# A la une :    #MiniYuanZi       #Conférence    #Reintroduction    #PandaBook    #Indonésie

Visites de zoos et compte-rendus





 

Accès rapide aux chapitres de la page :

         Arrivée de Tian Tian et Yang Guang

         Les deux pandas prêtés à l'Ecosse

         Les installations

         L'alimentation des deux pandas

         Quelques autres photos

         Pour en savoir plus

  

 

Le zoo d'Édimbourg (Edinburgh Zoo en anglais), et anciennement connu comme le Parc zoologique national d'Ecosse (Scottish National Zoological Park) est un parc zoologique d'environ 33 hectares au cœur d'Edimbourg, la capitale écossaise.

Ouvert le 22 juillet 1913, il se trouve sur la Corstorphine Hill et appartient à la Société Zoologique Royale d'Ecosse (Royal Zoological Society of Scotland). Il accueille plus de 600 000 visiteurs par an, ce qui en fait la deuxième attraction touristique payante la plus visitée d'Écosse après le château d'Édimbourg.

Le zoo est impliqué dans de nombreuses activités scientifiques, tels que l'élevage en captivité d'espèces animales menacées ou la recherche sur le comportement animal. Le zoo d'Édimbourg est le seul parc zoologique du Royaume-Uni à abriter des pandas géants, des ours polaires et des koalas, ainsi que le premier au monde à élever des manchots.

J'ai visité le zoo d'Edimbourg et les installations des pandas à deux reprises, les samedi 13 et lundi 15 octobre 2012. J'étais à Edimbourg à l'occasion des demi-finales pour le concours Chengdu Pambassador.

Le samedi 13 octobre, nous avons eu accès, les 24 demi-finalistes, aux deux pandas comme les visiteurs habituels, durant une quinzaine de minutes.

Le lundi 15 octobre au matin, je suis retourné au zoo avec mon ami Jeroen Jacobs (webmaster du site giantpandazoo.com) où nous avons pu bénéficier tous les deux d'une visite privilégiée des installations des pandas, grâce aux relations amicales qu'entretient Jeroen avec Iain Valentine, le directeur de la recherche et de la conservation au zoo.

Dans le passé, ce zoo, tout comme l'Ecosse, n'a jamais hébergé de pandas géants. Au Royaume-Uni, seuls les zoos de Londres et Whipsnade ont vu passer des grands pandas.


Entrée du zoo d'Edimbourg, au 134 Corstorphine Road - 15 octobre 2012 - Photos © Jérôme Pouille


Plan du zoo d'Edimbourg en 2012 - L'installation des pandas est cerclée en rouge



Visite du zoo avec mon ami Jeroen Jacobs - 15 octobre 2012 - Photo © Jérôme Pouille



La femelle Tian Tian - 15 octobre 2012 - Photo © Jérôme Pouille

 

 

Arrivée de Tian Tian et Yang Guang

 

Le prêt des deux pandas au zoo d'Edimbourg a été scellé consécutivement à la visite du vice Premier ministre chinois Li Keqiang à Londres le 10 janvier 2011. Les officiels de la Société royale écossaise de zoologie (Royal Zoological Society of Scotland) et de l'Association chinoise de conservation de la vie sauvage (Chinese Wildlife Conservation Association - CWCA) ont signé l'accord dans la maison de Lancastre, à Londres, le lundi 10 janvier 2011. « C'est un jour historique pour la Société royale écossaise de zoologie, le zoo d'Edimbourg, le Royaume-Uni et la Chine. Il représente le début d'un programme de recherches, d'éducation et de partenariats. Le projet est un énorme bénéfice pour le Royaume-Uni et l'Ecosse, à la fois pour le soutien de la conservation du panda géant et pour l'amélioration de nos programmes dans la conservation, l'éducation et les sciences » avait déclaré le même jour David Windmill, le directeur de la Société royale écossaise de zoologie. Liu Xiaoming, l'ambassadeur de Chine au Royaume-Uni avait à son tour déclaré « Les pandas sont un trésor national chinois. Cet accord historique est un cadeau de la Chine au peuple du Royaume-Uni et il est un symbole important de notre amitié et rapprochera nos peuples ». Même le vice Premier ministre britannique Nick Clegg, qui avait présidé à la signature des contrats, s'était félicité dans un communiqué que la Chine prête pour dix ans deux pandas géants au Royaume-Uni.

