Vous accédez dorénavant à ce site via l'adresse www.panda.fr - Mettez à jour vos favoris, merci de votre fidélité - Jérôme

Visites de zoos et compte-rendus

 

 

Le zoo d'Ueno, qui occupe 14,3 hectares dans le parc d'Ueno au cœur de la ville de Tokyo, capitale du Japon, a été créé le 20 mars 1882 et est le plus ancien zoo du Japon. Depuis son ouverture, il s'est sans cesse développé et constitue une référence en terme de zoos au Japon, notamment en jouant un rôle majeur dans l'éducation à la conservation.

Quelques 2 700 animaux appartenant à environ 460 espèces sont exposés dans ce zoo, dont une centaine d'espèces de mammifères et environ 150 espèces d'oiseaux.

Messieurs Hidetoshi Kurotori, membre de la Société zoologique de Tokyo (Tokyo Zoological Society) et Yutaka Fukuda, directeur adjoint du zoo, nous ont accueilli le samedi 27 juillet 2013 et présenté leur zoo. Je les remercie pour leur temps et leur passion pour les animaux qu'ils nous ont fait partagé avec grand professionnalisme.

 


Entrée principale du zoo d'Ueno, à Tokyo - 27 juillet 2013 - © Jérôme POUILLE

 


Le totem des animaux, à l'entrée du zoo - 27 juillet 2013 - © Jérôme POUILLE

 


Aucun doute, le zoo d'Ueno est le lieu de Tokyo pour voir les pandas - Près de l'entrée principale - 27 juillet 2013 - © Jérôme POUILLE

 


Plan du zoo d'Ueno / Tokyo, le secteur des pandas géants (cercle rouge) est situé à proximité de la porte principale
© Zoo d'Ueno modifié par Jérôme POUILLE

 

 

Le Japon est le premier pays au monde à avoir bénéficié de la "diplomatie du panda". Selon des archives de la Famille Royale Japonaise, Wu Zetian, impératrice de 690 à 705 après Jésus Christ de la Dynastie Tang aurait offert deux pandas vivants et 70 peaux à l’Empereur Japonais comme marques d'amitié.

Plusieurs siècles ont passé et c'est au tour du zoo de Ueno / Tokyo de coopérer avec la Chine pour héberger des pandas. Le Japon a en effet été l'un des premiers pays à bénéficier, dans les années 1970, de la diplomatie du panda, aux côtés de la Russie, de la Corée du Nord et des Etats-Unis.

En septembre 1972, Tanaka Kakuei, le Premier Ministre japonais de l'époque, visitait la Chine et signait un accord pour l'établissement de relations diplomatiques avec la Chine, signifiant ainsi la normalisation des relations entre les deux pays. Après la cérémonie de signature de l'accord, Zhou Enlai, Premier Ministre chinois de l'époque, présentait deux pandas au Japon au nom du peuple chinois.

Ainsi, les premiers pandas sont arrivés à Tokyo le 28 septembre 1972. Il s'agissait d'un couple.

 


Arrivée de Kang Kang (à gauche) et Lan Lan (à droite) au Japon, le 28 septembre 1972 - © Zoo d'Ueno

 

La femelle Lan Lan avait été capturée dans le milieu naturel un an auparavant, soit en septembre 1971, dans le comté de Baoxing (province du Sichuan), et sa date de naissance était estimée à 1969.

Lan Lan va vivre au zoo de Tokyo jusqu'au 4 septembre 1979, date de son décès, âgée d'une dizaine d'années seulement. Fait particulier, Lan Lan était enceinte lorsqu'elle est morte, après s'être accouplée le printemps précédent avec son partenaire Kang Kang. Le Premier Ministre japonais de l'époque, Ohira Masayoshi, avait fait part de sa peine en annonçant la triste nouvelle à son peuple.

 


Lan Lan - © Zoo d'Ueno

 

Kang Kang, le mâle, avait également été capturé dans le comté de Baoxing, en février 1972, il était alors âgé d'à peine un an.

