# A la une :    #PandaAlbinos    #Naissances2019    #YuanMeng       #Livres    #Réintroduction

Actualités > 2018

 

Inauguration au sein de la réserve naturelle de Daxiangling d'une base dédiée à la réintroduction de pandas

Publié le : 7 décembre 2018  |  Mis à jour le : 8 décembre 2018  |  Auteur : Jérôme POUILLE  |  Sources : 看熊猫, Pandapia, Gouvernement de la province du Sichuan, CRBGPB

 

Hier jeudi 6 décembre, une base dédiée à la réintroduction de pandas captifs dans le milieu naturel (四川大相岭大熊猫野化放归基地) a été inaugurée dans la réserve naturelle de Daxiangling située dans le comté de Yingjing (province du Sichuan), dans la partie du comté occupée par les monts Daxiangling. La base, qui se situe dans le secteur de Macaohe (马草河), inclut deux enclos semi-naturels d'environ 150 hectares chacun où ont été placées deux femelles nées en 2016 à la base de Chengdu : He Yu et Xing Chen. Ces deux pandas ont été formés depuis octobre 2017 dans un enclos semi-naturel de la vallée du panda à Dujiangyan, une antenne de la base de Chengdu.

De nombreux officiels ont assisté à la cérémonie dont Su Zhonghai (苏宗海), à la tête du futur parc national pour la protection du panda géant, et Zhang Zhihe, directeur de la base de recherches de Chengdu sur l'élevage du panda géant (Chengdu Research Base of Giant Panda Breeding).

La construction de cette base avait été initiée dès 2015 après que la réserve naturelle de Daxiangling ait été identifiée comme futur site pour des réintroductions de pandas nés en captivité et formés en vue d'être relâchés dans le milieu naturel.

L'établissement de cette base s'est accompagné d'investigations scientifiques dans la réserve de Daxiangling et la réserve voisine de Wawushan. Des actions de sensibilisation des populations locales et d'éducation à la conservation ont été menées pour d'une part informer les locaux sur le projet de réintroduction de pandas et d'autre part accentuer l'acceptabilité du projet et diminuer l'impact des activités anthropiques sur l'habitat du panda. Enfin, une campagne de vaccination des animaux domestiques a été organisée pour limiter les risques de transmission de virus aux pandas sauvages.

 

Un environnement enneigé dans l'enclos d'acclimatation inauguré le jeudi 6 décembre 2018
dans la réserve naturelle de Daxiangling, dans les monts du même nom

 

Jusque là, depuis la reprise du programme de réintroduction en 2010, les pandas nés en captivité à avoir été réintroduits dans le milieu naturel l'ont tous été dans la réserve naturelle de Liziping dans les monts Xiaoxiangling.

La réserve naturelle de Daxiangling (大相岭自然保护区) a été établie en 2003 et protège un territoire de 28 450 hectares compris entre 2 000 et 3 481 m d'altitude dans les monts Daxiangling. Elle abrite au moins 1 932 espèces de plantes vasculaires et 264 espèces de vertébrés (10 espèces de poissons, 11 espèces d'amphibiens, 13 espèces de reptiles, 151 espèces d'oiseaux, et 79 espèces de mammifères). Parmi les animaux vivant dans la réserve, et outre le panda géant, citons la panthère (Panthera pardus), le cerf porte-musc des forêts (Moschus berezovskii), le takin (Budorcas taxicolor), le serow (Capricornis sumatraensis), le goral de l'Himalaya (Naemorhedus goral), le macaque du Tibet (Macaca thibetana), le panda roux (Ailurus fulgens), l'ours noir d'Asie (Ursus thibetanus) et le chacal doré (Canis aureus).

Selon le quatrième recensement national des pandas géants et de leur habitat, qui a eu lieu entre 2011 et 2014, 93,21% du territoire de la réserve est habité par le panda géant (soit 26 518,56 hectares) auxquels s'ajoutent 4,08 hectares d'habitat potentiel. Toujours selon le même recensement, la réserve abrite 7 pandas sauvages.

Le comté de Yingjing abrite 28 pandas sauvages, dont 11 dans les monts Qionglai et 17 dans les monts Daxiangling.

Parmi les 6 grands monts habités par les pandas sauvages, le complexe formé par les monts Xiaoxiangling et Daxiangling a un effectif très faible de pandas (68 seulement selon le quatrième recensement). Une étude de 2010 a montré que les pandas du complexe formé par les monts Daxiangling et Xiaoxiangling vivaient dans quatre poches isolées et séparées les unes des autres d'une distance moyenne de 76 km et que la rivière Dadu et la route nationale 108 étaient des barrières expliquant cette fragmentation.

