Participez aux coûts d'hébergement et de maintenance du site :   Même un petit don est important, merci - Jérôme

Visites de zoos et compte-rendus

 

 

Le mardi 4 juin 2013 sonnait le début de la partie plus officielle du programme Chengdu Pambassador pour l'année 2013 (lire l'article).

Durant la seconde partie du mois de juin et la première partie du mois de juillet, nous, Erica, Melissa, et moi-même, allons principalement avoir des activités à la base de recherches de Chengdu sur l'élevage du panda géant (Chengdu Research Base of Giant Panda Breeding). Ces activités vont s'inscrire en complément de celles dont j'ai déjà pu bénéficier en mai dernier avant l'arrivée de mes co-gagnantes (lire l'article).

Pour une description de la base de Chengdu, voir la page spéciale sur mon site dédiée aux Centres de recherche et d'élevage du panda géant en Chine.

 

 

Activités du vendredi 28 juin 2013 matin :

 

Vendredi dernier (voir ma chronique ci-dessous), j'ai présenté Si Yi et Xiao Qiao, deux des jeunes nés l'été dernier. Aujourd'hui, je vous laisse découvrir les photos de Yuan Run, une femelle née le 25 août 2012 à Chengdu (lire l'article). Elle est élevée par Si Yuan, une femelle née le 22 octobre 2004 à la base de Chengdu, avec qui elle partage le même enclos intérieur et extérieur dans le secteur "Moonlight nursery house".

Aujourd'hui était une journée très chaude à Chengdu mais j'ai eu la chance de voir Yuan Run jouer dans sa piscine avant qu'elle ne rentre avec Si Yuan.

 

 

Yuan Run - Moonlight nursery house - 28 juin 2013 - © Jérôme POUILLE

 

L'après-midi, pas d'activités à la base de Chengdu. J'ai pris le bus depuis Chengdu vers la ville de Ya'an et demain direction la base de Bifengxia du Centre Chinois de Recherches et de Conservation du Panda Géant (China Conservation and Research Center for the Giant Panda) !!

 

 

Activités du mardi 25 juin 2013 :

 

Journée sous le soleil avec un ciel bleu que l'on aperçoit si rarement à Chengdu. Ce matin, nous avons enregistré le comportement de pandas et cet après-midi nous avons pu assister à un check-up médical complet d'un panda.

Mardi 18 juin dernier (voir ma chronique plus bas sur cette même page), nous avions eu une formation sur l'observation comportementale avec James Ayala, chercheur en comportement animal. La suite de cette formation théorique consiste en des observations pratiques. La première séance était ce matin, la seconde sera le mercredi 3 juillet. Erica, Melissa, et moi-même avons observé durant une heure un panda adulte et avons noté minute par minute son comportement, et ce après avoir introduit dans son enclos un objet d'enrichissement.

Dans la nature, la principale activité des pandas sauvages est la recherche de nourriture et sa consommation. En captivité, les pandas n'ont pas à chercher leur nourriture qui leur est distribuée à volonté ou presque. De même, avec les compléments nutritifs riches en énergie qu'ils reçoivent, globalement les pandas captifs passent moins de temps par jour pour leur alimentation que leurs congénères sauvages. Ce temps libre pour les pandas captifs doit être occupé avec d'autres activités afin qu'ils ne s'ennuient pas et qu'ils n'expriment pas de comportement stéréotypé.

Susciter des activités nouvelles à l'aide d'objets ou de stratégies permet d'enrichir le quotidien des animaux et ainsi d'améliorer leur bien-être. Il a été démontré que l'enrichissement avait un impact majeur sur plusieurs indices du bien-être psychologique. Les pandas régulièrement confrontés à des objets ou des stratégies d'enrichissement sont plus actifs et engagés dans des comportements divers de jeu et de non jeu. Ils expriment ainsi moins de comportements stéréotypés et montrent des signes de bien-être même en l'absence d'interaction directe avec un objet d'enrichissement. Par exemple, des études au zoo de San Diego (Etats-Unis) ont démontré que l'enrichissement occupait 2 à 3% du temps des pandas et améliorait le bien-être plus tard dans la journée.