Kang Kang est mort le 30 juin 1980 au zoo de Tokyo, âgé d'environ 9 ans.

 


Kang Kang - © Zoo d'Ueno

 

Les japonais ont pu voir Lan Lan et Kang Kang pour la première fois le 5 novembre 1972. Dès 7:30 du matin, des milliers de personnes attendaient l'ouverture du zoo, et quelques 60 000 personnes ont afflué de tout le Japon pour voir les deux pandas le premier jour. Pendant les sept premiers années, quelques 32 millions de visiteurs sont venus voir les deux pandas.

Le 29 janvier 1980, une autre femelle a été envoyée par la Chine au Japon, pour remplacer Lan Lan morte quelques mois auparavant. Il s'agissait de Huan Huan, capturée dans le comté de Baoxing le 5 février 1975, alors âgée d'un an et demi.

 


Arrivée de Huan Huan, le 29 janvier 1980 - © Zoo d'Ueno

  


Huan Huan - © Zoo d'Ueno

 

Huan Huan va avoir trois petits au Japon :

  - Chu Chu, un mâle né le 27 juin 1985 mais qui va mourir deux jours plus tard, le 29 juin,
  - Tong Tong, une femelle née le 1er juin 1986 et qui va mourir à Tokyo à l'âge de 14 ans, le 8 juillet 2000, sans descendance.
  - You You, un mâle né le 23 juin 1988 et qui va être envoyé en Chine, à Beijing, à l'âge de 4 ans, le 13 novembre 1992. Il va mourir à Beijing le 4 mars 2004 sans descendance. Le 24 décembre 1988, le zoo d'Ueno avait organisé une cérémonie pour annoncer le nom du jeune panda. La femme du Premier Ministre de l'époque, Tokyo Magistrate Suzuki, et l'ambassadeur de Chine au Japon de l'époque, Yang Zhenya, avait assisté à la cérémonie.

 


Tong Tong et sa mère Huan Huan - © Zoo d'Ueno

 


Tong Tong et sa mère Huan Huan, le 12 décembre 1986 - © ANP

 


You You - © Zoo d'Ueno

 

Le père des trois petits de Huan Huan était Fei Fei, un mâle arrivé à Tokyo le 9 octobre 1982 pour remplacer Kang Kang décédé deux ans plus tôt et laissant le zoo de Tokyo sans mâle. Fei Fei avait été capturé dans le milieu naturel en octobre 1976 et son âge à sa capture avait été estimé à 9 ans. Fei Fei va mourir à Tokyo le 14 décembre 1994, âgé d'environ 27 ans.

 


Fei Fei - © Zoo d'Ueno

 

Huan Huan est morte au zoo de Tokyo le 21 septembre 1997, âgée d'environ 24 ans.

Le 5 novembre 1992, le zoo de Tokyo reçoit Ling Ling, un mâle connu aussi sous le nom de Rin Rin au Japon. Né au zoo de Beijing le 5 septembre 1985, ce mâle a passé quelques mois à New York, d'avril à novembre 1987, et à Tampa (Floride, USA) de novembre 1987 à octobre 1988. Pour célébrer le 20ème anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et le Japon, fait unique, les deux pays se sont échangés un panda : tandis que You You, né au Japon, est envoyé à Beijing, Ling Ling est envoyé de Chine au Japon. Après son arrivée au Japon, Ling Ling s'est rendu trois fois au Mexique pour des tentatives d'accouplements qui se sont révélées infructueuses.

 


Ling Ling - © Zoo d'Ueno

 

Ling Ling va mourir au zoo de Tokyo le 30 avril 2008 d'un arrêt cardiaque (lire l'article), laissant le zoo de Tokyo sans panda pour la première fois depuis 1972.

Dans le cadre de sa coopération avec le zoo de Chapultepec, à Mexico (Mexique), le zoo de Tokyo va recevoir le 3 décembre 2003 une femelle, Shuan Shuan, qui est retournée chez elle au bout de presque deux ans, le 26 septembre 2005, après avoir échoué à laisser une descendance au Japon (lire l'article). Elle avait été inséminée à plusieurs reprises avec du sperme de Ling Ling, mais sans succès de naissance.

