# A la une :    #PandaAlbinos    #Naissances2019    #YuanMeng       #Livres    #Réintroduction

 

17 novembre 2011 : Bilan des naissances de l'année 2011 :


La 21ème conférence annuelle du Comité chinois chargé d'évaluer les techniques d'élevage du panda géant (Chinese Committee of Breeding Techniques for Giant Pandas) s'est tenue du 8 au 10 novembre 2011 à Changsha (province du Hunan) en Chine. Ce comité se réunit chaque année pour faire le bilan sur les naissances de l'année écoulée et pour préparer les stratégies d'appariements pour la saison de reproduction à venir. Il compte de nombreux participants : pays, agences gouvernementales, organisations de protection de la nature, universités, experts, délégations de zoos étrangers...

 



En 2011, ce sont 25 bébés pandas qui sont nés en 15 portées, soit deux tiers de portées jumelles (66,66%). Parmi eux, 20 bébés ont survécu. Ces statistiques sont inférieures à celles de l'an dernier que ce soit en nombre de naissances ou en nombre de bébés ayant survécu. Rappelons que l'accent a été mis cette année sur la qualité des naissances plutôt que sur la quantité.

 

Ces 25 bébés sont nés dans les zoos et bases d'élevage suivants :

Institution Base Nombre de portées Nombre de bébés Nombre de survivants
CCRCGP Base d'Hetaoping 3 5 4
Base de Yaan Bifengxia 2 3 3
Sous-total 5 8 7
CRBGPB Base de Chengdu 9 15 12
Zoo de Chongqing 1 2 1
TOTAL 15 25 20

 

CRBGPB : base de recherches de Chengdu sur l'élevage du panda géant (Chengdu Research Base of Giant Panda Breeding) (lire l'article sur cette institution)

CCRCGP : centre chinois de recherches et de conservation du panda géant (China Conservation and Research Center for the Giant Panda) (lire l'article sur cette institution)

 

Les conclusions à tirer de ces données :
   - pour la première fois depuis 2004, aucun panda n'est né hors de Chine,
   - 80% des petits nés cette année ont survécu, soit un taux assez faible au regard de l'amélioration des techniques d'élevage par l'homme,
   - les 5 femelles qui ont donné naissance au centre chinois de recherches et de conservation du panda géant (China Conservation and Research Center for the Giant Panda) sont toutes intégrées au programme de réintroduction lancé par cette institution (lire l'article),
   - la population captive de pandas en Chine s'élève dorénavant à 328 individus.

Si l'on compare ces chiffres au tableau des naissances tenu à jour sur ce site (accéder au tableau), il manque deux naissances à la base de Chengdu alors que le nombre de portées est exacte. Cela signifie qu'il y a deux portées listées dans le tableau qui ne sont pas des portées simples mais des portées jumelles dont les petits n'ont pas survécu. Le tableau sera donc réajusté dès que de nouvelles informations seront communiquées.

Lors de l'Atelier sur le plan de gestion de la population captive de pandas géants (Captive Management Planning Workshop), qui s'est tenu en décembre 1996, les spécialistes avaient défini le but à long terme du maintien en captivité de pandas géants : Développer en Chine une population captive auto-entretenue de pandas géants qui aidera à soutenir sur le long terme une population viable dans le milieu sauvage. Il était communément admis qu'une population captive de 300 pandas permettrait d'obtenir une population auto-entretenue démographiquement et génétiquement diversifiée, sans nécessité de prélèvement supplémentaire dans le milieu naturel. Ce chiffre est atteint depuis l'an passé.

A noter que ces statistiques ne sont qu'un bilan quantitatif des naissances de l'année 2011. Il est trop tôt pour se prononcer sur un bilan qualitatif.

Depuis quelques années maintenant, le Comité chinois chargé d'évaluer les techniques d'élevage du panda géant alerte sur la nécessité de prendre en compte la "qualité" des naissances et non seulement la "quantité". En effet, le nombre de pandas captifs ne doit pas être la seule priorité. La gestion génétique (certains individus sont plus "importants" / "riches" génétiquement que d'autres, particulièrement ceux qui sont peu ou pas représentés actuellement - exemple des animaux nés dans le milieu naturel et qui ne se sont pas encore reproduits) et les aspects comportementaux (avoir des individus capables de se reproduire naturellement, d'être des mères compétentes...) doivent être mieux pris en compte. La séparation mère/jeune similaire à ce qui se passe dans la nature, même si les femelles ne vont pas concevoir des jeunes aussi souvent, doit être expérimentée pour évaluer les bénéfices comportementaux à long terme pour les pandas bénéficiant ainsi de ce sevrage "naturel".