Par exemple, les animaux peuvent se voir offrir des blocs de glace avec de la nourriture emprisonnée ce qui allonge le temps d'occupation et sollicite la mastication ; les biscuits hautement fibreux et durs riches en énergie longs à mâcher et à ingérer remplissent un peu le même rôle. L'emploi de "puzzle nutritif" contenant des pommes, carottes, biscuits incite l'animal à le manipuler pour en extraire la nourriture. La fréquence et l'heure des repas doivent varier pour limiter l'attente de la nourriture souvent couplée à des comportements stéréotypés. Des objets manipulables sont également offerts dans les programmes d'enrichissement. Ils sont choisis sur la base de leurs propriétés physiques qui facilitent des opportunités comportementales différentes.

De plus en plus de zoos abritant des pandas mettent en place des plans d'enrichissement, qui consistent en fait en une série de mesures visant à améliorer l'environnement des animaux captifs. Cet environnement concerne la structure même de l'enclos et de l'habitat mais aussi le rôle et l'importance de l'ensemble des objets mis à la disposition des animaux. L'enclos et ces objets doivent tous les deux avoir pour objectifs de développer, de stimuler et d'augmenter les choix comportementaux des animaux captifs pour que le comportement de ces derniers se rapproche le plus possible de celui de leurs congénères sauvages. Le but est bien de lutter contre l'apparition de comportements stéréotypés (exemple : l'animal tournant en rond dans son enclos) et de privilégier et stimuler le maintien de comportements physiques et mentaux normaux.

Aujourd'hui, l'objet d'enrichissement testé est un sac en toile de jute comportant quelques jeunes pousses de bambous ainsi que des morceaux de pomme.

 


L'objet d'enrichissement réalisé : un sac avec quelques jeunes pousses de bambous et des morceaux de pomme
No.2 Panda house - 25 juin 2013 - © Jérôme POUILLE

 

Dans un premier temps, nous avons chacun observé un mâle adulte dans le secteur "No.2 Panda house" pendant une heure à partir du moment de l'introduction de l'objet. Erica a observé Mei Lan, Melissa Kebi et moi Long Long.

Long Long est un mâle secouru le 16 avril 2012 dans la réserve naturelle de Longxi-Hongkou (pour en savoir davantage sur ce sauvetage, lire ma chronique du 15 novembre 2012 lors de la finale du concours Pambassador). Mei Lan est né au zoo d'Atlanta le 6 septembre 2006 (lire l'article) et a été transféré à Chengdu le 5 février 2010 (lire l'article). Ke Bi est né à la base de Chengdu le 26 juillet 1992 et est surtout connu pour son fort tempérament. Il est très puissant, et a déjà blessé plusieurs femelles, notamment lors de la saison des amours. Il est le père de 9 pandas dont sont 7 encore en vie : les femelles Cheng Gong et Cheng Ji, deux jumelles nées le 12 septembre 2000, la femelle Yuan Yuan née le 1er août 2003, la femelle Jing Jing née le 30 août 2005, la femelle Ya Zai née le 19 août 2006, la femelle Ke Lin née le 13 août 2007, et la femelle Xing Rong née le 13 août 2007. Il est également potentiellement le père d'autres jeunes pandas dont la paternité n'a pas encore été recherchée.

 


Ke Bi - No.2 Panda house - 25 juin 2013 - © Jérôme POUILLE

 


Long Long - No.2 Panda house - 25 juin 2013 - © Jérôme POUILLE

 

Durant l'heure d'observation, Long Long est majoritairement resté dans un coin de son enclos intérieur, en alerte au moindre bruit et passage. Il s'est seulement levé deux minutes et a reniflé le sac rempli de bambous et de pommes environ 45 secondes. Mais l'environnement était plutôt bruyant et il semblait être sur ses gardes. Plus tard dans la matinée, alors qu'il était seul et dans le calme, j'ai pu voir qu'il investiguait à nouveau le sac.

 


Tous les comportements sont notés sous forme de code pour un gain de temps dans un tableau préalablement construit
Long Long - No.2 Panda house - 25 juin 2013 - © Jérôme POUILLE

 

En seconde partie de matinée, nous avons renouvelé l'expérience mais cette fois-ci en plaçant trois sacs dans l'enclos de Ya Xing et cinq jeunes nés en 2011 (la femelle Er Qiao, la femelle Xing Mei, le mâle Qiao Qiao, la femelle Zhen Zhen et la femelle Jun Jun) et en les observant 30 minutes. Le groupe s'est principalement intéressé aux objets d'enrichissement dans les cinq premières minutes.