A la signature du contrat, cela faisait plus de 16 ans que des pandas n'avaient plus résidé au Royaume-Uni. Le dernier était Ming Ming qui avait été envoyé au zoo de Londres en octobre 1991 dans le cadre d'un programme d'élevage et d'une tentative d'accouplement avec le mâle Bao Bao prêté par Berlin. Mais ces tentatives ayant échoué, Ming Ming était reparti en Chine en octobre 1994, laissant le Royaume-Uni sans panda géant. Ming Ming est d'ailleurs décédée le 7 mai 2011 en Chine (lire l'article) alors qu'elle était devenue la doyenne des pandas captifs.


Le logo du "projet panda" de la Société royale de zoologie d'Ecosse (RZSS pour Royal Zoological Society of Scotland)
marque la volonté de coopération entre la Chine et le Royaume-Uni


Le mâle Yang Guang et la femelle Tian Tian ont été accueillis comme de véritables vedettes à leur arrivée le dimanche 4 décembre 2011 en Ecosse, suivie en direct par la télévision britannique (BBC).

Baptisé "Panda express", le Boeing 777 spécialement affrété pour le transport des deux stars (lire l'article) et qui arborait sur sa carlingue un dessin à leur effigie, s'est posé peu après 13h00 GMT au son des cornemuses sur l'aéroport de la capitale écossaise. Des photographes de presse s'étaient massés sur le tarmac et des badauds agitaient des drapeaux en signe de bienvenue.

Le Secrétaire d'Etat aux Affaires Écossaises Michael Moore avait fait le déplacement. Et le Vice-Premier Ministre Nick Clegg avait salué dans un communiqué cette arrivée comme un "signe de la force des relations sino-britanniques".

Les téléspectateurs ont pu suivre minute par minute la descente d'avion de Tian Tian, première à quitter l'appareil et dont la massive silhouette noire et blanche était visible au travers de sa cage transparente, percée de trous. Yang Guang a suivi quelques minutes après, le museau collé contre la vitre, offrant à ses fans une vue beaucoup plus nette de sa large tête. Les deux attractions ont ensuite été conduites en convoi spécial au zoo de la ville, dont l'entrée avait été spécialement décorée en leur honneur et où les attendait un orchestre et plusieurs centaines de curieux, certains déguisés en pandas. Mais à leur grande déception, ils n'ont réussi à voir que les camions s'engouffrer dans l'établissement.

Son Excellence Monsieur Liu Xiaoming, ambassadeur de Chine au Royaume-Uni avait commenté quelques jours avant cette arrivée : « L'arrivée de Yang Guang et Tian Tian au Royaume-Uni fait partie d'un programme de recherches conjoint pour déterminer comment les pandas élevés par l'homme peuvent survivre dans la nature. A la base, le projet représente les liens scientifiques grandissants entre la Chine et la Grande-Bretagne. [...] Mais c'est bien plus que de la conservation. Il s'agit aussi de science, de culture, d'éducation et surtout d'amitié et de partenariat. Au travers de ces thèmes, nous espérons que ces pandas rapprocheront la Chine et la Grande-Bretagne. Connaître les pandas, c'est aussi mieux comprendre leur pays d'origine, la Chine. Cela ouvre la voix au peuple de Grande-Bretagne pour explorer les traditions chinoises, le peuple chinois, sa société et son économie. Plus important encore, c'est une excellente fenêtre pour l'engagement chinois au développement pacifique, au désir de coopération et à la quête d'harmonie avec le monde ».