Les chinois ont développé deux approches pour former des pandas en vue de les relâcher dans le milieu naturel. La première, celle mise en œuvre par la base de Chengdu, est qualifiée de méthode douce. C'est l'homme qui va apprendre à l'animal né en captivité un ensemble de réflexes afin qu'il puisse être de plus en plus autonome et qu'il appréhende son environnement de la meilleure façon qu'il soit. Ainsi, quelques experts vont travailler quotidiennement pendant plusieurs mois avec un panda et lui apprendre comment rechercher sa nourriture, trouver un point d'eau, anticiper d'éventuels prédateurs. C'est un long travail d'apprentissage, où la complicité entre l'animal et l'homme est la clef de la réussite. L'objectif est que l'individu acquiert progressivement des instincts sauvages. Cette méthode diffère de celle employée par le Centre Chinois de Recherches et de Conservation du Panda Géant (China Conservation and Research Center for the Giant Panda - CCRCGP) où c'est la mère panda qui va apprendre à son jeune à vivre dans des conditions qui s'approchent progressivement de plus en plus avec celles du milieu naturel. La mère panda et son jeune sont alors sélectionnés puis placés dans des enclos naturels de plus en plus grands et complexes. Ce n'est qu'au bout de 24 mois ou légèrement plus que le jeune panda est séparé de sa mère puis relâché s'il a franchi avec succès les différentes étapes de la formation. Cette stratégie vise à minimiser l'intervention humaine et s'appuie sur l'instinct maternel pour l'apprentissage.

La stratégie du Centre Chinois de Recherches et de Conservation du Panda Géant est celle déployée qui a abouti aux réintroductions de Tao Tao en 2012, Zhang Xiang en 2013, Xue Xue en 2014, Hua Jiao en 2015, Hua Yang et Zhang Meng en 2016, et Ying Xue et Ba Xi en 2017.

Pour expérimenter sa méthode, la base de Chengdu s'appuie sur les travaux de Ben Kilham et John Spotila avec les ours noirs qui ont abouti à des réintroductions avec succès. La méthode a également été appliquée avec succès aux éléphants et aux rhinocéros au Kenya, aux orang-outans à Bornéo, aux ours malais en Indonésie et aux tamarins-lions dorés au Brésil. Pour déployer son programme de réintroduction, la base de Chengdu a recruté le chercheur américain Jake Owens.

Les premiers pandas sélectionnés pour être intégrés au programme porté par Chengdu étaient le mâle He Sheng et la femelle Qian Qian, tous deux nés en 2013. Après qu'ils aient été entraînés à la vallée du panda par Jake Owens et ses collègues chinois, ils ont été transférés en mars 2016 dans l'enclos d'acclimatation construit au sein de la réserve naturelle de Liziping. Puis les deux pandas ont rejoint le milieu naturel au début de l'été 2016. Les premières semaines se sont très bien passées et les chercheurs ont même eu l'occasion d'observer Qian Qian interagir avec un congénère sauvage pendant une journée entière. Malheureusement, après un été dans le milieu naturel, He Sheng et Qian Qian ont subi plusieurs blessures dont la cause n'a pu être déterminée. Qian Qian a rapidement pu être localisée et capturée et des médicaments lui ont été administrés. Elle a été replacée dans l'enclos d'acclimatation. Pendant son rétablissement, les chercheurs ont continué le suivi de He Sheng qui était en bonne santé. Après deux semaines, He Sheng s'est déplacé dans un secteur où le signal GPS ne passait pas et où le signal radio était très faible à cause du relief et c'est à ce moment qu'il a subi des blessures. Malheureusement, malgré des recherches épuisantes, la trace de He Sheng n'a pu être retrouvée, jusqu'à ce que son collier GPS émette un signal d'alerte d'urgence le 27 septembre 2016. Il a été retrouvé le jour suivant, mais il était malheureusement mort suite à une septicémie consécutive aux blessures infectées. Les chercheurs n'ont pas pu identifier l'origine des blessures mais ne pensent pas qu'elles provenaient d'un autre panda. Depuis, Qian Qian n'a pas de nouveau été relâchée dans le milieu naturel. Agée aujourd'hui de 5 ans, Qian Qian se porte bien, a presque atteint sa maturité sexuelle, a gagné du poids et reste une candidate adaptée pour une réintroduction qui devrait avoir lieu dans une autre réserve.

He Yu et Xing Chen ont été formés par l'homme avec le retour d'expérience de He Sheng et Qian Qian. S'ils s'adaptent avec succès à l'enclos d'acclimatation dans lequel ils viennent d'être transférés, il est probable qu'ils soient relâchés dans la réserve de Daxiangling.