Shuan Shuan, née le 15 juin 1987, est toujours en vie au zoo de Mexico.

Peu après le décès de Ling Ling, qui avait ému le peuple japonais, le zoo annonçait qu'il était en contact avec le ministère nippon des Affaires étrangères pour obtenir un autre panda de la Chine. Après plusieurs mois de négociations, Shintaro Ishihara, gouverneur de Tokyo, a annoncé le vendredi 12 février 2010 que deux pandas devraient arriver dans la capitale japonaise en 2011 pour un coût annuel de 950 000 dollars (lire l'article). L'association chinoise de conservation de la vie sauvage (China Wildlife Conservation Association CWCA) et le gouvernement de Tokyo ont signé un accord pour la venue de ces deux pandas le lundi 28 juillet 2010 (lire l'article). Cet accord fait suite à un accord de principe signé en 2008 par le président chinois Hu Jintao et le premier ministre japonais Yasuo Fukuda durant la visite officielle au Japon d'Hu Jintao.

Les deux pandas choisis, Bi Li et Xian Nu sont arrivés au Japon le 21 février 2011 (lire l'article).

 


Un avion aux couleurs du panda a été spécialement affrété pour Xian Nu et Bi Li - © Zoo d'Ueno

 

Le mâle Bi Li est né le 16 août 2005 au centre de Wolong (Chine), centre détruit par le séisme meurtrier de mai 2008. Sa mère est Gong Zhu et son père Ling Ling. Il avait été transféré le 2 avril 2008 au Guangzhou Panyu Xiangjiang Safari Park où il a séjourné un peu plus de 2 ans avant de rentrer à la base de Yaan Bifengxia le 20 juillet 2010.

La femelle Xian Nu est née le 3 juillet 2005, également au centre de Wolong. Suite au séisme, elle avait été transférée le 26 juin 2008 au Guangzhou Panyu Xiangjiang Safari Park avant de rentrer elle aussi à la base de Yaan Bifengxia le 20 juillet 2010. Sa mère est Ying Ying et son père Lin Lin.

Ces deux pandas ont été renommés à leur arrivée au Japon. Bi Li a été rebaptisé Li Li (prononcé Ri Ri en japonais), Xian Nu rebaptisée Xin Xin (prononcé Shin Shin en japonais).

L'année qui a suivi leur arrivée, Bi Li et Xian Nu se sont accouplés naturellement les 25 et 26 mars 2012 et Xian Nu a donné naissance à un petit le 5 juillet 2012 (lire l'article). Malheureusement, le petit est décédé six jours plus tard d'une pneumonie (lire l'article).

 


La femelle Xian Nu, connue au Japon sous le nom de Shin Shin, dans son enclos intérieur - 27 juillet 2013 - © Jérôme POUILLE

 

Le mâle Bi Li, connu au Japon sous le nom de Ri Ri, dans son enclos intérieur - 27 juillet 2013 - © Jérôme POUILLE

 

 

L'espace des pandas se situe historiquement juste à droite après l'entrée principale. Les visiteurs rentrent dans une surface couverte où ils vont d'abord pouvoir en apprendre plus sur le panda géant, ses mœurs, sa vie en captivité, son habitat, les autres espèces qui cohabitent avec lui, les menaces qui pèsent sur lui et son habitat. L'éducation à la conservation est le leitmotiv du zoo qui multiplie les panneaux d'informations pour sensibiliser et informer le public. Des volontaires nombreux dans le zoo sont toujours là pour répondre aux questions des plus passionnés.

