# A la une :    #PandaAlbinos    #Naissances2019    #YuanMeng       #Livres    #NaissancesPairiDaiza

 

18 novembre 2013 : Bilan des naissances de l'année 2013 :

 

Du 7 au 12 novembre derniers s'est tenue à Chengdu, en Chine, la conférence annuelle du Comité chinois chargé d'évaluer les techniques d'élevage du panda géant (Chinese Committee of Breeding Techniques for Giant Pandas). Ce comité se réunit chaque année pour faire le bilan sur les naissances de l'année écoulée et plus largement, il est aussi l'occasion d'échanger sur les progrès scientifiques et la conservation du panda géant, in situ et ex situ. Il compte de nombreux participants : pays, agences gouvernementales, organisations de protection de la nature, universités, experts, délégations de zoos étrangers...

L'événement, baptisé cette année "Symposium international sur la conservation du panda géant" (International symposium on giant panda conservation) et organisé par le Ministère chinois des forêts (State Forestry Administration) a réuni environ 200 délégués de Chine et d'une dizaine de nations étrangères.

Citons notamment :

   - M. Zhang Zhihe, directeur de la base de recherches de Chengdu sur l'élevage du panda géant (Chengdu Research Base of Giant Panda Breeding), et président du Comité chinois chargé d'évaluer les techniques d'élevage du panda géant,

   - M. Zhang Hemin, directeur du Centre chinois de recherches et de conservation du panda géant (China Conservation and Research Center for the Giant Panda),

   - Mme Yin Hong, directrice générale adjointe du Ministère chinois des forêts (State Forestry Administration),

   - M. Zhang Xiwu, directeur de la Division de Protection de la Vie Sauvage (Wildlife Protection Division) de l'Administration d'Etat des Forêts (State Forestry Administration),

   - M. Zhang Dehui, directeur du bureau de la conservation du panda géant à la division de protection du Ministère chinois des forêts (Protection Division Office of Giant Panda Conservation - State Forestry Administration),

   - M. Yao Sidan, directeur du Département des forêts de la province du Sichuan (Sichuan Forestry Department),

   - M. Xie Ruiwu, adjoint au Maire de la ville de Chengdu,

   - M. Dennis Walter Kelly, directeur du parc zoologique national de Washington,

   - M. Ronald R. Swaisgood, scientifique au zoo de San Diego.

 


Ouverture du meeting, le 7 novembre 2013 - © CRBGPB

 


Intervention du Dr. Zhang Zhihe - © CRBGPB

 


Intervention du Dr. Zhang Hemin - © CRBGPB

 

Les photos du meeting - © CRBGPB

 

Le Comité a annoncé que la population captive de pandas s'élevait désormais à 376 individus, contre 341 l'an dernier, soit une augmentation de 10,3%.

Revenant sur la saison des naissances passée, le comité a dévoilé les chiffres suivants :

   - 49 pandas sont nés en 2013 et 42 ont survécu, soit un taux de survie de 85,71%.

   - 34 femelles ont donné naissance : 20 portées simples, 13 portées de jumeaux, et 1 portée de triplets. Soit 58,82% de portées simples et 38,24% de portées jumelles.

 

Ces naissances se répartissent comme suit entre les différentes institutions (incertitude car écart de chiffres entre mon tableau des naissances et les statistiques finales) :

 

Institution Base Nombre de portées Nombre de bébés Nombre de survivants
CCRCGP Base d'Hetaoping 4 5 5
Base de Yaan Bifengxia 12 15 (+ 1 ?) 14 (- 1 ?)
Sous-total 16 20 (+ 1 ?) 19 (- 1 ?)
CRBGPB Base de Chengdu 9 16 (+ 1 ?) 14
SWARC 2 2 2
Autres zoos en Chine (Chongqing, Guangzhou) 2 2 2
Hors de Chine 5 7 6
TOTAL 34 49 (47 + 2) 42 (43 - 1)

 

CRBGPB : base de recherches de Chengdu sur l'élevage du panda géant (Chengdu Research Base of Giant Panda Breeding) (lire l'article sur cette institution)

CCRCGP : centre chinois de recherches et de conservation du panda géant (China Conservation and Research Center for the Giant Panda) (lire l'article sur cette institution)

SWARC : centre de sauvetage et de recherche sur les animaux sauvages du Shaanxi (Shaanxi Wild Animal Rescue and Research Center) (lire l'article sur cette institution)

 

Lors de l'Atelier sur le plan de gestion de la population captive de pandas géants (Captive Management Planning Workshop), qui s'était tenu en décembre 1996, les spécialistes avaient défini le but à long terme du maintien en captivité de pandas géants : Développer en Chine une population captive auto-entretenue de pandas géants qui aidera à soutenir sur le long terme une population viable dans le milieu sauvage. Il était communément admis qu'une population captive de 300 pandas permettrait d'obtenir une population auto-entretenue démographiquement et génétiquement diversifiée (retenant au moins 90% de diversité génétique de la population fondatrice) pour les 100 ans à venir, sans nécessité de prélèvement supplémentaire dans le milieu naturel. Ce chiffre est atteint depuis 2010 ; d'où l'intérêt dorénavant de mettre l'accent sur la qualité des naissances surtout dans une optique de réintroduction dans le milieu naturel d'animaux nés en captivité. 