Intérieur du Boeing Panda Express, lors du voyage de Yang Guang et Tian Tian © Edinburgh Zoo


Arrivée de l'avion "Panda Express" sur le tarmac de l'aéroport d'Edimbourg, le dimanche 4 décembre 2011


Yang Guang, à sa descente de l'avion, à Edimbourg - 4 décembre 2011



Convoi entre l'aéroport et le zoo - 4 décembre 2011

  

 

Les deux pandas prêtés à l'Ecosse

 

Tian Tian ("chérie"), connue également sous le nom de Tien Tien, est une femelle née le 24 août 2003 au zoo de Beijing. Yang Guang ("lumière du soleil"), un mâle, est né le 14 août 2003 à l'ex centre de Wolong, détruit par le séisme de mai 2008. Ils proviennent tous deux de la base de Yaan Bifengxia, une antenne du Centre chinois de recherches et de conservation sur le panda géant (China Conservation and Research Center for the Giant Panda - CCRCGP), où ils vivaient avant leur transfert en Ecosse.



La femelle Tian Tian, dans son enclos intérieur visible par les visiteurs
15 octobre 2012 - Photos © Jérôme Pouille


Le mâle Yang Guang, dans son enclos intérieur non accessible des visiteurs, et moi-même
15 octobre 2012 - Photos © Jérôme Pouille et Jeroen Jacobs


Les deux pandas, âgés de plus de 9 ans le jour de ma visite, sont matures et capables de se reproduire. Tian Tian a d'ailleurs déjà donné naissance, à des jumeaux, le 7 août 2009, à la base de Yaan Bifengxia en Chine (lire l'article).

Comme le prévoit le contrat de location, les deux animaux vont séjourner en Ecosse pour une durée initiale de 10 ans.

Le zoo d'Edimbourg espère bien entendu que Tian Tian et Yang Guang se reproduisent ou en tout cas qu'ils donnent naissance à un petit. Ces animaux étant tous les deux en âge de se reproduire, le zoo a dès la saison des amours de l'année 2012, soit quelques mois seulement après leur arrivée, misé sur un accouplement. Dès février 2012, des échantillons d'urine ont été collectés et les sécrétions vaginales de la femelle analysées pour évaluer son statut reproducteur et anticiper la fenêtre de 48 heures durant laquelle une femelle panda est généralement réceptive. Le 29 mars 2012, le zoo constatait chez Tian Tian une hausse des niveaux d'œstrogènes et une baisse de la progestérone. C'est le 3 avril 2012 que les vétérinaires ont déterminé que Tian Tian était au pic de sa réceptivité. Elle a été placée avec le mâle Yang Guang les 4 et 5 avril 2012 mais les tentatives d'accouplement naturel ont échoué. Yang Guang a par contre été anesthésié et son sperme collecté en vue d'une insémination artificielle future. Le Professeur Tang Chunxiang, un expert du Centre chinois de recherches et de conservation sur le panda géant, s'était spécialement rendu à Edimbourg pour assister ses collègues écossais durant cette première saison des amours et pour réaliser ce prélèvement de semence.

 

 

Les installations

 

Le zoo d'Edimbourg a investi 350 000 euros pour construire un habitat pour les deux animaux (enclos extérieurs et espaces intérieurs), en restaurant et en adaptant les anciens enclos des gorilles.



Maquette de l'installation des pandas au zoo d'Edimbourg
La moitié gauche est destinée à la femelle Tian Tian, la moitié droite au mâle Yang Guang


Les installations comprennent deux enclos extérieurs, un pour chaque panda, et un bâtiment dans lequel se situent les enclos intérieurs et les espaces pour les soigneurs. Les visiteurs circulent autour des enclos extérieurs via une allée abritée et ont accès aux enclos intérieurs en rentrant dans le bâtiment. Cependant, une partie des enclos intérieurs n'est pas visible du public mais j'ai eu le privilège de pouvoir visiter l'ensemble des installations intérieures, y compris les espaces non visibles du public, avec Jeroen et Alison McLean, soigneuse responsable des pandas au zoo d'Edimbourg.



