scientifiques y sont permises.

La zone expérimentale est la portion de la réserve qui entoure la zone tampon. La recherche scientifique, l'éducation, les excursions, le tourisme, les cultures ou encore l'élevage y sont autorisées.

 

Lors du troisième recensement officiel des pandas sauvages, de 1999 à 2003 et dont les résultats ont été publiés en 2004, 6 pandas avaient été dénombrés dans la réserve naturelle de Longxi-Hongkou. Il n'y a pas de résultats plus récents car cette réserve n'a pas été encore enquêtée dans le cadre du quatrième recensement lancé l'an dernier par la Chine. Elle devrait l'être vers avril 2013.

Cette réserve protège un territoire de 31 000 hectares compris entre 1 200 et 4 582 mètres d'altitude et 89,12% de la réserve, soit 27 626 hectares, est considéré comme habitat du panda ; auxquels il faut ajouter 441 hectares comme habitat potentiel, soit un total de 90,54% de la réserve avec un habitat favorable ou potentiellement favorable pour le panda géant.

En plus du panda géant, la réserve abrite 567 autres espèces de vertébrés dont le rhinopithèque de Roxellane (Rhinopithecus roxellanae), la martre à gorge jaune (Martes flavigula), l'espèce de serpent Pseudoxenodon macrops, la bondrée orientale (Pernis ptilorhynchus), le faucon sacre (Falco cherrug), le macaque du Tibet (Macaca thibetana), le macaque rhésus (Macaca mulatta), le tragopan de Temminck (Tragopan temminckii), le takin (Budorcas taxicolor), le goral de l'Himalaya (Naemorhedus goral), le serow (Capricornis sumatraensis), le sanglier (Sus scrofa), le muntjac de Reeve  (Muntiacus reevesi), l'élaphode (Elaphodus cephalophus), le cerf porte-musc des forêts (Moschus berezovskii), le porc-épic himalayan (Hystrix hodgsoni), le chat-léopard du Bengale ou chat de Chine (Felis bengalensis), l'ours noir d'Asie (Ursus thibetanus), la civette palmiste à masque (Paguma larvata), le balisaur ou blaireau asiatique (Arctonyx collaris), le vison de Sibérie (Mustela sibirica), le pika de Moupin (Ochotona thibetana), l'ithagine ensanglantée (Ithaginis cruentus), le faisan doré (Chrysolophus pictus), l'eulophe koklass (Pucrasia macrolopha). Elle est également le refuge de 2 525 espèces de plantes supérieures dont l'orchidée Goodyera schlechtendaliana, l'orchidée Spiranthes sinensis, l'orchidée Pleione bulbocodioides, l'if de Chine (Taxus chinensis), l'orchidée Gastrodia eleta, la primevère Primula chienii, le magnolia Magnolia sinensis, l'arbre aux mouchoirs (Davidia involucrata), l'arbre caramel (Cercidiphyllum japonicum), le tétracentron de Chine (Tetracentron sinense).

A ce jour, il n'y a pas de certitude quant à la présence de la panthère des neiges (Panthera uncia) dans cette réserve.

 

L'arbre aux mouchoirs - 10 novembre 2012 - © Jérôme POUILLE

 

Nous avons établi notre campement à la station de protection de Longxi (Longxi Protection Station - Coordonnées GPS N 31,14346 - E 103,58356), située à une altitude de 1845 mètres. Shang Tao, chercheur scientifique et directeur de la réserve nous a présenté brièvement les caractéristiques des pandas qui vivent ici. Ils occupent chacun un habitat de 3 à 8 km² et se nourrissent principalement des espèces de bambous suivantes : Bashania fangiana, Fargesia robusta, Yushania chunjii, Chimonobambusa quadrangularis, Phyllostachys nidularia et Indocalamus sp.

 

Station de conservation de Longxi, implantée dans la partie sud de la réserve - 7 novembre 2012 - © Jérôme POUILLE

 

Shang Tao, garde responsable de la réserve de Longxi-Hongkou - 9 novembre 2012 - © Jérôme POUILLE

 

Le soir, j'ai pu poser quelques questions à Liu, un des gardes de la réserve. Il m'a indiqué que la réserve ne travaillait pas directement avec le WWF mais que cette association fournissait des fonds. Par contre la fondation Ocean Park Conservation Foundation of Hong-Kong a fourni beaucoup d'argent après le séisme de 2008. Il me confie également que peu de pandas ont été vus dans la réserve par un garde et je comprends qu'il sera très difficile d'en observer un. Plusieurs raisons à cela : le panda peut sentir la présence humaine et fuir, la réserve ne compte que très peu de pandas par rapport à sa superficie, les bosquets de bambous sont tellement denses que l'on peut passer à côté d'un panda sans le voir.