Cependant, un autre objectif doit être gardé en mémoire et a été évoqué par le Comité. Pour maintenir cette même diversité génétique sur une période de 200 ans, et non plus de 100 ans, entre 400 et 600 individus sont nécessaires en captivité. C'est aujourd'hui un nouvel objectif poursuivi en Chine, en plus de celui de la qualité des naissances. 

Le défi chaque année est donc d'avoir le plus de naissances possible, mais des naissances de bonne qualité. Pour cela, il est nécessaire au préalable de connaître la qualité génétique de chaque individu, afin de décider si ce dernier peut ou non participer à la reproduction. En effet, un individu qui serait sur-représenté dans la population captive (= qui aurait beaucoup de descendants) doit être écarté car il participe à un affaiblissement de la diversité génétique de la population captive. Connaître la qualité génétique de chaque individu (son taux de consanguinité, son taux de parenté moyen,...) permet de sélectionner les meilleurs individus et les meilleurs appariements pour la reproduction, que ce soit pour un accouplement naturel ou pour une insémination artificielle. 

Bien entendu, les aspects génétiques ne sont pas les seuls aspects de la qualité des individus. L'aspect comportemental est également primordial, notamment avoir des individus capables de se reproduire naturellement, des femelles d'être des mères compétentes...

Lors du meeting de cette année, le sujet de la réintroduction d'animaux nés en captivité dans le milieu naturel a été au cœur des discussions. En effet, le Centre chinois de recherches et de conservation du panda géant a réintroduit la veille de l'ouverture du Comité un nouveau panda dans la réserve naturelle de Liziping (lire l'article), après l'avoir formé pendant plus de deux ans à vivre dans des conditions de plus en plus proches de celles du milieu naturel, un programme mis en œuvre dans la base d'Hetaoping. Rappelons que l'objectif ultime de l'élevage en captivité du panda géant est le soutien aux populations sauvages et la réintroduction est l'un des volets de ce soutien. Bien sûr, ce programme de réintroduction en est à ses débuts et il convient de poursuivre les recherches et les expériences afin de rechercher la meilleure stratégie. De nombreuses questions restent encore en suspens : Quel doit être l’avenir des programmes de réintroduction ? N’existe-t-il pas un risque pour les populations sauvages ? Ne doit-on pas plutôt réintroduire des pandas dans des habitats perdus mais que l’on souhaiterait voir reconquis par l’espèce ? Est-il pertinent de ne réintroduire qu’un seul panda à la fois ? ou un groupe de pandas ?

Comme chaque année, voici un tableau synthétique des naissances de ces 17 dernières années. J'ai détaillé à nouveau les statistiques institutions par institutions en Chine et dressé un bilan général (les données de 2013 demandent à être confirmées, notamment la répartition entre institutions sur les interrogations soulevées dans le premier tableau, ci-dessus) :

 

 

Sur les 17 dernières années, de 1997 à 2013, environ 80% des bébés ont survécu et environ une portée sur deux est multiple (jumelle et deux portées de triplets). C'est le Centre Chinois de Recherches et de Conservation du Panda Géant qui a le taux de survie le plus élevé si l'on exclut le zoo de Panyu Guangzhou qui n'a connu qu'une seule naissance, et l'on se rend compte que les zoos étrangers n'ont que trois quarts des petits qui survivent.  

 

Auteur : Jérôme POUILLE

Sources complémentaires en plus de mes informations : CRBGPB, Xinhua

 

A lire :

        > 28 novembre 2012 : Bilan des naissances de l'année 2012

        > 17 novembre 2011 : Bilan des naissances de l'année 2011

        > 23 avril 2011 : Bilan des naissances de l'année 2010

        >3 janvier 2010 : Une explication au faible nombre de naissances à la base de Chengdu en 2009

        >12 novembre 2009 : Bilan des naissances de l'année 2009

        > 1er avril 2008 : Début de la saison des amours 2008

        > 5 Novembre 2007 : Bilan des naissances 2007

        > 1er Janvier 2007 : Erratum : 34 naissances en captivité en 2006 dont 30 survivants

 

Pour en savoir plus :

        > Tableau des naissances de l'année 2013

        > Tableau des naissances de l'année 2012

        > Tableau des naissances de l'année 2011

        > Tableau des naissances de l'année 2010

        > Tableau des naissances de l'année 2009

        > Tableau des naissances de l'année 2008

        > L'élevage en captivité, une méthode de conservation

        > La reproduction des pandas et la croissance du jeune

        > La réintroduction, le but ultime des programmes d'élevage en captivité

        > Les centres de recherche et d'élevage du panda géant, en Chine

        > Où voir des pandas hors de Chine : la liste actualisée des zoos qui hébergent des pandas hors de Chine