 

 

 Extrait vidéo juste après l'introduction des sacs dans l'enclos des 6 pandas - No.2 Panda house - 25 juin 2013 - © Jérôme POUILLE

 

Cette matinée nous a permis d'appréhender combien il était difficile d'une part d'observer et de noter l'ensemble des comportements, notamment lorsque l'on observe des animaux captifs et nombreux dans un même enclos. D'autres part, l'interprétation des résultats est difficile car de nombreux facteurs viennent affecter l'observation et le comportement des pandas, en sus de l'objet d'enrichissement. Bien sûr, ce matin c'était un entraînement pour nous faire mieux comprendre le travail des chercheurs en comportement animal. Lors d'études véritables, les conditions sont différentes et les facteurs externes sont minimisés pour observer au mieux la réaction de l'animal uniquement face à l'objet.

 

L'après-midi, nous nous sommes rendus au secteur "No.1 Panda house" où le Dr. Lan Jinchao nous a expliqué comment évaluer l'état de santé d'un panda à partir d'observations et d'examens médicaux simples, ne nécessitant pas d'anesthésie. Le panda observé était le mâle Wu Yi né le 7 août 2006 à la base de Chengdu (lire l'article). La portée était jumelle mais Wu Yi était le plus jeune et il ne pesait que 51 grammes à sa naissance, ce qui est très faible mais grâce aux efforts des vétérinaires et des soigneurs, il a survécu. D'ailleurs, son nom Wu Yi signifie "51" en chinois et il est célèbre puisque c'est le panda avec le plus faible poids à la naissance à avoir atteint l'âge adulte. Un documentaire a même était réalisé sur lui en 2012 au Japon.

Un vétérinaire a réalisé une prise de sang sur Wu Yi. Grâce au training régulier avec son soigneur, Wu Yi est habitué à poser sa patte sur une glissière métallique, geste indispensable pour la pose de l'aiguille et la prise de sang. Pendant la prise de sang, Wu Yi est régulièrement récompensé avec des morceaux de pomme. Le sang est ensuite envoyé au laboratoire qui va rechercher les minéraux et d'autres éléments pour vérifier si les taux correspondent aux normales connues chez l'espèce. Ensuite, Lan Jinchao a écouté son cœur grâce à un stéthoscope, et nous avons également pu nous prêter à l'exercice : résultat : un pouls normal, régulier et 81 battements par minute. Ce chiffre est légèrement élevé mais explicable au regard des hautes températures aujourd'hui et de la présence de nombreuses personnes autour de lui (niveau de stress plus important). Ensuite Wu Yi a été pesé, pour cela son soigneur l'a dirigé vers la balance grâce à des morceaux de pommes. Pour que la pesée soit correct, l'animal doit être entièrement sur la balance, ne doit pas tenir les barreaux et doit bouger le moins possible. Aujourd'hui, Wu Yi pèse environ 122 kilos. Enfin, l'observation d'autres indices tels la fourrure, les yeux, le comportement, l'aspect, le nombre et la couleur des fèces, la couleur de l'urine, permet de déceler d'éventuels problèmes de santé. Notre mâle Wu Yi est en excellente santé.

 


Prise de sang pour Wu Yi. Sa patte a un carré rasé et maintenu rasé pour faciliter cet examen No.1 Panda house - 25 juin 2013 - © Jérôme POUILLE

 


Le soigneur maintient la vigilance de Wu Yi grâce à des pommes et à un training régulier - No.1 Panda house - 25 juin 2013 - © Jérôme POUILLE

 


Ecoute du cœur de Wu Yi, grâce au stéthoscope correctement positionné sur sa poitrine - No.1 Panda house - 25 juin 2013 - © Jérôme POUILLE

 

Pesée de Wu Yi, la balance affiche un poids d'environ 122 kilos - No.1 Panda house - 25 juin 2013 - © Jérôme POUILLE

 


Fu Fu, un mâle né au centre de Wolong le 25 août 2001, qui a passé quelques années au "Fuzhou Panda World",
à Fuzhou (province du Fujian, Chine), où il a été prêté d'avril 2005 à mai 2008 puis de juin 2008 à février 2012,
date à laquelle il a été transféré à la base de Chengdu dans le cadre d'un programme d'échanges de pandas entre Chengdu et Bifengxia.

No.1 Panda house - 25 juin 2013 - © Jérôme POUILLE

 

 

Activités du lundi 24 juin 2013 :

 

Première activité du matin, et comme la semaine précédente, nettoyage de l'enclos intérieur du mâle Xing Bang, avec Erica, dans le secteur "No.14 Panda enclosure".