 

Paysages de la réserve, le 8 novembre 2012 au matin - © Jérôme POUILLE

 

Le jeudi 8 novembre, nous avons fait une randonnée dans la montagne pour accéder à deux appareils photos infrarouge, situés à une altitude de 2 269 mètres. Ces appareils photos, placés à environ 60 cm du sol, se déclenchent lors du passage d'un animal et le photographient. Environ une fois par mois, les gardes de la réserve relèvent les photos et changent les batteries. Su Hsiu, un garde de la réserve, m'explique que la réserve compte entre 50 et 60 appareils photos qui sont déplacés selon les lieux préférentiels de fréquentation par les animaux. Su m'explique aussi que ces appareils photos sont fréquemment arrachés par toutes sortes d'animaux, y compris les pandas. Il me fait le récit d'un panda ayant emporté avec lui un tel appareil photo, retrouvé bien plus tard par hasard par les gardes de la réserve, et que dans son chemin cet appareil photo avait pris des photos de plusieurs autres animaux qui partagent l'habitat du panda.

 

      

Deux appareils photo à déclenchement infrarouge, à 2 269 mètres d'altitude - 8 novembre 2012 - © Jérôme POUILLE

 

Shang Tao m'a gentiment transmis ces trois photos prises par un appareil photo infrarouge de la réserve, le 23 avril 2011
© Jérôme POUILLE


 

Un autre panda photographié dans la réserve, le 25 juin 2011 - © Jérôme POUILLE - Remerciements Shang Tao

 

Le jeudi, mon groupe a également eu la chance d'observer des restes de bambous laissés par un panda sauvage ainsi que des crottes qui appartenaient probablement au panda Long Long, secouru en avril 2012, puisque les gardes ont estimé que ces crottes dataient de plusieurs mois et elles se trouvaient à proximité de l'endroit où Long Long a été secouru.

 

Crottes et restes de tiges de bambous sont deux indices de la présence du panda géant dans la réserve de Longxi-Hongkou.
Sur ces photos, sans doute des restes de Long Long, le panda secouru en avril 2012 et aujourd'hui à la base de Chengdu
8 novembre 2012 - © Jérôme POUILLE

 

La réserve de Longxi-Hongkou coopère principalement avec la base de Chendgu et c'est pour cette raison que Long Long, le panda secouru dans cette réserve le 16 avril dernier, a été envoyé à Chengdu. Ce panda a été trouvé par des gardes de la réserve qui ont immédiatement appelé la base de Chengdu qui a envoyé des vétérinaires sur place. Agé d'environ 20 ans, ce panda, une femelle, souffrait d'une malnutrition sévère, d'amaigrissement et de déshydratation sévère. Sa fourrure était rêche et terne et sa peau inélastique. Cette femelle souffrait également d'un collapsus cardio-vasculaire, d'ascites abdominales (parasites) et avait deux cicatrices de 20 centimètres de longueur ainsi que plusieurs autres petites cicatrices, des incisives très usées, un battement de cœur faible, une respiration irrégulière et une température corporelle de 37,1°C. Après des premiers soins sur place, à la station de protection de Longxi, et une réanimation cardiaque, l'équipe a transféré Long Long vers la base de Chengdu. Sur la route, des arrêts toutes les 30 minutes ont été nécessaires pour surveiller l'état de santé de l'animal. Placé en zone de quarantaine à la base de Chengdu, Long Long a subi plusieurs tests biochimiques et physiologiques. Elle souffrait d'une pancréatique sévère, d'une myocardite et de lésions hépatiques graves. Ayant eu plusieurs maladies parasitaires dans sa vie, elle ne pesait plus que 60 kilos à sa capture. Après 7 jours sans manger, Long Long a finalement saisi une pousse de bambou et après 10 jours de surveillance complémentaires, l'état de santé de Long Long s'est stabilisé. Long Long a survécu et est aujourd'hui toujours à la base de Chengdu, à la Sunshine Nursery House.

