Vous accédez dorénavant à ce site via l'adresse www.panda.fr - Mettez à jour vos favoris, merci de votre fidélité - Jérôme

          

 



PANDA  CHAMPIONS

 

LE ACTIVITES

 

Du 9 au 13 janvier 2017, j'ai l'opportunité de participer à Chengdu, en Chine, à un court projet pour faire la promotion des 17 nouveaux objectifs de développement durable approuvés par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD). Ces 17 objectifs, qui guident les politiques et les financements du PNUD jusqu'en 2030, sont un engagement à la fois pour les hommes et la planète et visent à éradiquer la pauvreté, réduire les inégalités et protéger l'environnement. Il est plus que jamais nécessaire d'effectuer les bons choix dès maintenant pour améliorer la vie des futures générations dans un esprit de développement durable.

Pour en savoir plus :

        > Le partenariat entre le PNUD et la base de Chengdu, les 17 objectifs de développement durable et le rôle du PNUD

        > Les 17 participants dénommés « Panda champions » du monde entier

        > Communiqué du PNUD

 

Voici un résumé de nos activités du lundi 9 au vendredi 13 janvier 2017 :

 

Lundi 9 janvier 2017

Première journée officielle consacrée à la promotion des 17 objectifs de développement durable (ODD), également nommés Objectifs mondiaux, qui sont un appel mondial à agir pour éradiquer la pauvreté, protéger la planète et faire en sorte que tous les êtres humains vivent dans la paix et la prospérité.

Pour en savoir plus : Les 17 objectifs de développement durable et le rôle du PNUD

Une cérémonie a été organisée le matin à la base de recherches de Chengdu sur l'élevage du panda géant (Chengdu Research Base of Giant Panda Breeding) pour célébrer la sélection des 17 « Panda champions », des quatre coins du monde, et dont je fais partie. Malheureusement deux d'entre eux n'ont pas pu venir en Chine, c'est donc à 15 que l'on participera aux activités de cette semaine en Chine.

Pour en savoir plus : La liste des 17 « Panda champions »

Plusieurs officiels ont assisté à cette cérémonie : Mila Rosenthal, directrice de la communication au PNUD, Dr Zhang Zhihe, le directeur de la base de Chengdu, Liqing Wen, le secrétaire général adjoint de l'Association chinoise pour la conservation de la vie sauvage (China Wildlife Conservation Association - CWCA). Etaient également représentés le bureau du tourisme du Sichuan et le Gouvernement de Chengdu.

 

Les photos de la cérémonie avec 15 des 17 « Panda champions » - 9 janvier 2017 - © CNR, Jérôme POUILLE, UNDP China
CLIQUEZ SUR LES PHOTOS POUR LES AGRANDIR

Sources : CNR, UNDP China, China Daily

 

Le reste de la journée, nous avons pu échanger sur nos perceptions des objectifs de développement durable, nos attentes, comment les promouvoir et surtout les atteindre. Nous avons également assisté à une présentation de Yafei Tang, du département d'éducation à la conservation de la base de Chengdu, sur les projets éducatifs menés par la base. Enfin, James Ayala, chercheur à la base de Chengdu, nous a expliqué l'importance du training médical des pandas géants et des pandas roux. Nous avons pu assister à une séance de training avec le mâle Xi Lan. James expérimente de nouvelles méthodes, notamment l'entraînement de jeunes pandas en rentrant directement dans leur enclos, et non plus au travers des barreaux.

Limiter le stress des animaux captifs passe aussi par le training médical. Appelé scientifiquement le conditionnement opérant ou encore le renforcement positif, il consiste à apprendre aux pandas d'adopter telle ou telle position, selon l'ordre donné, en échange d'une récompense. Ce training est important car mené régulièrement, il permet au vétérinaire lorsque cela est nécessaire de pratiquer des examens médicaux simples, non invasifs, et ainsi d'éviter des anesthésies à répétition ainsi que du stress. Ainsi, par exemple, les vétérinaires de la base de Chengdu peuvent réaliser des prises de sang, des échographies, des relevés de mensurations ou encore des prélèvements cellulaires pour la reproduction sans anesthésier l'animal.

Un autre objectif poursuivi par Chengdu est la réalisation de procédures d'insémination artificielle, voire de collecte de semence, sans anesthésie.

 

Mardi 10 janvier 2017

La matinée était consacrée à la découverte du métier de soigneur à la base de Chengdu. Après avoir nettoyé un enclos, j'ai eu l'opportunité de donner un « panda cake » au mâle Qiao Qiao, un mâle né dans le milieu naturel en 2004 et capturé en avril 2006 dans le comté de Changqing (Monts Qinling, province du Shaanxi). D'abord transféré au Centre de sauvetage et de recherche sur les animaux sauvages du Shaanxi (Shaanxi Province Wild Animal Rescue & Breeding Center) situé dans la ville de Louguantai (province du Shaanxi), il a finalement rejoint Chengdu en janvier 2013 pour qu'il puisse s'accoupler avec des femelles de la base et ainsi transmettre ses précieux gènes « sauvages » dans la population captive.

