# A la une :    #Livres    #Beauval    #PairiDaiza    #Naissances2020

Actualités > 2021

 

Un panda sauvage photographié en train de se nourrir d'une carcasse de takin dans la réserve naturelle de Laohegou

Publié le : 4 juin 2021  |  Auteur : Jérôme POUILLE  |  Sources : Sohu  |  Remerciements : Alicia Alvarez

 

Le 20 mars dernier, Liu Xiaogeng (刘小庚) et ses collègues, du centre de protection de la réserve naturelle de Laohegou (comté de Pingwu, province du Sichuan), ont trouvé une carcasse de takin dans la vallée de Gangou (干沟) à une altitude d'environ 1 800 mètres. Ils ont décidé d'installer un appareil photo à déclenchement infrarouge (piège photographique) pour voir si le lieu allait être fréquenté par d'autres animaux. Le 16 mai dernier, lorsque le ranger He Jun (何军) est revenu sur place et qu'il a collecté la carte-mémoire de l'appareil, il a découvert plus de 200 photos et vidéos capturées. Parmi les visiteurs, ils ont découvert qu'un ours noir et qu'un panda géant s'étaient invités au dîner carné ! L'ours noir est venu à trois reprises (les 30 avril, 4 et 10 mai derniers) tandis que le panda géant n'est venu qu'une seule fois, le 13 mai. De nombreux oiseaux ont également goûté à la carcasse dont des pirolles à bec rouge (Urocissa erythroryncha) et des corbeaux à gros bec (Corvus macrorhynchos)

  

Un panda sauvage a été photographié le 13 mai 2021 à partir d'1h38 de la nuit en train
de manger quelques os de la carcasse du takin. La température affichée est de 14°C.

  

Le 30 avril 2021, c'est un ours noir d'Asie qui déguste la carcasse du takin

 

Il ne restait plus grand chose de la carcasse du takin, photographiée ici le 16 mai 2021.

  

Laohegou était auparavant une ancienne forêt d'Etat qui a été exploitée de 1972 à 1998 (date du moratoire sur l'exploitation forestière en Chine). 30 à 40% de la forêt avaient été exploités. Elle se situe dans le comté de Pingwu, dans la province du Sichuan. Cette forêt a été acquise en 2012 pour une durée de 50 ans par le partenaire chinois « Sichuan Nature Conservation Foundation » de l'ONG américaine « The Nature Conservancy » qui a souhaité développer sur ce territoire un modèle de conservation connu sous le nom de « Land Trust Reserve » (réserve de terres fiduciaire). A noter que la fondation « Sichuan Nature Conservation Foundation » a été renommée plus tard « Sichuan Paradise Foundation » et s'intitule dorénavant « Taohuayuan Ecological Protection Foundation » (桃花源生态保护基金会). Cette acquisition a été possible suite à la loi du 8 juin 2008 qui a réformé le système chinois de propriété forestière collective.

La réserve de Laohegou protège un mixte d'anciennes forêts exploitées, de terres collectives gérées par les communautés locales et de forêts originelles.

L'ONG « The Nature Conservancy » souhaite accompagner le développement des communautés locales dans un esprit de développement durable en promouvant des modes de développement alternatifs, la mobilisation de micro-crédits et l'ouverture à l'éco-tourisme. Un fonds de 16 000 dollars a été débloqué par l'ONG. Parmi les projets de développement durable, l'ONG accompagne les communautés à développer l'apiculture et autres modes d'agriculture peu impactants sur l'environnement naturel, mais aussi à écouler leur production via des filières responsables. Le plus proche village hors de la réserve est celui de Minzhu (民主村) qui compte 280 foyers et l'ONG accompagne également les villageois qui souhaitent développer une activité de maison d'hôte. 

D'après les premières études terrain et un recensement spécifique (hors du recensement national), la réserve de Laohegou abriterait 13 pandas géants. Lors d'une visite de la réserve en 2011, Charles Bedford et 24 de ses collègues de l'association ont même eu l'opportunité d'apercevoir brièvement deux pandas courir.

La réserve naturelle de Laohegou, d'une superficie de 11 000 hectares, abrite, outre le panda géant, notamment le rhinopithèque de Roxellane (Rhinopithecus roxellanae), le takin (Budorcas taxicolor), le cerf porte-musc des forêts (Moschus berezovskii), l'ours noir d'Asie (Ursus thibetanus), le faisan doré (Chrysolophus pictus) et le chat de Temminck ou chat doré d'Asie (Pardofelis temminckii).

Elle est frontalière au nord avec la réserve naturelle nationale de Tangjiahe et ne se situe qu'à une vingtaine de kilomètres à vol d'oiseau de la réserve naturelle nationale de Baishuijiang, qui sont toutes deux le refuge de nombreux pandas sauvages. La réserve de Laohegou, même si elle a un statut particulier, met sous protection un territoire qui remplit le rôle de corridor entre différents habitats du panda.

A ce jour, 150 pièges photographiques maillent le territoire de la réserve de Laohegou et en 2020 seize rangers ont parcouru plus de 10 000 kilomètres au total lors de patrouilles. 

  

A lire : D'autres actualités en lien avec la réserve naturelle de Laohegou :

        > Deux pandas filmés en plein combat en bordure de la réserve naturelle de Laohegou (15 avril 2021)

        > Plusieurs pandas sauvages photographiés dans le comté de Pingwu (17 novembre 2020)

        > Un panda sauvage aperçu par des rangers dans la réserve naturelle de Laohegou (9 juillet 2020)

        > Une mère panda et son jeune filmés de nuit dans la réserve naturelle de Laohegou (monts Minshan) (28 avril 2019)

        > Un panda photographié à Laohegou, une réserve naturelle au statut particulier (monts Minshan) (16 juin 2016)

        > 13 février 2013 : La réforme de la forêt collective en Chine serait dommageable pour l'habitat du panda

        > 3 janvier 2012 : Observation rare d'un panda sauvage se nourrissant d'une carcasse de takin

 

Pour en savoir plus :

        > Répartition : Les pandas des monts Minshan, dans la province du Sichuan et du Gansu

        > La réserve naturelle de Laohegou

        > Les réserves naturelles pour protéger l'habitat du panda : Fin 2009, la Chine compte 67 réserves naturelles pour la protection des populations sauvages de pandas

        > Liste des réserves naturelles de l'habitat du panda (PDF)