 

Le panda Long Long secouru dans la réserve de Longxi-Hongkou (première photo)
puis transféré à la base de Chengdu (deux dernières photos)
Avril 2012 - © Base de Chengdu

 

Le jeudi soir, un des gardes est venu me voir pour me montrer d'autres crottes de pandas, collectées le jour même par les gardes dans un lieu différent de notre randonnée, à plus haute altitude. Il y avait des crottes qui dataient de quelques jours, d'autres de quelques semaines. On pouvait aisément visualiser dans ces fèces les restes de feuilles de bambous ainsi que des restes de tiges.

 

Crottes de pandas collectées le 8 novembre par les gardes de la réserve.
Les plus fraîches sont les plus claires à droite sur la dernière photo.
8 novembre 2012 - © Jérôme POUILLE

 

En plus de la station de protection de Longxi, la réserve abrite trois autres stations : celle de Sengxikou, celle de Dashuigou, et celle de Tineng. Quarante personnes travaillent dans cette réserve dont sept à la station de Longxi.

C'est dans cette réserve qu'a été relâché le panda géant Shen Ling N°1, un panda sauvage égaré dans la ville de Dujiangyan le 16 juillet 2005 (lire l'article). La police avait été obligée d'endormir l'animal qui avait été transporté jusqu'au centre de Wolong pour un examen complet avant d'être relâché, équipé d'un collier radio-émetteur, le 8 août 2005 dans la réserve de Longxi-Hongkou.

 

Cette pierre taillée rappelle que le panda Shen Ling N°1 a été relâché dans la réserve de Longxi-Hongkou
8 novembre 2012 - © Jérôme POUILLE

 


Quelques vues de la réserve naturelle de Longxi-Hongkou - 8 novembre 2012 - © Jérôme POUILLE

 

Le vendredi 9 novembre, nous sommes partis à la recherche de traces et crottes d'animaux. Nous avons trouvé des crottes de takin, d'ours noir d'Asie, de chat de Chine et de macaque du Tibet. Nous avons également remonté un des cours d'eau du parc et nous avons pu constater les dégâts nombreux issus du séisme de mai 2008, notamment des glissements de terrain, qui ont fortement affecté la réserve naturelle de Longxi-Honkou.

 

La vallée dans la réserve qui porte les stigmates des glissements de terrain consécutifs au séisme de mai 2008
9 novembre 2012© Jérôme POUILLE

 

Le guide de notre groupe, Liu, nous a expliqué que plusieurs études scientifiques avaient eu lieu dans cette réserve, notamment après le séisme. Il nous confie également qu'une cage avait été installée pour essayer de capturer un panda et ainsi débuter un suivi scientifique de ce panda mais qu'aucun panda n'était entré dans cette cage. La réserve de Longxi-Hongkou a également collaboré dans le passé avec le zoo de San Diego. Notre guide nous a également narré son vécu lors du séisme alors qu'il se trouvait en pleine réserve, et notamment les premières 48 heures où ils n'avaient que d'autres choix, avec ses coéquipiers, que de rester et de survivre en pleine nature.

Le soir, Zhu Dahai, chercheur au centre de recherche scientifique de la réserve (Nature Reserve Research Center) nous a exposé les différents végétaux rencontrés dans la réserve de Longxi-Hongkou. Dans la réserve, la végétation est étagée selon ces trois types : la forêt mixte d'arbres à feuilles persistantes et d'arbres à feuilles caduques (entre 1 500 et 2 000 mètres d'altitude), la forêt mixte de conifères et d'arbres à feuilles caduques (entre 2 000 et 2 400 mètres d'altitude) et la forêt tempérée/froide de conifères (entre 2 400 et 3 400 mètres d'altitude).

Zhu Dahai nous a également présenté le travail quotidien des gardes de la réserve. Leur première mission est la protection des ressources naturelles : pour cela, ils effectuent des patrouilles quotidiennes, y compris des patrouilles armées, qui visent à lutter contre le braconnage, contre la collecte de plantes médicinales ou de pousses de bambous. Ils surveillent également la situation post-séisme du milieu naturel et des zones où des programmes de restauration ont été entrepris. Un accent particulier est porté sur la conservation du panda géant en dehors des limites de la réserve. Leur seconde grande mission est le suivi scientifique : suivi de routine du panda géant et de son habitat, inventaire de la végétation, suivi post-séisme de la végétation et de l'habitat. La troisième mission est la sensibilisation et l'éducation du public, et notamment auprès des écoles et des médias. Par ailleurs, les équipes de la réserve coopèrent activement avec des scientifiques chinois et étrangers, les associations de protection de la nature et les partenaires politiques et financiers. La réserve de Longxi-Hongkou a ainsi reçu plus de 200 scientifiques et experts pour des études variées. Enfin, la formation du personnel est un volet indispensable de la technicité des équipes de la réserve.