Dans la nature, les pandas sauvages sélectionnent les espèces de bambous les plus nutritives dans une région donnée et se nourrissent des parties de la plante les plus riches et les plus nutritives. A cause du nombre limité d'espèces de bambous fournies en captivité, de même que leur qualité nutritive inférieure, il est nécessaire de compléter l'alimentation des pandas captifs pour combler le déficit nutritif. La nourriture concentrée à base de céréales distribuée en captivité en complément du bambou ne doit cependant pas représenter plus de 10% de l'alimentation, idéalement 5%.

Le gâteau spécialement préparé à Chengdu est composé de riz, d'huile végétale, de farine de blé, de maïs, de soja, de flocons d'avoine, d'eau, de phosphate de calcium (CaHPO4), du carbonate de calcium (CaCO3) ; mais aussi de vitamines.

Pour en savoir plus : Toutes les photos de Qiao Qiao mais également des jeunes nés en 2016

 

Distribution du gâteau spécial panda à Qiao Qiao - 10 janvier 2017 - © Jérôme POUILLE

 

L'après-midi, nous nous sommes rendus dans une école non loin de la base de Chengdu, dénommée « Panda road school », car implantée sur l'« avenue panda ». Nous avons mené par groupes une activité avec une vingtaine d'écoliers âgés d'environ 10 à 11 ans. Grâce à différents jeux, nous les avons amené à réfléchir sur la protection de l'environnement, l'importance de la biodiversité, la rareté de l'eau, l'importance d'une éducation de qualité, la pauvreté, la faim dans le monde, l'égalité entre les individus ou encore l'importance de la pluie et des écosystèmes dont l'homme fait partie. Nous avons été très agréablement surpris par le niveau de connaissance et surtout l'esprit critique dont les écoliers ont su faire preuve. L'ensemble des échanges a largement permis d'introduire les différents objectifs de développement durable portés par le PNUD.

 

Activités d'éducation à la conservation et au développement durable - 10 janvier 2017 - © UNDP China & Jérôme POUILLE

 

Mercredi 11 janvier 2017

Nous quittons Chengdu, direction la ville de Dujiangyan à environ une heure de route.

Le matin, nous nous rendons à la vallée du panda, Panda valley son nom officiel. Cette base est également connue sous le nom de Centre de Dujiangyan Chengdu de recherches sur le terrain sur les pandas géants (Dujiangyan Chengdu Field Research Center for Giant Pandas). Cette base, une antenne de la base de recherches de Chengdu sur l'élevage du panda géant (Chengdu Research Base of Giant Panda Breeding) et spécifiquement conçue pour mener des recherches sur la réintroduction potentielle dans la nature de pandas nés en captivité, a été inaugurée en janvier 2012 et est implantée dans le village de Baima (commune de Yutang) dans la banlieue de la ville de Dujiangyan, au nord-ouest de la ville de Chengdu.

J'ai regroupé mes photos et le détail de cette visite sur une page spéciale accessible via le lien ci-dessous.

Pour en savoir plus : Notre visite à la Panda valley, à Dujiangyan

 

Les panda champions à la vallée du panda - 11 janvier 2017 - © UNDP China
CLIQUEZ SUR LA PHOTO POUR L'AGRANDIR

Source : UNDP China

 

L'après-midi, nous avons pu visiter la ville de Dujiangyan placée sous la juridiction de la ville de Chengdu.

Dujiangyan est mondialement connue pour son système d'irrigation. Le système d'irrigation de Dujiangyan, conçu au IIIe siècle av. J.-C. pour éviter les inondations et irriguer la plaine de Chengdu, et qui fonctionne sans interruption depuis sa création, a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO en 2000.

 

Dujiangyan - 11 janvier 2017 - © Jérôme POUILLE & UNDP China

 

Enfin, nous avons terminé la journée par une conférence sur l'évaluation par le PNUD de la perception par les citoyens du monde entier des 17 objectifs de développement durable. Si vous souhaitez participer, cela ne vous prendra que quelques minutes : http://myworld2030.org

 

Jeudi 12 janvier 2017

Les deux dernières journées (jeudi et vendredi) sont consacrées à la réserve naturelle de Longxi-Hongkou.

Le jeudi, nous nous sommes rendus à la station de conservation de Dashuigou, l'une des trois stations de la réserve, qui se situe dans l'aire expérimentale. Nous avons pu observer les différents panneaux d'information à destination des locaux et des éventuels visiteurs. Messieurs Shang Tao et Zhou, des gardes de la réserve, nous ont détaillé les espèces qui peuplent la réserve ainsi que le principe, le fonctionnement et l'utilisation de caméras infrarouge pour mieux connaître la faune.

Je m'étais déjà rendu dans la réserve naturelle de Longxi-Hongkou en 2012 dans le cadre du projet Chengdu Pambassador.