He Yu est née le 9 août 2016, sa mère est Cheng Gong. Xing Chen est né le 23 juin 2016, sa mère est Xing Ya. He Yu et Xing Chen ont été transférées avec leur mère à la vallée du panda de Dujiangyan en mars 2017 puis ont été placées dans l'enclos semi-naturel pour débuter la formation fin octobre 2017.

Dans l'enclos d'acclimatation de la réserve de Daxiangling, He Yu et Xing Chen seront suivis par 6 scientifiques qui vont surveiller leur comportement, comment ils cherchent leur nourriture, et leur état de santé. En plus des colliers GPS et radio-émetteur dont sont équipés les deux pandas, des appareils photos et vidéos à déclenchement infrarouge ont été installés dans l'enclos pour optimiser le suivi.

 

Vue aérienne de la base de réintroduction de Daxiangling - © CRBGPB

 

A lire : Les dernières actualités en lien avec le programme de réintroduction mené par le Centre chinois de recherches et de conservation du panda géant :

        La femelle Ying Xue, lâchée dans le milieu naturel en novembre dernier, a été aperçue (17 avril 2018)

        Des nouvelles de Ying Xue, Ba Xi et Tao Tao, réintroduits tous les trois dans la réserve naturelle de Liziping (14 mars 2018)

        Le mâle Tao Tao, réintroduit dans la nature en 2012, a été retrouvé vivant et examiné in situ (4 janvier 2018)

        Un mois après avoir rejoint le milieu naturel, des nouvelles de Ying Xue et Ba Xi (3 janvier 2018)

        La femelle Ying Xue et le mâle Ba Xi, nés en captivité en 2015, ont été lâchés dans le milieu naturel (26 novembre 2017)

        > Zhang Xiang, relâchée dans le milieu naturel en 2013, s'est bien adaptée selon un récent examen vétérinaire in situ (3 octobre 2017)

        Zhang Meng, relâchée en octobre dernier dans le milieu naturel, a été récemment aperçue dans le comté de Mianning (30 juin 2017)

        > Zhang Xiang, relâchée dans le milieu naturel en 2013, a été récemment localisée dans le comté de Mianning (31 mars 2017)

        > Les femelles Hua Yan et Zhang Meng ont été relâchées dans le milieu naturel (23 octobre 2016)

        > Hua Jiao, relâchée l'an dernier dans la réserve naturelle de Liziping, se porte bien (2 mars 2016)

        > Des traces de Zhang Xiang, relâchée en 2013, ont été retrouvées dans la montagne Dahong (11 février 2016)

        La réserve naturelle de Daxiangling pourrait prochainement accueillir des réintroductions (26 janvier 2016)

        > Hua Jiao a été relâchée hier dans la réserve naturelle de Liziping et devient ainsi le 5ème panda né en captivité à être réintroduit dans le milieu naturel (20 novembre 2015)

        > Xue Xue, née en captivité, a été réintroduite ce matin dans la réserve naturelle de Liziping (14 octobre 2014)

        > Deux autres pandas nés en captivité devraient être réintroduits très prochainement dans le milieu naturel (4 septembre 2014)

        > Le centre chinois de recherches et de conservation du panda géant inaugure une nouvelle base à Huaying pour son programme de réintroduction (25 août 2014)

        > Zhang Xiang, réintroduite dans le milieu naturel en novembre dernier, se porte bien (24 avril 2014)

        > 6 novembre 2013 : Réintroduction de Zhang Xiang ce matin dans la réserve de Liziping

        > 31 octobre 2013 : Tao Tao, réintroduit l'an dernier, aperçu et examiné in situ

        > 15 octobre 2013 : Une année de milieu naturel pour Tao Tao, réintroduit l'an dernier

        > 15 juin 2013 : Des nouvelles de Tao Tao, réintroduit en octobre dernier dans la réserve naturelle de Liziping

        > 7 février 2013 : Tao Tao, réintroduit en octobre dernier dans le milieu naturel, s'est bien adapté

        > 11 octobre 2012 : Tao Tao a été réintroduit ce matin dans le milieu naturel, dans la réserve de Liziping

        > 21 février 2012 : La réserve naturelle de Liziping semble adaptée pour accueillir des réintroductions futures

 

Pour en savoir plus :

        > La réintroduction, le but ultime des programmes d'élevage en captivité : Toutes les informations sur les différents programmes de réintroduction passés et actuels

        > La réserve naturelle de Liziping

        > Les réserves naturelles pour protéger l'habitat du panda : Fin 2009, la Chine compte 67 réserves naturelles pour la protection des populations sauvages de pandas

        > Répartition : Les pandas des Monts Xiaoxiangling et Daxiangling, dans la province du Sichuan