# A la une :    #Calendrier2019    #YuanMeng       #Naissances2018    #BoutiqueKdo    #PairiDaiza

 

13 novembre 2010 : Interview inédite de David Algranti, le français vainqueur du concours "Pandassadeurs" :


En juillet dernier, la base de Chengdu et le WWF ont lancé conjointement un concours international, "Projet panda", pour sélectionner des passionnés du monde entier pour devenir durant le mois d'octobre 2010 des pandassadeurs (pambassadeur en anglais) à la base de Chengdu et ainsi faire connaître les menaces qui pèsent sur l'espèce.

Parmi les 6 vainqueurs figurent un Français, David Algranti, 34 ans, qui a passé avec succès les différentes étapes du processus de sélection et qui vient de terminer son mois en qualité de "Pandassadeur" à la base d'élevage du panda géant de Chengdu.

J'ai eu le plaisir de questionner David à son retour de Chine à propos de son expérience inédite. Voici en exclusivité l'interview de David Algranti, à qui je renouvelle mes félicitations et mes remerciements pour accorder au site pandas.fr ses impressions sur sa mission chinoise.

 

David, tu as la chance de faire partie des 6 vainqueurs du concours Pandassadeur organisé par la base de Chengdu, peux-tu nous rappeler en quelques mots comment tu en es arrivé là ?

J'étais à mon travail, un vendredi matin, une collègue est arrivée et a posé un journal sur mon bureau avec un article sur le concours. Elle m'a dit : "David, c'est pour toi, il faut que tu le fasses". J'étais en train de quitter mon emploi donc ce concours tombait au bon moment, mais d'abord je n'ai pas pensé que c'était très sérieux. Je suis allé voir sur le site, j'ai vu que je n'avais plus que deux jours pour participer, et je n'ai donc pas eu le temps de réfléchir ou de me renseigner, je me suis lancé : j'ai écrit une petite chanson, demandé à tous mes amis de m'envoyer des photos d'eux avec des écriteaux "choose David", et j'en ai fait une petite vidéo. Je l'ai envoyée à la dernière minute, et le lendemain je savais déjà que j'étais parmi les 60 sélectionnés. J'ai dû alors activer tout mon réseau pour demander aux gens de voter pour moi, et une semaine après j'étais parmi les 12 finalistes. Je n'avais plus qu'une dizaine de jours pour me préparer à partir à Chengdu, sans savoir si je partais pour une semaine ou deux mois ! Tous cela a été tellement précipité que j'ai vraiment eu l'impression de me retrouver en Chine du jour au lendemain, c'était vraiment surréaliste. Là nous avons passé une incroyable semaine de "formation", puis nous avons participé à une espèce de grand jeu télévisé, pendant quatre heures, avec quizz, performances (j'ai chanté une chanson en chinois) etc. A l'issue de ce jeu, il ne restait plus que 6 gagnants, dont moi...

 

Quelle est ta journée-type en tant que Pandassadeur ? As-tu participé à des recherches scientifiques ?

Un petit bus nous attend à 9h à l'hôtel et nous amène à la Base des Pandas. Nous passons une blouse et des protège-chaussures, et nous allons nettoyer l'enclos de nos pandas (nous avons chacun un enclos attitré). En général, le matin nous nettoyons l'enclos intérieur (la cage) pendant que les pandas sont à l'extérieur, et l'après-midi nous faisons rentrer les pandas le temps de nettoyer leur enclos extérieur. S'il fait un peu chaud, nous les rafraîchissons au tuyau d'arrosage (ils adorent), et tous les jours nous leur apportons du bambou frais, et aussi quelques pommes et un pain spécial pour pandas qui contient tous les nutriments nécessaires (à l'état sauvage, la nourriture du panda est plus variée et ce pain permet de compenser les carences de l'alimentation en captivité). Nous leur donnons ces friandises soit à l'extérieur en les plantant sur un long bâton et en leur tendant depuis l'extérieur de leur enclos (nous en profitons pour leur faire faire un peu d'exercice), soit à l'intérieur en leur donnant directement dans la gueule à travers les barreaux. Tous les jours, nous "dressons" aussi nos pandas, pour les habituer, par exemple, à tendre le bras pour une prise de sang, ce qui évite le risque d'une anesthésie. En fin d'après-midi, nous avons des cours d'une ou deux heures. Voilà pour une journée type.

Nous avons assisté à des recherches scientifiques, prises de sang et analyse ADN, et ils nous ont laissé faire quelques manipulations en laboratoire, mais nous n'en avons eu qu'un bref aperçu, et nous manquons de connaissances biologiques préalables pour bien comprendre tout le processus.