Entrée pour les visiteurs dans le bâtiment d'où ils peuvent observer les pandas lorsqu'ils sont à l'intérieur
15 octobre 2012 - Photo © Jérôme Pouille


Chaque panda a deux enclos intérieurs, un visible du public, et un à l'abri des regards. Ces enclos intérieurs non visibles du public permettent aux animaux de s'isoler mais aussi pour les soigneurs et vétérinaires de réaliser le training et les soins médicaux. Ces enclos intérieurs sont équipés d'une balance qui permet de peser quotidiennement les pandas. Dans la partie du bâtiment destinée à la femelle, il y a également une petite cage, d'environ 1 m² au sol, qui servira de tanière pour la mise-bas et pour élever un petit.

Les enclos intérieurs exposés au public sont de petite taille, au sol bétonné et à l'aménagement spartiate : une plate-forme, une "corbeille" avec de la paille servant de "nid / lit". Une verrière au plafond laisse rentrer un peu de lumière extérieure. Un tunnel relie les deux enclos intérieurs ce qui peut permettre un contact entre les deux animaux lors de la saison des amours.

Enfin, les deux espaces intérieurs des pandas comportent également une pièce pour la préparation des médicaments, pour les analyses médicales, pour le stockage de certains compléments alimentaires... Côté femelle, dans cette pièce ont été disposées deux couveuses qui serviront en cas de naissance, notamment si la mère panda ne s'occupe pas de son petit ou bien s'il s'agit d'une portée jumelle.



Enclos intérieur de Yang Guang, accessible aux visiteurs - 13 octobre 2012 - Photos © Jérôme Pouille




Enclos intérieur de Tian Tian, visible du public - 15 octobre 2012 - Photos © Jérôme Pouille


Abreuvoir dans l'enclos intérieur de Tian Tian - 13 octobre 2012 - Photo © Jérôme Pouille



Pancarte à l'entrée des bâtiments non ouverts au public, où l'on peut lire la coopération entre le Centre chinois de recherches
et de conservation sur le panda géant (China Conservation and Research Center for the Giant Panda)
 d'où sont originaires
les deux pandas, et le zoo d'Edimbourg chapeauté par le Société zoologique royale écossaise

15 octobre 2012 - Photo © Jérôme Pouille



Balance dans l'enclos intérieur du mâle Yang Guang - 15 octobre 2012 - Photo © Jérôme Pouille



Enclos intérieur, non visible du public, destiné à la femelle Tian Tian - 15 octobre 2012 - Photo © Jérôme Pouille



Balance dans l'enclos intérieur de la femelle Tian Tian - 15 octobre 2012 - Photo © Jérôme Pouille


Un espace dédié dans l'enclos de Tian Tian où elle pourra mettre bas et élever son petit durant ses premières semaines
La première photo montre l'entrée de cette "tanière" artificielle
15 octobre 2012 - Photos © Jérôme Pouille


Espace "laboratoire" dans la partie du bâtiment dédiée à la femelle Tian Tian. C'est dans ce laboratoire que se trouvent deux incubateurs
(couveuses) qui peuvent servir en cas de naissance, notamment s'il y a des jumeaux ou si Tian Tian ne s'occupe pas de son petit.
15 octobre 2012 - Photos © Jérôme Pouille


Les enclos extérieurs sont de taille moyenne mais sont bien aménagés et comportent de nombreux objets d'enrichissement : bassin, plate-formes et structures en bois, végétation, grotte, arbres. Ils donnent cependant une impression de "boites" puisqu'ils sont entourés chacun de trois murs très hauts et côté visiteurs d'une vitre tout aussi haute. Une trappe et un tunnel entre les deux enclos offrent la possibilité de regrouper les deux individus lors de la saison des amours ; par ailleurs une autre trappe permet aux animaux de se voir et de se sentir en permanence.