Nous parlons bien ici de "qualité" des individus et non plus seulement de "quantité".

Au départ, un programme d'élevage se concentre souvent principalement sur l'expansion démographique mais lorsque la population captive commence à atteindre un effectif important, ce qui est le cas de la population captive de pandas géants, l'accent doit être mis sur la qualité de cette population (qualité génétique et comportementale). La gestion génétique doit faire la balance entre les individus qui ont du mal à s'accoupler (et donc ceux faiblement représentés dans la population captive = avec un coefficient de parenté moyen faible) mais "riches" génétiquement et les individus (paires) avec des probabilités d'accouplement importantes (pour l'expansion démographique).

 

Le centre chinois de recherches et de conservation du panda géant (China Conservation and Research Center for the Giant Panda) a pris deux initiatives cette année pour améliorer la "qualité" des jeunes pandas :

   - il a relancé son programme "18 mois" (lire l'article) initié en 2007 mais cessé suite au séisme du 12 mai 2008 qui avait détruit le centre de Wolong. Ce programme consiste à laisser le jeune avec sa mère durant les 18 premiers mois de sa vie, comme cela se passe pour les pandas sauvages. En effet, la pratique historique du centre chinois de recherches et de conservation du panda géant était de séparer (de sevrer) les jeunes de leur mère dès qu'ils avaient 6 mois ce qui permettait à la femelle d'entrer en chaleur l'année suivante et d'avoir potentiellement plus de naissances. Mais plusieurs chercheurs s'interrogent sur les conséquences d'une séparation précoce mère/jeune sur le développement, la santé, le comportement et la sociabilisation à long terme du jeune. En particulier, ils soupçonnent cette séparation précoce d'être à l'origine de comportements anormaux à l'âge adulte : agression inappropriée, comportement sexuel inadéquate particulièrement chez les mâles, comportement maternel incompétent... La base de Yaan Bifengxia a relancé cette année le programme pour cinq mères pandas ayant donné naissance en 2010. Il s'agit de Hua Mei et son jeune Yang Hu (un mâle né le 17 septembre 2010), de Long Xin et son jeune Hu Xiao (un mâle né le 29 juillet 2010), de Gong Zhu et son jeune Shan Hu (un mâle né le 24 août 2010), de Ye Ye et son jeune Hu Chun (une femelle née le 9 septembre 2010) et enfin de Ju Xiao et un de ses jumeaux né le 27 juillet 2010, la femelle Cai Yun. Ces jeunes, qui n'ont pas été sevrés à leur 6 mois, seront donc élevés par leur mère jusqu'à leurs 18 mois.

   - il a étendu son programme de formation à l'apprentissage de la vie en milieu semi-naturel avec l'objectif d'une réintroduction future des jeunes élevés dans ces conditions (lire l'article).

 

Ci-dessous un tableau synthétique des naissances de ces 15 dernières années en Chine et hors de Chine ainsi le pourcentage des naissances jumelles et des taux de survie à six mois :

 

 

 

Version anglaise :

 


 

  

Auteur : Jérôme POUILLE

 

A lire :

        > 23 avril 2011 : Bilan des naissances de l'année 2010

        > 3 janvier 2010 : Une explication au faible nombre de naissances à la base de Chengdu en 2009

        > 12 novembre 2009 : Bilan des naissances de l'année 2009

        > 1er avril 2008 : Début de la saison des amours 2008

        > 5 Novembre 2007 : Bilan des naissances 2007

        > 1er Janvier 2007 : Erratum : 34 naissances en captivité en 2006 dont 30 survivants

 

Pour en savoir plus :

        > Tableau des naissances de l'année 2011

        > Tableau des naissances de l'année 2010

        > Tableau des naissances de l'année 2009

        > Tableau des naissances de l'année 2008

        > L'élevage en captivité, une méthode de conservation

        > La reproduction des pandas et la croissance du jeune

        > La réintroduction, le but ultime des programmes d'élevage en captivité

        > Les centres de recherche et d'élevage du panda géant, en Chine

        > Où voir des pandas hors de Chine : la liste actualisée des zoos qui hébergent des pandas hors de Chine