 

Le panda n'en étant pas moins un ursidé d'une centaine de kilos, le contact avec les pandas captifs de la base a-t-il été plutôt impressionnant pour toi ou plutôt facile ?

Ils sont assez impressionnants, mais généralement placides, rarement excités, et ont souvent un regard très doux, donc nous n'avions pas peur, nous nous retenions plutôt de ne pas les approcher autant que nous le voulions ! Il est possible de les caresser à travers les barreaux quand ils sont concentrés sur une pomme, et pendant le dressage nous leur caressons aussi le museau. Dans certaines positions, ils semblent se prêter volontairement aux caresses (surtout les plus jeunes) et j'adorais leur masser la nuque quand c'était possible. Quant aux oursons de un an, on peut même aller dans leur enclos et jouer avec eux. Mais il faut toujours se méfier, surtout avec les adultes, ce sont des animaux très puissants, non domestiqués (le dressage ne fonctionne qu'avec des récompenses permanentes) et donc toujours potentiellement dangereux. Même sans être agressifs, ils peuvent vous attraper le bras et vous blesser. Nous étions toujours très vigilants.

 

Comment qualifierais-tu les conditions de vie des pandas en captivité à la base de Chengdu ? Les conditions de captivité sont-elles adaptées pour leur offrir une qualité de vie correcte  ? Les animaux ne sont-ils pas trop "apprivoisés" ?

Les pandas y sont très bien traités, dans des enclos spacieux et avec suffisamment d'arbres et de plateformes à explorer et grimper. Ils sont très bien nourris, soignés, et leur esprit est stimulé. Il n'y a qu'à les observer : aucun des pandas que j'ai vus n'avait l'air taciturne ou prostré. Ils sont tous très actifs et éveillés, et ne semblent pas développer de comportements de stress. Certains ont quelques tics (une jeune panda se lèche toujours le museau, un autre a tendance à se dresser trop facilement sur ses pattes arrière) mais ce sont justement des pandas qui ont grandi dans d'autres zoos. Après, cela reste des conditions de captivité, bien sûr, la base de Chengdu est un zoo, pas une réserve naturelle. Les pandas ne sont pas à proprement parler "apprivoisés", les seules choses que nous leur apprenons sont à des fins utiles, mais effectivement ils sont en étroite interaction avec les humains, les reconnaissent comme leurs nourrisseurs, et bien entendu ces pandas ne pourraient jamais être relâchés en liberté, mais ce n'est pas le but. Les pandas qui seront relâchés dans le futur auront eu beaucoup moins d'interactions avec l'homme.

 

5 femelles ont donné naissance à 7 bébés cette année à la base de Chengdu : Jiao Zi, Eryatou, Qi Zhen, Yuan Yuan et Ya Ya. As-tu pu approcher ces nouveau-nés ? Sont-ils élevés par leur mère ? D'autres femelles sont-elles susceptibles de donner encore naissance avant la fin de l'année ?

Les mères sont au calme, dans des cages non accessibles au public. Les bébés sont dans la nurserie, visibles (à travers une vitre) au public, et les gardiens passent leur temps (jour et nuit) à s'occuper d'eux, à leur frotter le ventre pour les aider à faire leurs besoins, et les amènent tour à tour auprès de leurs mamans. Cela ne se passe pas comme ça à l'état sauvage, mais de cette manière la base assure un taux de survie maximum, surtout pour les jumeaux dont un serait forcément condamné dans la nature, et les mères sont dans des conditions bien plus favorables pour s'alimenter, se reposer et se ressourcer. Aussi, certaines mères sont moins expertes que d'autres, ainsi j'ai vu les gardiens apporter son petit à une maman panda et le lui mettre littéralement dans les bras, et le tenir contre elle à travers les barreaux... Pour une autre mère, plus expérimentée, ils ont simplement posé le bébé dans la cage, la mère est arrivée, l'a pris dans sa gueule, s'est assise et l'a posé sur elle pour l'allaiter. Quand on revient chercher les bébés, les mères ne semblent pas du tout perturbées.

La Base n'attend pas d'autres naissances pour cette année, ou alors ils ne nous ont pas tout dit, ce qui est possible.

Nous avons eu le privilège de porter ces bébés, de les aider à faire leurs besoins, c'était un des plus beaux moments de ma vie. Nous n'avons pu faire cela qu'une seule fois, et avec d'énormes précautions.

 


David et un des bébés pandas nés cette été à la base

 

A tes côtés figurent 5 autres vainqueurs du concours, comment vous répartissez-vous les tâches ? Quelle est l'ambiance au sein du groupe ?