Allées couvertes que le public emprunte pour longer les faces vitrées des deux enclos extérieurs
15 octobre 2012 - Photo © Jérôme Pouille


Vues sur l'enclos extérieur du mâle Yang Guang
15 octobre 2012 (première photo) et 13 octobre 2012 (seconde photo) - Photos © Jérôme Pouille


Vues sur l'enclos extérieur de la femelle Tian Tian
13 octobre 2012 (première photo) et 15 octobre 2012 (seconde et troisième photos) - Photos © Jérôme Pouille



Trappe entre les deux enclos extérieurs, par laquelle peuvent se voir et se sentir les deux pandas
Vue depuis l'enclos de Yang Guang - 15 octobre 2012 - Photo © Jérôme Pouille


En octobre 2012, le zoo d'Edimbourg a inauguré une plantation de bambous à vocation pédagogique. Elle se trouve à proximité immédiate des enclos des pandas et les visiteurs peuvent y entrer juste après avoir quitté l'enclos extérieur du mâle. Cette plantation comporte 250 pieds de bambous de 5 espèces différentes, toutes consommées par les pandas. La plantation de bambous à but éducatif explique l'histoire du bambou, ses usages, comment il pousse, les différentes espèces, le tout grâce à des panneaux d'information. Une plantation plus importante de bambous sera développée en 2013, mais non visible du public, et servira quant à elle à nourrir les pandas.


La plantation de bambous est un espace pédagogique dans le prolongement de la visite des pandas
15 octobre 2012 - Photos © Jérôme Pouille


Les deux jours de ma visite, les deux pandas étaient exclusivement à l'intérieur. En effet, l'enclos des manchots qui jouxte celui des pandas était en travaux et le bruit aurait dérangé voire effrayé les deux pandas s'ils avaient été maintenus à l'extérieur. Alison McLean nous a confié que les deux pandas avaient accès aux espaces extérieurs uniquement après la fermeture du zoo - et donc après le départ des ouvriers - durant ces travaux.

Une des particularités de ce zoo est le fait que les visiteurs n'accèdent pas librement aux installations des pandas. Lorsqu'ils achètent leur ticket d'entrée au zoo, une heure de visite des pandas leur est proposée et les visiteurs doivent se présenter à l'heure indiquée au point de rendez-vous, à proximité des installations des pandas. Ils bénéficient d'une visite accompagnée par groupes dont les départs s'effectuent toutes les dix minutes. Cette visite est également limitée en durée puisque chaque groupe dispose de 20 minutes au plus pour faire le tour des installations, bâtiment intérieur et enclos extérieurs. Compte-tenu du système de ticket, il est impossible d'effectuer deux visites, ni de stationner devant les enclos, ce qui peut paraître très frustrant surtout si lors de la visite les animaux dorment ou ne sont pas exposés au public ; même si normalement un des deux pandas est toujours exposé.


 

L'alimentation des deux pandas

 

La gestion de l'alimentation en bambous d'une paire de pandas est toujours un défi pour un zoo. Le zoo d'Edimbourg a contractualisé pour cela avec un horticulteur allemand (Reiner Winkendick) qui fournit 85% des besoins des deux animaux ; les bambous sont issus d'une plantation de bambous dans la banlieue d'Amsterdam. Les 15% restants poussent dans et autour du zoo lui-même de façon à ce que le public puisse découvrir le processus de culture de cette plante. La culture sur place est progressivement augmentée.

Ce sont environ 18 000 kilos de bambous qui sont nécessaires chaque année pour nourrir Tian Tian et Yang Guang soit environ 20 tiges de 3 mètres chaque jour. Au cours de l'année, les pandas ont accès à au moins 25 espèces différentes de bambous, offrir cette variété permet de refléter ce qui se passe dans le milieu naturel.