Pour en savoir plus : La réserve naturelle de Longxi-Hongkou : sa localisation, son établissement, les espèces qu'elle héberge, l'étagement de la végétation

Lors du troisième recensement national des pandas sauvages et de leur habitat, qui s'est déroulé de 1999 à 2003, 6 pandas avaient été dénombrés dans la réserve naturelle de Longxi-Hongkou. D'après M. Zhou, ce sont dorénavant 10 pandas qui peuplent la réserve, en accord avec les données du quatrième recensement mené de 2011 à 2014.

 

La station de conservation de Dashuigou de la réserve naturelle de Longxi-Hongkou - 12 janvier 2017 - © Jérôme POUILLE

 

Quelques vues sur la réserve depuis la station de conservation de Dashuigou - 12 janvier 2017 - © Jérôme POUILLE

 

Piège à amphibiens, reptiles et rongeurs. Les animaux vont suivre la toile puis tomber dans le seau rouge.
Une fois identifiés, ils seront relâchés - 12 janvier 2017 - © Jérôme POUILLE

 

Panda sauvage filmé le 29 décembre 2014 à 12h54 par l'un des appareils à déclenchement infrarouge
installés dans la réserve - © Jérôme POUILLE & RN de Longxi-Hongkou

 

Panda sauvage filmé le 28 décembre 2014 à 12h53 dans la réserve naturelle de Longxi-Hongkou
© Jérôme POUILLE & RN de Longxi-Hongkou

 

Panda sauvage filmé le 29 décembre 2014 à 12h52 dans la réserve naturelle de Longxi-Hongkou
© Jérôme POUILLE & RN de Longxi-Hongkou

 

Panda sauvage filmé le 24 mai 2015 à 12h55 dans la réserve naturelle de Longxi-Hongkou
© Jérôme POUILLE & RN de Longxi-Hongkou

 

Panda sauvage filmé le 29 octobre 2015 à 16h08 dans la réserve naturelle de Longxi-Hongkou
© Jérôme POUILLE & RN de Longxi-Hongkou

 

Panda sauvage filmé le 30 mars 2016 à 15h30 dans la réserve naturelle de Longxi-Hongkou
© Jérôme POUILLE & RN de Longxi-Hongkou

 

Les Panda champions dans la réserve naturelle de Longxi-Hongkou, à la station de conservation de Dashuigou
12 janvier 2017 - © UNDP China
CLIQUEZ SUR LES PHOTOS POUR LES AGRANDIR

 

Vendredi 13 janvier 2017

Nous nous sommes rendus à la station de conservation de Longxi, qui se situe dans une autre vallée, toujours dans la réserve naturelle de Longxi-Hongkou. C'est dans cette station que j'avais passé 4 jours lors des épreuves finales du programme Chengdu Pambassador. En cette saison, le sol était recouvert de neige comme environ quatre mois de l'année.

A noter que la réserve compte au total 3 stations de conservation : celles de Dashuigou (dans laquelle nous nous sommes rendus la veille), celle de Longxi et enfin celle de Shanxigou mais cette dernière a été sévèrement endommagée par le séisme de 2008.

Pour en savoir plus : La réserve naturelle de Longxi-Hongkou : sa localisation, son établissement, les espèces qu'elle héberge, l'étagement de la végétation

 

La station de conservation de Longxi, de la réserve naturelle de Longxi-Hongkou - 13 janvier 2017 - © Jérôme POUILLE

 

En novembre dernier, la base de recherches de Chengdu sur l'élevage du panda géant (Chengdu Research Base of Giant Panda Breeding) a établi un enclos semi-naturel à proximité de la station de conservation de Longxi, dans la réserve naturelle de Longxi-Hongkou. Cet enclos, d'une surface de 2 ha, est destiné à recevoir un ou plusieurs pandas pour qu'ils apprennent comment survivre dans un milieu plus naturel. Si l'expérimentation fonctionne, ces pandas pourraient à terme être réintroduits dans le milieu naturel. Un à deux pandas devraient être transférés dans cet enclos semi-naturel dans les prochaines semaines (mars ? avril ?) et devraient venir de la Panda valley où un enclos semi-naturel existe également et où un chercheur américain, Jake Owens, travaille en coopération avec des homologues chinois pour apprendre à de jeunes pandas comment survivre dans le milieu naturel.

 

L'enclos semi-naturel récemment établi dans la réserve de Longxi-Hongkou
A l'intérieur de cet enclos ont été établis des points d'eau
Dernière photo : avec M. Zhou - 13 janvier 2017 - © Jérôme POUILLE

 

Cheminement à travers les bambous de la réserve naturelle de Longxi-Hongkou - 13 janvier 2017 - © Jérôme POUILLE

 

Différentes vues de la réserve naturelle de Longxi-Hongkou,
sur la dernière photo, le Dragon lake - 13 janvier 2017 - © Jérôme POUILLE