Nous avons tous un enclos attitré, ou plutôt, un panda attitré, mais en fonction de l'âge du panda, il pourra être seul ou partager son enclos avec un ou plusieurs autres pandas, et nous nous occupons alors de tous ces pandas. Nous faisons donc des choses légèrement différentes, mais au final nous pouvons tout expérimenter.

Cela peut paraître curieux de dire que nous sommes devenus de très bon amis en si peu de temps, mais nous vivons des choses tellement formidables que cela crée des liens forts. Nous sommes vraiment une très bonne équipe, nous sommes tous au même niveau, il n'y a aucune compétition, et dès que nous avons du temps libre nous le passons tous ensemble.

 

Comment s'articule ton travail avec les soigneurs et les vétérinaires de la base de Chengdu ?

Nous sommes beaucoup plus en contact avec les gardiens qu'avec les soigneurs et vétérinaires, que nous ne voyons que ponctuellement pour les prises de sang par exemple... Et puis, heureusement, aucun problème de santé n'est survenu pendant notre séjour, donc il n'y a eu aucun besoin d'intervention.

 

L'objectif final des programmes d'élevage en captivité étant la réintroduction de pandas dans le milieu naturel, la base de Chengdu a décidé en 2009 la construction d'une antenne à Dujiangyan spécifiquement dédiée à l'entraînement de pandas captifs à vivre en milieu naturel. As-tu entendu parlé de ce projet ? Son état d'avancement ? Est-ce une priorité pour la base ?

Oui bien sûr nous en avons entendu parler, nous y sommes même allés deux fois et y avons planté quelques bambous ! C'est effectivement un très gros projet et une priorité pour la Base. Ils espèrent finir la construction de cette "pré-réserve" en 2013. Le lieu sera séparé en trois parties progressives, plus, à l'entrée, une zone ouverte aux touristes (mais à faible mesure). Dans la première partie, les pandas seront dans l'environnement naturel, mais avec présence de leurs gardiens, dans la deuxième l'interaction humaine sera minimum, et dans la troisième elle sera nulle. Ensuite, les pandas pourront rejoindre une vraie réserve naturelle. Mais c'est un projet ambitieux, qui ne va pas réussir du premier coup, et qui nécessitera sûrement plusieurs générations de pandas. Il s'agit encore d'étudier la faisabilité d'une telle entreprise, après les derniers échecs de remise en liberté de pandas.

 

Quand se termine ta mission à Chengdu et quel va être ton programme après ce mois de Pambassadeur ? Penses-tu poursuivre ton rôle de mise en lumière de l'espèce ?

Elle s'est terminée vendredi 5 [novembre]. J'avais prévu de rester en Chine pendant encore un mois mais j'ai dû rentrer à Paris pour des raisons familiales. J'aimerais vraiment continuer à jouer un rôle dans la protection de l'environnement et des pandas, mais cela reste encore flou, nous avons un "titre" mais pas de directives, et je ne sais pas quelle crédibilité ce titre a vraiment. Ce qui est sûr, c'est qu'à titre personnel, je vais plus m'investir, notamment auprès du WWF, pour le reste c'est encore incertain. Il est possible que la Base nous invite à nouveau en Chine pour certains événements médiatiques.

 

Enfin, tu m'as indiqué avoir utilisé le site www.pandas.fr avant ton départ pour Chengdu, peux-tu nous donner en quelques mots tes impressions sur le site ?

Oui, avant de partir, j'ai imprimé toutes les pages du site et j'ai tout lu dans l'avion. Je voulais en savoir un maximum avant d'arriver sur place. C'est un site très complet, très intéressant, et qui m'a sans aucun doute aidé à faire partie des six vainqueurs. Plusieurs fois, nous avons aussi dû jouer un rôle de guide et parler aux visiteurs de la Base. Ce que j'ai appris sur le site m'a beaucoup aidé, et j'ai même utilisé la série de photos sur le développement du panda par âges successifs.

 

 

 

Auteur : Jérôme POUILLE

Remerciements : David Algranti, que je remercie chaleureusement pour sa disponibilité

 

A lire : 4 octobre 2010 : Un français parmi les 6 vainqueurs du concours "Pandassadeurs"

 

Pour en savoir plus :

        > Le blog qu'a tenu David Algranti durant son séjour à Chengdu : projectpandavid.tumblr.com

        > Un autre interview de David à son retour de Chine, réalisé par Geneviève Hamelin, une amie, et publié sur son site consacré aux ours : http://www.surlespasdesours.fr/articles.php?lng=fr&pg=2791

        > Le site internet du projet panda : www.pandahome.com

        > La base de recherches de Chengdu sur l'élevage du panda géant, en Chine

        > La réintroduction, le but ultime des programmes d'élevage en captivité