 

D'avril 2010 à septembre 2011, certaines parties de la réserve où la végétation avait été fortement endommagée
par le séisme de 2008 ont bénéficié de programme de restauration et de plantation, comme l'explique ce panneau.
Une première évaluation aura lieu dans trois ans - 10 novembre 2012© Jérôme POUILLE

 

Chaque garde de la réserve passe chaque mois entre 7 et 15 jours dans le milieu naturel et le reste du temps dans les bureaux de l'administration de la réserve, situés à Dujiangyan.

Le vendredi soir, M. Chen, un responsable également de la réserve de Longxi-Hongkou, mais au-dessus du directeur, est venu féliciter les seize finalistes Pambassador.

 

Monsieur Chen et moi-même, le 9 novembre 2012 - © Jérôme POUILLE

 

Le samedi, nous avons randonné dans la partie la plus au sud de la réserve, à la recherche de traces d'animaux et éventuellement du macaque du Tibet. Malheureusement, les seules observations que nous avons pu faire sont des fèces et des empreintes d'animaux divers (cervidés, sanglier). Mais nous avons pu voir des paysages différents, d'altitude moins élevée, et des signes de vie humaine passée, avant le séisme. Ce fut également l'occasion de revoir certaines espèces de végétaux découvertes la veille.

 

Empreinte d'une espèce de cerf vivant dans la réserve - 10 novembre 2012 - © Jérôme POUILLE

 

Une espèce de crapaud qui habite la réserve
10 novembre 2012 - © Jérôme POUILLE

 

La réserve de Longxi-Hongkou est parcourue par de nombreux cours d'eau
10 novembre 2012 - © Jérôme POUILLE

 

La réserve naturelle de Longxi-Hongkou a un taux d'humidité très élevée et le temps est souvent brumeux,
ce qui sublime les paysages - 10 novembre 2012 - © Jérôme POUILLE

 

Le dimanche a été consacré à une présentation par groupe de notre expérience dans cette réserve naturelle puis nous sommes retournés à Chengdu.

Les gardes de la réserve naturelle de Longxi-Hongkou effectuent un travail physique, endurant, dans des conditions de vie rudimentaires, surtout depuis le tremblement de terre de mai 2008. Je les remercie pour leur gentillesse et surtout pour le partage de connaissance dont nous avons bénéficié. J'ai passé 5 jours inoubliables au coeur de l'habitat du panda géant dans un environnement plutôt hostile mais qui est le favori du grand ours chat.

 

Mon équipe : Erica, Mélissa, Konnie et moi-même ; ainsi que Li Minxi (le plus à droite) de la base de Chengdu
et notre guide Liu qui travaille à la réserve de Longxi-Hongkou
8 novembre 2012 - © Jérôme POUILLE

 

 * * * * * * * * * * * * * * * * *

 

          

 



PANDA  CHAMPIONS

 

Du 9 au 13 janvier 2017, j'ai l'opportunité de participer à Chengdu, en Chine, à un court projet pour faire la promotion des 17 nouveaux objectifs de développement durable approuvés par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD). Ces 17 objectifs, qui guident les politiques et les financements du PNUD jusqu'en 2030, sont un engagement à la fois pour les hommes et la planète et visent à éradiquer la pauvreté, réduire les inégalités et protéger l'environnement.

Les deux dernières journées (jeudi et vendredi) étaient consacrées à la réserve naturelle de Longxi-Hongkou, où je me suis donc rendu pour la seconde fois.

Le jeudi, nous nous sommes rendus à la station de conservation de Dashuigou, l'une des trois stations de la réserve, qui se situe dans l'aire expérimentale. Nous avons pu observer les différents panneaux d'information à destination des locaux et des éventuels visiteurs. Messieurs Shang Tao et Zhou, des gardes de la réserve, nous ont détaillé les espèces qui peuplent la réserve ainsi que le principe, le fonctionnement et l'utilisation de caméras infrarouge pour mieux connaître la faune.