En deuxième partie de matinée, nous avons pu échanger avec Chen Peng, un chercheur de la base de Chengdu, au sujet du recensement en cours, le quatrième recensement national des pandas sauvages et de leur habitat. Pour en savoir plus sur la méthodologie de ce nouveau recensement et accéder aux résultats détaillés du précédent recensement, lire mon article du 28 mars 2012.

Nouveauté dans la méthodologie de ce quatrième recensement, les scientifiques collectent un certain nombre de fèces pour réaliser des analyses ADN mais aussi des tests hormonaux et des recherches de maladies et parasites.

Les analyses ADN permettent d'affiner les comptages et de connaître d'autres paramètres tel le sexe des individus. Le laboratoire implanté dans les locaux de la base de Chengdu est un des laboratoires impliqués dans ces analyses pour les échantillons collectés dans la province du Sichuan.

En plus de recenser le nombre de pandas sauvages et leur habitat, les équipes font également des relevés qualitatifs et/ou quantitatifs sur les espèces d'arbres et leur taille, sur les espèces de bambous, et sur les marques odorantes et les griffures laissées par les pandas sauvages. Plus de 200 personnes sont impliquées dans ce quatrième recensement qui a débuté en octobre 2011 et qui devrait s'achever cette fin d'année. Les résultats sont attendus pour 2014.

L'après-midi, nous avons pu assister à la sortie de A Bao (Po) et De De du secteur de quarantaine. J'ai rédigé une actualité consacrée à cet événement, accessible via ce lien.

 


Meng Meng, une femelle du zoo de Beijing envoyée à Chengdu pour la saison des amours.
Malgré la pluie de ce jour, elle semble s'amuser à déterrer cette racine. Potentiellement enceinte, elle va rester ici jusqu'à la fin
de sa grossesse ou de sa pseudo-grossesse. Meng Meng est née le 13 septembre 2006 au centre de Wolong
et avait été transférée au zoo de Beijing le 25 mars 2008 - Sunshine Nursery House - 24 juin 2013 - © Jérôme POUILLE

 

 

Activités du vendredi 21 juin 2013 :

 

Ce matin, nous avons eu la chance de pouvoir aller au plus près de deux des jeunes nés l'an dernier à la base de Chengdu. Nés respectivement les 12 et 19 août 2012, la femelle Xiao Qiao et le mâle Si Yi sont élevés par la femelle Xiao Yatou et occupent un enclos dans le secteur "Moonlight nursery house". Quand ils sont à l'extérieur, les jeunes âgés de 10 mois ont un enclos pour eux seuls tandis que Xiao Yatou prend des forces et du repos dans un autre enclos adjacent.

Nous avons donc eu l'opportunité d'entrer dans l'enclos de Xiao Qiao et de Si Yi et d'interagir avec eux. Xiao Qiao a été le plus intrigué par notre présence, mais aussi celui qui a voulu nous attaquer !!

Xiao Yatou est née le 13 août 2006 à la base de Chengdu et est devenue mère pour la première fois l'an dernier (lire l'article) et sa petite est Xiao Qiao.

 


Xiao Yatou - Moonlight Nursery House - 21 juin 2013 - © Jérôme POUILLE

 


Si Yi - Moonlight Nursery House - 21 juin 2013 - © Jérôme POUILLE

 


Xiao Qiao - Moonlight Nursery House - 21 juin 2013 - © Jérôme POUILLE

 


Xiao Qiao - Moonlight Nursery House - 21 juin 2013 - © Jérôme POUILLE

 

Si Yuan occupe un enclos dans le secteur "Moonlight nursery house" qu'elle partage avec la femelle Yuan Run née le 25 août 2012 (lire l'article). Si Yuan est née le 22 octobre 2004 à la base de Chengdu et est devenue mère pour la première fois l'an dernier en mettant au monde Si Yi, un mâle, le 19 août 2012 (lire l'article). Si Yuan est facilement identifiable puisqu'elle a de longs poils blancs à l'extrémité de ses pattes avant.

 


Si Yuan - Moonlight Nursery House - 21 juin 2013 - © Jérôme POUILLE

 

Yuan Run - Moonlight Nursery House - 21 juin 2013 - © Jérôme POUILLE

 

Une autre femelle se trouvait ce matin dans un des enclos extérieurs dans la "Moonlight nursery house", il s'agissait de Jing Jing, une femelle née le 30 août 2005 (lire l'article). Sa mère est Ya Ya et son père Ke Bi.