 


Cette mosaïque qui marque l'entrée du secteur des pandas est le symbole de la coopération du zoo de Tokyo avec la Chine depuis 1972
27 juillet 2013 - © Jérôme POUILLE

 


Entrée dans le secteur des pandas - 27 juillet 2013 - © Jérôme POUILLE

  


Panneaux d'explications sur l'espèce, immédiatement après l'entrée dans le secteur des pandas - 27 juillet 2013 - © Jérôme POUILLE

 

Après l'espace informatif, les visiteurs se dirigent vers deux allées où ils peuvent observer les deux pandas lorsqu'ils sont dans leurs enclos intérieurs, ce qui était le cas le jour de ma visite à cause des températures élevées.

 


Les visiteurs observent les pandas dans leurs enclos intérieurs depuis deux allées - 27 juillet 2013 - © Jérôme POUILLE

 

Enfin, les visiteurs ressortent du bâtiment et se dirigent vers les enclos extérieurs qui sont dans le prolongement.

 

L'espace des pandas se compose de cinq enclos intérieurs, dont deux servent d'enclos principaux pour Bi Li et Xian Nu, et de cinq enclos extérieurs, dont deux servent d'enclos principaux.

 


Schéma des enclos des pandas - Extrait de "Ueno zoo panda book" - © Zoo d'Ueno

 


Enclos intérieur de la femelle Xian Nu - 27 juillet 2013 - © Jérôme POUILLE

 


Enclos intérieur du mâle Bi Li - 27 juillet 2013 - © Jérôme POUILLE

 


Enclos extérieur de Xian Nu - 27 juillet 2013 - © Jérôme POUILLE

 


Enclos extérieur de Bi Li - 27 juillet 2013 - © Jérôme POUILLE

 

Un espace réfrigéré sert pour le stockage du bambou qui est livré deux fois par semaine en provenance de la péninsule japonaise d'Izu. Quatre espèces de bambous sont fréquemment utilisées et les pandas sont nourris six fois par jour. Cinq soigneurs japonais se relaient pour prendre soin des pandas.

 


L'espace réfrigéré et humidifié qui sert pour le stockage du bambou afin qu'il conserve ses qualités nutritives entre deux livraisons
27 juillet 2013 - © Jérôme POUILLE

 

 

Comme mentionné en introduction, le zoo abrite de nombreuses espèces. En voici quelques autres en plus du panda géant.

La sous-espèce de perdrix des neiges Lagopus mutus hyperboreus habite seulement l'archipel norvégien de Svalbard et l'archipel François-Joseph.

 


Lagopus mutus hyperboreus - 27 juillet 2013 - © Jérôme POUILLE

 

Cacatua galerita triton est une sous-espèce de cacatoès à huppe jaune qui vit uniquement en Nouvelle-Guinée et dans les îles alentour.

 


Cacatua galerita triton - 27 juillet 2013 - © Jérôme POUILLE

 

Le coq de roche péruvien (Rupicola peruviana) est l'oiseau national du Pérou. Il habite les bois de la Haute Forêt du Pérou et de la forêt bolivienne, et il est distribué tout au long des bois de montagne du flanc oriental andin dès la Colombie jusqu'à la Bolivie.

 


Coq de roche péruvien - 27 juillet 2013 - © Jérôme POUILLE

 

L'ours noir japonais (Ursus thibetanus japonicas) est une sous-espèce de l'ours noir d'Asie. Il vit à l'état sauvage dans les îles japonaises de Honshū et de Shikoku, mais est éteint sur l'île de Kyushu. Cet ours est fréquemment tué au Japon pour la médecine traditionnelle mais aussi pour des motifs de difficultés de cohabitation avec l'homme.

 


L'ours noir japonais - 27 juillet 2013 - © Jérôme POUILLE

 

L'ours brun d'Hokkaido (Ursus arctos yesoensis ou Ursus arctos lasiotus) est une sous-espèce d'ours brun qui habite dans plusieurs territoires dont l'île japonaise d'Hokkaido.

 


L'ours brun d'Hokkaido - 27 juillet 2013 - © Jérôme POUILLE

 


L'ours polaire - 27 juillet 2013 - © Jérôme POUILLE

 

 


Boîte aux lettres à proximité de l'entrée du zoo, dans le parc d'Ueno - 27 juillet 2013 - © Jérôme POUILLE