Lors du troisième recensement national des pandas sauvages et de leur habitat, qui s'est déroulé de 1999 à 2003, 6 pandas avaient été dénombrés dans la réserve naturelle de Longxi-Hongkou. D'après M. Zhou, ce sont dorénavant 10 pandas qui peuplent la réserve, en accord avec les données du quatrième recensement mené de 2011 à 2014.

 

La station de conservation de Dashuigou de la réserve naturelle de Longxi-Hongkou - 12 janvier 2017 - © Jérôme POUILLE

 

Quelques vues sur la réserve depuis la station de conservation de Dashuigou - 12 janvier 2017 - © Jérôme POUILLE

 

Piège à amphibiens, reptiles et rongeurs. Les animaux vont suivre la toile puis tomber dans le seau rouge.
Une fois identifiés, ils seront relâchés - 12 janvier 2017 - © Jérôme POUILLE

 

Panda sauvage filmé le 29 décembre 2014 à 12h54 par l'un des appareils à déclenchement infrarouge
installés dans la réserve - © Jérôme POUILLE & RN de Longxi-Hongkou

 

Panda sauvage filmé le 28 décembre 2014 à 12h53 dans la réserve naturelle de Longxi-Hongkou
© Jérôme POUILLE & RN de Longxi-Hongkou

 

Panda sauvage filmé le 29 décembre 2014 à 12h52 dans la réserve naturelle de Longxi-Hongkou
© Jérôme POUILLE & RN de Longxi-Hongkou

 

Panda sauvage filmé le 24 mai 2015 à 12h55 dans la réserve naturelle de Longxi-Hongkou
© Jérôme POUILLE & RN de Longxi-Hongkou

 

Panda sauvage filmé le 29 octobre 2015 à 16h08 dans la réserve naturelle de Longxi-Hongkou
© Jérôme POUILLE & RN de Longxi-Hongkou

 

Panda sauvage filmé le 30 mars 2016 à 15h30 dans la réserve naturelle de Longxi-Hongkou
© Jérôme POUILLE & RN de Longxi-Hongkou

 

Les Panda champions dans la réserve naturelle de Longxi-Hongkou, à la station de conservation de Dashuigou
12 janvier 2017 - © UNDP China
CLIQUEZ SUR LES PHOTOS POUR LES AGRANDIR

 

Le vendredi nous nous sommes rendus à la station de conservation de Longxi, qui se situe dans une autre vallée, toujours dans la réserve naturelle de Longxi-Hongkou. C'est dans cette station que j'avais passé 4 jours lors des épreuves finales du programme Chengdu Pambassador (voir ci-dessus). En cette saison, le sol était recouvert de neige comme environ quatre mois de l'année.

A noter que la réserve compte au total 3 stations de conservation : celles de Dashuigou (dans laquelle nous nous sommes rendus la veille), celle de Longxi et enfin celle de Shanxigou mais cette dernière a été sévèrement endommagée par le séisme de 2008.

 

La station de conservation de Longxi, de la réserve naturelle de Longxi-Hongkou - 13 janvier 2017 - © Jérôme POUILLE

 

En novembre 2016, la base de recherches de Chengdu sur l'élevage du panda géant (Chengdu Research Base of Giant Panda Breeding) a établi un enclos semi-naturel à proximité de la station de conservation de Longxi, dans la réserve naturelle de Longxi-Hongkou. Cet enclos, d'une surface de 2 ha, est destiné à recevoir un ou plusieurs pandas pour qu'ils apprennent comment survivre dans un milieu plus naturel. Si l'expérimentation fonctionne, ces pandas pourraient à terme être réintroduits dans le milieu naturel. Un à deux pandas devraient être transférés dans cet enclos semi-naturel dans les prochaines semaines (mars ? avril ?) et devraient venir de la Panda valley où un enclos semi-naturel existe également et où un chercheur américain, Jake Owens, travaille en coopération avec des homologues chinois pour apprendre à de jeunes pandas comment survivre dans le milieu naturel.

 

L'enclos semi-naturel récemment établi dans la réserve de Longxi-Hongkou
A l'intérieur de cet enclos ont été établis des points d'eau
Dernière photo : avec M. Zhou - 13 janvier 2017 - © Jérôme POUILLE

 

Cheminement à travers les bambous de la réserve naturelle de Longxi-Hongkou - 13 janvier 2017 - © Jérôme POUILLE

 

Différentes vues de la réserve naturelle de Longxi-Hongkou,
sur la dernière photo, le Dragon lake - 13 janvier 2017 - © Jérôme POUILLE