 

Jing Jing - Moonlight Nursery House - 21 juin 2013 - © Jérôme POUILLE

 

Dans le secteur "No.1 Panda house" se trouve Xiao Ping Ping, un mâle né dans le milieu naturel en 1987 et capturé dans le comté de Lushan (province du Sichuan) en mars 1988. Xiao Ping Ping est le père d'au moins 8 pandas dont 4 sont encore en vie : la femelle Eryatou née le 19 septembre 1993, le mâle Gong Zai né le 26 juillet 2008 (lire l'article), et les jumeaux Ying Ying (mâle) et Ni Ni (femelle) nés le 23 août 2008 (lire l'article).

 

Xiao Ping Ping - No.1 Panda house - 21 juin 2013 - © Jérôme POUILLE

 

Deux autres femelles que je n'ai pas présenté jusqu'ici occupent également un des enclos dans le secteur "No.1 Panda house". Il s'agit des jumelles Wen Yi et Ya Li, nées le 19 juillet 2009 (lire l'article). Agées de presque 4 ans, elles ont la particularité de partager encore le même enclos, ce qui est très rare à cet âge, mais elles s'entendent très bien. Leur mère est Li Li.

 


Wen Li et Ya Li - No.1 Panda house - 21 juin 2013 - © Jérôme POUILLE

 

Qiu Bang, connu aussi sous les noms de Qiu Bing ou Shu Hin, est un mâle né le 8 septembre 2003 au zoo Adventure World de Shirahama, au Japon. C'est le frère jumeau de Long Bang (Long Bing, Ryu Hin), et ils sont tous les deux des fils de la femelle Mei Mei et du mâle Ei Mei. Qiu Bang est un mâle à l'allure très puissante et il pèse environ 140 kilos. Il occupe un des deux enclos du secteur "Giant panda cub enclosure".

 


Qiu Bang - Giant panda cub enclosure - 21 juin 2013 - © Jérôme POUILLE

 

Enfin, Yuan Lin, un mâle né le 15 août 2010 (lire l'article), vit dorénavant seul dans un des enclos du secteur "Adult panda enclosure". En mai (lire l'article), il partageait cet enclos avec Er Xi et Ya Yun, nés également en 2010, mais ces deux pandas ont été transférés au parc écologique de Changsha il y a 4 jours (soit le 17 juin 2013).

CORRECTIF DU 25 Juin 2013 : Enfin, j'ai pu voir Qiao Qiao, un mâle arrivé à Chengdu en février dernier. Né dans le milieu naturel en 2004, il a été capturé dans le comté de Changqing (Monts Qinling, province du Shaanxi) le 9 avril 2006 puis a été transféré le jour suivant au Centre de sauvetage et de recherche sur les animaux sauvages du Shaanxi (Shaanxi Province Wild Animal Rescue & Breeding Center) située dans la ville de Louguantai (province du Shaanxi). Il a été transféré de Louguantai à Chengdu avant la saison des amours mais ne s'est pas accouplé. Dr. Lan Jinchao pense qu'il est encore un peu jeune et m'a indiqué qu'il ne s'était pas intéressé aux femelles.

Ce jour, Qiao Qiao occupait l'ancien enclos de Yuan Lin, Er Xi et Ya Yun, dans le secteur "Adult panda enclosure". Er Xi et Ya Yun ont été transférés au parc écologique de Changsha il y a 4 jours (soit le 17 juin 2013) et Yuan Lin a été envoyé à la Vallée de Panda (Dujiangyan), une annexe de la base de Chengdu.

 


Qiao Qiao (CORRECTIF du 25 juin 2013 / Yuan Lin) - Adult panda enclosure - 21 juin 2013 - © Jérôme POUILLE

 

L'après-midi, Kendall Bilbrey, une stagiaire de l'Institut de biologie de la conservation du Smithsonian (Smithsonian Conservation Biology Institute - Department of Conservation Medicine) nous a présenté le stage qu'elle vient de réaliser à la base de Chengdu dont le thème était la recherche comportementale des pandas roux. Son stage a consisté en de nombreuses heures d'observation du comportement des pandas roux de la base de Chengdu. Au préalable, elle a également établi une base de données d'identification des pandas roux de la base.

 

 

Activités du jeudi 20 juin 2013 après-midi :

 

Cet après-midi a été consacré à quatre présentations. La première concernait la coopération de la base de Chengdu avec l'international, principalement pour la recherche scientifique concernant le panda géant mais aussi d'autres espèces animales chinoises.