L'heure de la distribution de la nourriture préférée de Tian Tian et Yang Guang
13 octobre 2012 - Photo © Jérôme Pouille


Simon Jones, le responsable des jardins explique : « Notre stratégie pour le bambou est le résultat de plus de 3 ans de recherches, de planification et de négociations avec les fournisseurs au Royaume-Uni et en Europe ». «Notre point de départ était d'assurer un approvisionnement à long terme en bambous frais à un coût maîtrisé. Comme le bambou est l'aliment fondamental du régime du panda, nous avons souhaité garantir la cohérence de l'offre et s'assurer de la meilleure qualité possible tout en offrant une variété d'espèces nécessaire à leurs besoins hautement spécialisés ». « Notre fournisseur allemand fait pousser des bambous exclusivement en Europe et possède une expérience confirmée dans la fourniture à grande échelle d'aliments spécialisés pour animaux, dont les pandas qui vivent actuellement à Vienne ». « Mais nous voulions aussi disposer de ressources en bambous proches du zoo, c'est pourquoi nous avons cinq sites de culture répartis dans le zoo. A tout moment, nos ressources locales peuvent fournir jusqu'à 3 semaines de bambous, assez pour couvrir toute situation d'urgence ».

Afin de sécuriser encore mieux la disponibilité en continu de bambous, la société zoologique royale d'Ecosse a établi un réseau avec des producteurs privés britanniques pour faire face à une éventuelle interruption d'approvisionnement en bambous (problèmes logistiques ou imprévus).

L'approvisionnement en bambous coûte environ 80 000 euros par an au zoo. Le bambou, qui pousse sans utilisation de pesticide, est importé depuis les pépinières allemandes tous les 15 jours et est conservé au zoo dans un lieu de stockage réfrigéré pour qu'il garde toute sa fraîcheur.



Chambre de stockage du bambou, au zoo d'Edimbourg © Edinburgh Zoo


En plus du bambou, les deux pandas se voient offrir des pommes mais aussi un gâteau spécial panda. C'est le Centre chinois de recherches et de conservation sur le panda géant, d'où sont originaires Tian Tian et Yang Guang, qui a communiqué sa recette au zoo d'Edimbourg. J'ai pu assister à la préparation de ce cake par Alison McLean.


 

La préparation du gâteau vitaminé spécial panda, dans la cuisine qui ne sert qu'à préparer la nourriture des pandas,
implantée au nord du zoo - 15 octobre 2012 - Photos © Jérôme Pouille


Le processus de préparation du cake spécial panda © Edinburgh Zoo



Distribution du gâteau spécial panda à Yang Guang, le 15 octobre 2012 - Photo © Jérôme Pouille


 

Quelques autres photos



Tian Tian - 13 octobre 2012 - Photo © Jérôme Pouille



Yang Guang - 15 octobre 2012 - Photo © Jérôme Pouille



Pour en savoir plus

 

A lire : Toutes les actualités consacrées aux pandas géants du zoo d'Edimbourg :

        > 6 décembre 2011 : Une arrivée médiatique en Ecosse dimanche dernier pour Tian Tian et Yang Guang

        > 28 novembre 2011 : Tian Tian et Yang Guang vont arriver le dimanche 4 décembre au zoo d'Edimbourg (Ecosse)

        > 21 septembre 2011 : Derniers préparatifs avant l'arrivée d'une paire de pandas au zoo d'Edimbourg (Ecosse) prévue pour mi-novembre

        > 11 janvier 2011 : Un couple de pandas va être loué au zoo d'Edimbourg, ce qui marquera le retour au Royaume-Uni de l'espèce après 17 ans d'absence


Pour en savoir plus :

        > Où voir des pandas hors de Chine : la liste actualisée des zoos qui hébergent des pandas hors de Chine

        > Le site officiel du zoo : www.edinburghzoo.org.uk

        > Le site du projet panda de la Société Zoologique Royale d'Ecosse : www.rzsspanda.org.uk

        > Le site de Jeroen Jacobs : giantpandazoo.com