# A la une :    #MiniYuanZi       #Basi    #Reintroduction    #PandaBook    #Indonésie

Visites de zoos et compte-rendus

 

 

Le zoo d'Oji se situe dans le parc du même nom, dans la ville de Kobe, au Japon. Il a ouvert en 1928 mais a été déplacé avant de rouvrir à son emplacement actuel le 21 mars 1951. Ce zoo municipal héberge sur 8 hectares environ 800 animaux de 140 espèces différentes. 48 personnes travaillent au zoo, dont 23 soigneurs.

Le zoo est fermé au public tous les mercredis, mais nous avons eu la chance d'être accueillis ce mercredi 31 juillet 2013 par Monsieur Shimatani Yoshihiko, directeur adjoint du zoo, et Monsieur Yoshida, soigneur de Tan Tan, l'unique panda du zoo d'Oji.

 


 

Entrée du zoo d'Oji, à Kobe.
Deux pandas, un mâle avec une casquette, et une femelle avec un nœud dans les cheveux, sont l'emblème du zoo.
31 juillet 2013 - © Jérôme POUILLE

 

La ville de Kobe a reçu ses premiers pandas en 1981 à l'occasion de l'événement Portopia'81 Kobe Port Island Exposition, une exposition inaugurée le 20 mars 1981 et d'une durée de 180 jours pour célébrer la construction de Port Island, une île artificielle, la plus grande jamais construite à l'époque.

Il s'agissait d'un prêt de courte durée et les deux pandas étaient la femelle Rong Rong capturée dans le milieu naturel (comté de Baoxing, province du Sichuan) en février 1975 et dont l'année de naissance était estimée à 1970, et du mâle Zhai Zhai capturé également dans le milieu naturel. Les deux animaux provenaient du parc zoologique de Tianjin (Chine).

 


Carte postale éditée à l'occasion de l'événement Portopia'81

 

Ce zoo n'a pas une histoire très ancienne au regard de l'hébergement de pandas en captivité. En effet, il a reçu ses deux premiers pandas le 16 juillet 2000, Jin Zhu et Tan Tan, dans le cadre d'un prêt pour une durée de dix ans.

 


Arrivée de Tan Tan et Jin Zhu, à l'aéroport puis au zoo d'Oji, le 16 juillet 2000 - © Oji zoo

 

Tan Tan, dont le nom original est Shuang Shuang, est une femelle née le 16 septembre 1995 au centre de Wolong (Chine), où elle a toujours vécu jusqu'à son transfert à Kobe. Tan Tan est toujours au zoo de Kobe, c'est d'ailleurs actuellement le seul panda du zoo.

 


Tan Tan, au zoo d'Oji, en 2000 - © Oji zoo

 


Tan Tan, le jour de ma visite, dans son enclos extérieur - 31 juillet 2013 - © Jérôme POUILLE

 

Jin Zhu est une femelle, née le 12 août 1996 également au centre de Wolong. Lorsque Jin Zhu a été envoyée à Kobe, les vétérinaires pensaient qu'il s'agissait d'un mâle, d'où son transfert avec la femelle Tan Tan. Mais finalement, les vétérinaires du zoo de Kobe ayant souhaité collecter de la semence de Jin Zhu, ils se sont rendus compte que ce panda était dépourvu d'un pénis et donc que Jin Zhu devait être une femelle. Elle a ainsi été renvoyée au centre de Wolong le 5 décembre 2002. Le problème était seulement un mauvais positionnement des ovaires qui a été rectifié après une opération chirurgicale en 2005. D'ailleurs, depuis, Jin Zhu a eu trois petits, des jumeaux le 6 août 2007 (lire l'article) et un petit le 29 juillet 2011 (lire l'article).

 


Jin Zhu, au zoo d'Oji, en 2000 - © Oji zoo

 

Quatre jours après le départ de Jin Zhu, soit le 9 décembre 2002, un mâle est envoyé pour la remplacer, il s'agit de Kou Kou.

 


Transfert de Kou Kou, le 9 décembre 2002 - © Oji zoo

 

Kou Kou, prononcé Ko Ko en Japonais et dont le nom original est Long Long, est un mâle né le 14 septembre 1995 au centre de Wolong (Chine). Il a vécu presque deux ans au Guangzhou Panyu Xiangjiang Safari Park (Chine), du 27 septembre 2000 au 30 juin 2002.