La seconde présentation avait pour sujet les maladies et affections touchant les pandas captifs, ainsi que les mesures adoptées à la base pour prévenir et lutter contre ces problèmes de santé.

La troisième rencontre a permis de revenir sur la coopération de la base de Chengdu avec les cinq pays qui hébergent des pandas venant de Chengdu : Japon, France, Canada, Espagne et Etats-Unis.

Enfin, la dernière intervention était celle de Xu Ping, à la tête du département de l'éducation à la conservation à la base de Chengdu. Ce département, instauré en 2000, compte aujourd'hui 13 éducateurs. Xu Ping a rappelé que l'éducation à la conservation en est à ses débuts en Chine et que la base de Chengdu est pionnière en ce sens. Le personnel du département d'éducation à la conservation coopère avec de nombreuses institutions étrangères notamment pour recevoir des formations, formations que la base de Chengdu peut ensuite dispenser dans d'autres zoos chinois. Le zoo d'Atlanta et l'Association des zoos et aquariums (AZA - Association of Zoos and Aquariums) sont des partenaires importants de la base de Chengdu pour transmettre aux chinois les connaissances acquises dans ce domaine dans les pays occidentaux. La base de Chengdu dispense également des formations au personnel qui travaille dans les réserves naturelles afin que ces gardes et éducateurs puissent à leur tour faire de l'éducation à la conservation auprès des villageois et des écoles dans les campagnes. Tous les étés, la base de Chengdu monte des camps d'été, principalement à destination des enfants, dans des réserves naturelles pour les sensibiliser aux richesses naturelles de leur territoire et à la nécessité de protéger leur environnement. Cet été 2013, des camps prendront place dans les réserves naturelles de Heizhugou, de Mabian Dafengding et de Laojunshan, toutes trois situées dans les Monts Liangshan. Les financements pour ce genre de camps proviennent majoritairement du zoo de Chester, en Angleterre. En partenariat avec ce même zoo, la base de Chengdu va lancer sous peu un programme de sensibilisation contre le trafic animal et le commerce des espèces sauvages. Enfin, la base de Chengdu a également un programme d'éducation à la conservation des pandas roux, également en coopération avec le zoo de Chester et fait de nombreuses interventions dans les écoles à ce sujet.

 

 

Activités du mercredi 19 juin 2013 :

 

Retour dans le secteur "No.14 panda enclosure" ce matin, avec Qin Dage, le soigneur en charge des pandas dans ce secteur, et Erica, ma co-gagnante chinoise.

Nous avons nettoyé l'enclos intérieur de Xing Bang, le même mâle que le jour précédent (lire ci-dessous), mais aussi l'enclos intérieur de Mei Bang.

Xing Bang bénéficie d'un enclos extérieur pour lui seul et de deux enclos intérieurs avec lesquels on peut jongler pour le nettoyage.

La femelle Mei Bang partage son enclos extérieur avec Yong Bang, son frère jumeau. Cependant, ces pandas étant des sub-adultes, ils ne se trouvent jamais simultanément dans l'enclos extérieur. Les soigneurs alternent et les visiteurs peuvent selon les jours apercevoir Mei Bang ou Yong Bang dans le grand enclos extérieur, à l'aspect très naturel, qui figure parmi les plus beaux enclos de la base.

Les jumeaux Mei Bang et Yong Bang, tels qu'ils sont appelés à la base de Chengdu, sont certainement plus connus sous les noms respectifs de Mei Hin et Ei Hin, les noms qu'ils ont reçu à leur naissance au zoo Adventure World de Shirahama, au Japon.

Mei Bang et Yong Bang sont nés au Japon le 13 septembre 2008 (lire l'article). Leur mère est Rau Hin et leur père Ei Mei, toujours au zoo Adventure World.

Les jumeaux ont été rapatriés vers la base de Chengdu le 26 février dernier (2013) (lire l'article).

La base de Chengdu et le zoo Adventure World de la capitale de la province de Wakayama ont de longues années de coopération derrière eux. Ce zoo japonais est aussi celui qui a enregistré le plus grand nombre de naissances hors de Chine.

 


La femelle Mei Bang - No.14 Panda enclosure - 19 juin 2013 - © Jérôme POUILLE

 

Le mâle Yong Bang, âgé de presque 5 ans, a pris un malin plaisir à se rouler dans la terre
No.14 Panda enclosure - 19 juin 2013 - © Jérôme POUILLE

 

L'après-midi, nous avons assisté à une présentation de l'école vétérinaire de l'Université de Pennsylvanie (School of Veterinary Medicine of the University of Pennsylvania) dressée par la Doyenne Prof. Hendricks. Le directeur de la base de Chengdu, Dr. Zhang Zhihe, a appelé à davantage de coopération avec cette école, notamment sur les aspects de recherche scientifique concernant les maladies et les affections qui touchent les pandas captifs de la base, que ce soient les pandas roux ou les pandas géants.

 

Enfin, nous avons assisté à une expérience de recherche d'hormones dans les urines de quatre pandas, dans le département de la reproduction au laboratoire sur la conservation et la génétique des espèces en danger de la province du Sichuan (Key Laboratory for Reproduction and Conservation Genetics of Endangered Wildlife of Sichuan Province), au sein de la base de Chengdu. Nous avons également pris connaissance des résultats de l'électrophorèse réalisée la veille, électrophorèse qui confirme que Ke Bi est le père de Ya Zai, et que Ya Ya est sa mère.

 

 

Activités du mardi 18 juin 2013 :

 

En première partie de matinée, j'avais en charge Xing Bang, un mâle né au Japon, au zoo Adventure World de Shirahama, le 23 août 2005 (lire l'article).

Xing Bang a été transféré vers la base de Chengdu le 16 mars 2010 (lire l'article), où il vit depuis. Au Japon, ce mâle était connu sous les noms de Kou Hin ou encore de Xing Bing, mais depuis son arrivée à Chengdu, il est dorénavant appelé Xing Bang.

Xing Bang vit dans un des enclos du secteur No.14 Panda enclosure. Il dispose d'un enclos extérieur très vaste, et d'un petit enclos intérieur. L'enclos extérieur n'est pas accessible par les visiteurs.

C'est le soigneur Qin Dage qui a en charge ce secteur où vivent actuellement trois pandas : Xing Bang, Mai Bang et Yong Bang (tous trois sont nés au Japon).

J'ai nettoyé l'enclos intérieur de Xing Bang, avec l'aide d'Erica, ma co-gagnante chinoise, et nous lui avons distribué des pousses de bambous.

Xing Bang était curieux lorsque nous nettoyions son enclos intérieur, mais il est très doux.

Qin Dage m'a indiqué que Xing Bang ne s'était pas accouplé cette année, et que sa semence n'avait pas été collectée.

 


Xing Bang, un mâle âgé de presque 8 ans - No.14 Panda enclosure - 18 juin 2013 - © Jérôme POUILLE

 

En seconde partie de matinée, James Ayala, chercheur en comportement animal, que j'avais déjà rencontré en mai (lire l'article), nous a exposé les possibilités d'observation du comportement des pandas captifs, notamment en lien avec l'introduction d'objets d'enrichissement. Nous mettrons en pratique ces possibilités d'enregistrement du comportement des pandas les 25 juin et 3 juillet prochain lors de séances d'observations de pandas, avec et sans objet d'enrichissement. Les notes que nous prendrons serviront à établir un éthogramme, sorte de graphique qui facilite la lecture des différents comportements au cours du temps et en lien avec les facteurs environnants.

En captivité, susciter des activités nouvelles à l'aide d'objets ou de stratégies permet d'enrichir le quotidien des animaux et ainsi améliorer leur bien-être. Il a été démontré que l'enrichissement avait un impact majeur sur plusieurs indices du bien-être psychologique. Les pandas régulièrement confrontés à des objets ou des stratégies d'enrichissement sont plus actifs et engagés dans des comportements divers de jeu et de non jeu. Ils expriment ainsi moins de comportements stéréotypés et montrent des signes de bien-être même en l'absence d'interaction directe avec un objet d'enrichissement. Par exemple, des études au zoo de San Diego (Etats-Unis) ont démontré que l'enrichissement occupait 2 à 3% du temps des pandas et améliorait le bien-être plus tard dans la journée.

 

De 14h à 15h, Mme Rong Hou, directrice du laboratoire et du centre de recherches nous a présenté le rôle que joue la base de Chengdu dans la conservation de l'espèce ; et notamment les progrès de l'élevage en captivité et le rôle de cette population ex situ dans la conservation globale de l'espèce. Nous avons évoqué la saison des amours passée et cette année la base de Chengdu espère de nombreuses naissances. Mme Rong nous a également révélé qu'ils avaient évité au maximum cette année d'inséminer les femelles qui s'étaient accouplées naturellement auparavant.