 


Kou Kou, en janvier 2005 - © Pyongpyong

 

Tan Tan a donné naissance pour la première fois le 12 août 2007 au zoo d'Oji, mais le petit était mort-né.

Inséminée en 2008 avec de la semence de Kou Kou, elle donne à nouveau naissance, le 26 août 2008, mais le petit va mourir 3 jours plus tard, le 29 août (lire l'article).

Tan Tan va être à nouveau inséminée les 21, 22 et 23 janvier 2009 avec du sperme de Kou Kou, mais sans succès de naissance (lire l'article).

En juin 2010, la Chine prolonge de cinq années supplémentaires le contrat de location des pandas au zoo de Kobe.

Malheureusement, le mâle Kou Kou est mort au Japon le 9 septembre 2010 suite à une anesthésie réalisée pour la collecte de semence (lire l'article). Il était âgé de 15 ans et est mort d'un arrêt cardiaque durant la phase de réveil post-anesthésie. L'autopsie a démontré que Kou Kou s'est étouffé à cause de la remontée d'éléments de son estomac vers ses poumons.

 


Ko Ko, en juin 2010 - © AFP

 

Une statue en pierre a été implantée en février 2012 juste après l'entrée du zoo en mémoire de Kou Kou.

 


Statue à la mémoire de Kou Kou - 31 juillet 2013 - © Jérôme POUILLE

 

Le 24 octobre 2011, la ville de Kobe a annoncé qu'elle était dans la phase finale des négociations avec la Chine pour la location d'un panda géant mâle pour remplacer le mâle Kou Kou (lire l'article). Malheureusement, les récents événements diplomatiques entre la Chine et le Japon ont stoppé l'avancement des négociations et le zoo est peu optimiste quant à l'arrivée d'un remplaçant pour Kou Kou. Compte-tenu que le contrat de location prend fin en juillet 2015, il est fort à parier que Tan Tan va vivre seule à Kobe jusqu'à cette date.

Tan Tan, aujourd'hui âgée de 18 ans, n'a jamais montré un grand intérêt pour son partenaire, mais elle est encore potentiellement en âge de se reproduire, et j'ai questionné le directeur adjoint sur les éventuelles coopérations avec les deux autres zoos japonais pour une insémination artificielle. Première difficulté, la lourdeur administrative japonaise, en effet seul le zoo d'Ueno (Tokyo) est sous la tutelle du même ministère que le zoo de Kobe, mais seconde difficulté, aucune insémination artificielle ne peut se faire sans le consentement de la Chine, et pas d'ordre clair de la Chine dans ce sens pour l'instant.

 


Tan Tan - 31 juillet 2013 - © Jérôme POUILLE

 

Les installations des pandas se situent dans le prolongement de l'entrée principale. Deux enclos extérieurs en forme de quart de cercle sont rattachés à un bâtiment qui comporte deux enclos intérieurs visibles des visiteurs. Le jour de ma visite, le zoo était fermé aux visiteurs, et je n'ai pas pu accéder à l'intérieur du bâtiment, lui-même en travaux.

 


Plan du zoo d'Oji ; le secteur du panda est cerclé en rouge - © Oji zoo modifié par Jérôme POUILLE

 


Schéma des installations des pandas (l'enclos de Tan Tan est celui de droite), tel que dévoilé en l'an 2000 avant l'arrivée des deux pandas
© Oji zoo

 


Vue générale sur les deux enclos extérieurs avec le bâtiment des pandas en fond. A gauche, l'enclos vide, à droite celui de Tan Tan.
31 juillet 2013 - © Jérôme POUILLE

 

Les enclos extérieurs ne sont pas très grands mais bien arborés et diversifiés : plate-formes, bassin, arbres, végétation abondante, et brume artificielle. Depuis la mort de Kou Kou en 2010, seul un enclos est occupé, par Tan Tan.

 


Enclos vide - 31 juillet 2013 - © Jérôme POUILLE

 


Enclos de Tan Tan, régulièrement envahi par la brume artificielle - 31 juillet 2013 - © Jérôme POUILLE

 


Quelques manèges sont implantés dans une partie du zoo, et les pandas illustrent l'entrée de ce mini parc d'attractions
31 juillet 2013 - © Jérôme POUILLE