 

Enfin, en seconde partie d'après-midi, nous nous sommes rendus au laboratoire sur la conservation et la génétique des espèces en danger de la province du Sichuan (Key Laboratory for Reproduction and Conservation Genetics of Endangered Wildlife of Sichuan Province), au sein de la base de Chengdu, où nous avons assisté à la préparation d'une électrophorèse pour déterminer la paternité du panda Ya Zai. Les résultats sont attendus pour demain mercredi.

 


Préparation d'une électrophorèse pour déterminer la paternité de Ya Zai - 18 juin 2013 - © Jérôme POUILLE

 

 

Activités du lundi 17 juin 2013 après-midi :

 

Durant ce premier après-midi, Dr. Shen Fujun, professeur et chercheur, nous a présenté les différentes facettes de l'aspect génétique de la conservation ex situ des pandas géants. Dr. Shen Fujun est l'auteur ou le co-auteur de nombreuses publications notamment sur l'utilisation de marqueurs génétiques pour évaluer la diversité génétique de populations de pandas, ou pour identifier le sexe des pandas.

Avoir une population captive génétiquement diversifiée est indispensable pour maintenir cette population captive viable sur le long terme et ainsi assurer qu'elle soit auto-entretenue, sans nécessité de prélever de nouveaux pandas sauvages.

Le but de la gestion génétique est de protéger et de maintenir cette diversité génétique de la population captive, diversité qui descend des individus sauvages à l'origine de cette population captive.

Aujourd'hui, la population captive descend de 46 fondateurs. Un fondateur est un individu provenant du milieu naturel et qui a au moins un descendant dans la population captive actuelle. La diversité génétique de la population captive était de 97,01% en 2008, et même en légère augmentation depuis 2002. Cette diversité génétique pourrait être encore augmentée, notamment en engageant les fondateurs potentiels dans la reproduction (un fondateur potentiel étant un individu provenant du milieu naturel mais qui n'a pas encore de descendant).

Chaque fois qu'un panda sauvage est ajouté à la population captive (exemple des animaux secourus), et que ce panda a un descendant, il devient un nouveau fondateur de la population captive et participe au maintien voire à l'augmentation de la diversité génétique de la population captive.

Lors de l'Atelier sur le plan de gestion de la population captive de pandas géants (Captive Management Planning Workshop), qui s'était tenu en décembre 1996, les spécialistes avaient défini le but à long terme du maintien en captivité de pandas géants : Développer en Chine une population captive auto-entretenue de pandas géants qui aidera à soutenir sur le long terme une population viable dans le milieu sauvage. Il était communément admis qu'une population captive de 300 pandas permettrait d'obtenir une population auto-entretenue démographiquement et génétiquement diversifiée (retenant au moins 90% de diversité génétique de la population fondatrice) pour les cent ans à venir, sans nécessité de prélèvement supplémentaire dans le milieu naturel. Ce chiffre est atteint depuis 2010 ; d'où l'intérêt dorénavant de mettre l'accent sur la qualité des naissances surtout dans une optique de réintroduction dans le milieu naturel d'animaux nés en captivité.

Cependant, un autre objectif doit être gardé en mémoire. Pour maintenir cette même diversité génétique sur une période de 200 ans, et non plus de 100 ans, entre 400 et 600 individus sont nécessaires en captivité. C'est aujourd'hui un nouvel objectif poursuivi en Chine, en plus de celui de la qualité des naissances. Shen Fujun estime que 7 à 10 ans seront nécessaires pour obtenir cet effectif.

Le défi chaque année est donc d'avoir le plus de naissances possible, mais des naissances de bonne qualité. Pour cela, il est nécessaire au préalable de connaître la qualité génétique de chaque individu, afin de décider si ce dernier peut ou non participer à la reproduction. En effet, un individu qui serait sur-représenté dans la population captive (= qui aurait beaucoup de descendants) doit être écarté car il participe à un affaiblissement de la diversité génétique de la population captive. Connaître la qualité génétique de chaque individu (son taux de consanguinité, son taux de parenté moyen,...) permet de sélectionner les meilleurs individus et les meilleurs appariements pour la reproduction, que ce soit pour un accouplement naturel ou pour une insémination artificielle.

Bien entendu, les aspects génétiques ne sont pas les seuls aspects de la qualité des individus. L'aspect comportemental est également primordial, notamment avoir des individus capables de se reproduire naturellement, des femelles d'être des mères compétentes...